iciHaïti - Tourisme : «Zéro déchets» le crédo de la nouvelle Ministre

iciHaïti - Sécurité : Deux nouveaux dirigeants à la Brigade de Protection des Mineurs

iciHaïti - Sécurité : Visite de la DCPA à la PoliTour

iciHaïti - RD : 562 haïtiens contrôlés, 75% déportés en Haïti

iciHaïti - Religion : Mgr Launay Saturné prend possession de l'archidiocèse du Cap-Haïtien


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : zapping...

Haïti - Culture : Le chanteur haïtien «Géraldo» finaliste du Prix Découverte RFI 2018

Haïti - Économie : L’inflation passe la barre des 14%

Haïti - Économie : David Pierre-Louis boursier Facebook en «leadership»

Haïti - Environnement : Protéger le milieu marin un des défis majeur du nouveau Ministre


+ de nouvelles



Haïti - Environnement : Des haïtiens déboisent illégalement la zone frontalière dominicaine
05/02/2015 11:29:40

Haïti - Environnement : Des haïtiens déboisent illégalement la zone frontalière dominicaine
La Fondation Faune Sans Frontières, a déposé une plainte en République Dominicaine, concernant la coupe clandestine d’arbres sur le territoire dominicain afin de produire du charbon de bois destiné au marché haïtien, provoquant des dommages considérables à l’environnement.

Manuel Cruz Estévez, le Président de cette Fondation a indiqué que les espèces coupées sont notamment le Cambron (Prosopis juliflora), Campeche (Haemtoxilum Campechae), pomme étoiles, mangue et pins, en grande demande en Haïti.

Il a précisé que les zones les plus touchées sont à l'embouchure de la rivière Massacre dans la baie de Manzanillo et les zones boisées de La Laguna composant le Parc national de Montecristi, le long de la route et dans les communautés entre autres de Coco, Montecristi-Dajabón, Los Pinos, Loma de Cabrera, Santiago de la Cruz, El Cambronal, Capotille et Tamarindo.

Le Président de la Fondation a expliqué que des groupes d’haïtiens traversaient en territoire dominicain, depuis les communautés de Fort Liberté, Ferrie, Limonade et Perches pour couper du bois, peu importe les espèces, construisaient des fours cachés, puis transportaient une partie de la production de charbon à dos d'ânes en Haïti.



Cruz Estévez exhorte les services de protection du milieu ambiant et le CESFRONT (Cuerpo Especializado de Seguridad Fronterizas) d’agir pour protéger les forêts de la région et éviter que le trafic de charbon ne cause la disparition des écosystèmes de ces zones, malgré une augmentation de 8% de la couverture forestière ces 10 dernière année (selon le Ministère de l’environnement dominicain).

Le Gouverneur Viany Medina (Independencia) a fait savoir, que dans la région Sud-Ouest, les autorités prenaient des mesures pour empêcher les Haïtiens de traverser illégalement de leur pays pour déboiser les forêts dominicaine pour produire du charbon de bois.

Selon des études réalisées par des organisations indépendantes dans la région, au moins 22,170 tonnes de charbon de bois, l'équivalent de 362,000 sacs de charbon sont ainsi produits et transportés clandestinement chaque année, de la République Dominicaine en Haïti. Ces études révèlent qu’environ 86% du charbon de bois consommé en Haïti, provient d'arbres coupés sans autorisation en République Dominicaine sans qu'aucune autorité militaire ou de l'environnement de parviennent à mettre un terme à cette pratique, qui implique également des complicités dominicaines.

En savoir plus sur le trafic du charbon de bois :
Selon une étude du Ministère dominicain de l’environnement ces opérations de destruction de l’environnement, sont gérées par des groupes d'hommes d'affaires haïtiens et dominicains qui financent la fabrication illicite de charbon végétal et qui bénéficient de complicité parmi les responsables chargés de la surveillance aux frontières. Cette étude estimait en 2009 à plus de 200, le nombre de producteurs clandestins de charbon de bois sur la frontière, pour la plupart d’origine haïtienne. Cette étude estimait que plus de 30,000 sacs de charbon étaient produit chaque mois, pour un montant de 2.5 millions de dollars américain (30 millions par année). Généralement, les producteurs reçoivent 50%, les camionneurs ou les transporteurs par bateau 25%, les intermédiaires locaux 13% et les pots de vin représentent 12% du chiffre d'affaires.

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-12141-haiti-environnement-la-lutte-contre-les-predateurs-de-l-environnement-se-renforce.html
http://www.haitilibre.com/article-10764-haiti-environnement-premiere-reunion-bilaterale-sur-la-surveillance-environnementale.html
http://www.haitilibre.com/article-4538-haiti-environnement-surveillance-environnementale-aux-frontieres.html
http://www.haitilibre.com/article-2311-haiti-environnement-33-fours-a-bois-clandestins-detruits-sur-la-frontiere.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


dduval
Posté le 05/02/2015 18:55:20
Je vous comprend tous, mais le probleme n'est pas aussi facile a resoudre. Trente ans de cela, avec des amis de l'UNESCO , on cherchait a trouver une solution qui pourrait empêcher la continuation de ce fléau qu'est la déforestation du pays, franchement ce n'est facile. Avant meme de penser a une reeducation, il faut penser a proposer une alternative qui devrait être accessible a toutes les bourses; réchaud a kérozene, propane, briquette ou queque chose d'autre. Si vous avez l'habitude de vivre a la campagne vous saurez tres bien que toutes ces propositions sont au-dessus des moyens financiers de nos paysans. On avait penser a un projet de reboisement et intégrer un spécimen vegetal d'Afrique qui est aussi dur que le bois de GAYAK, qui croit tres rapidement et que l'on pouvait utiliser pour la cuisson. Pour cela il nous devrait une subvention de L'Etat et aussi de l'espace pour l'experimentation. J'ai laisse le pays ca fait longtemps mais il est encore temps et cela peut se faire, il faudrait avoir un comite qui se penche sur le probleme comme nous l'avions fait trente ans de cela, d'arriver a une solution et de faire une prosition au departement responsable.
pokito
Posté le 05/02/2015 14:58:46
Martelly avait bien précisé en Haïti et en France , que la base de la base, c'est d’éduquer l'homme haïtien. S'agissant des haïtiens mal éduqués ou sur-eduqué "mopod etc..." sois disant , plus rien ne m’étonne. les dominicains doivent réagir pour protéger leur territoire contre le déboisement.
mamer
Posté le 05/02/2015 13:59:20
Les dominicains peuvent faire ce qu'ils veulent avec eux car c'est de la méchanceté de leur part. Après avoir transformé leur pays en desert, ils veut veulent accomplir la même basse oeuvre en république voisine..
Maryse
Posté le 05/02/2015 13:28:31
L'un des "E" de ce gouvernement concerne l'environnement. N'a-ton pas mis en place des structures pour éduquer la population sur le danger du déboisement? N'a-t-on pas mis sur pied un corps pour appréhender les fauteurs de trouble? {note HL -- Cela se passe en République voisine] Dans plusieurs régions sur le territoire haitien nos mornes sont dépourvus d'arbre. Quand est-ce que l'on enverra un signal fort pour empêcher ce suicide collectif ? [hors sujet]
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2018
Haitilibre.com -n