iciHaïti - Politique : Formation et perfectionnement de plus de 150,000 enseignants

iciHaïti - Politique : Plaidoyer pour une diplomatie haïtienne au service de la Nation

iciHaïti - Politique : Vers la finalisation du Schéma National d’Aménagement du territoire

iciHaïti - FLASH : Avis aux passagers à destination du Chili

iciHaïti - 12 janvier 2010 : Message à la diaspora haïtienne de la République Dominicaine


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Culture : Carnaval du Cap-Haïtien, détails

Haïti - Sécurité : Les Centres de vente de propane, des dangers publics

Haïti - Politique : Expertise France s’installe durablement en Haïti

Haïti - FLASH : Haïti 3e pire pays au monde en terme d'accès à l'électricité


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : Ce jeudi, des militaires dominicains vont détruire des clôtures
09/11/2017 07:04:17

Haïti - FLASH : Ce jeudi, des militaires dominicains vont détruire des clôtures
Selon le Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés (GARR), un conflit terrien risque d’être éclaté au niveau de la lisière qui sépare Haïti de la République Dominicaine, plus particulièrement au niveau de la commune de Cornillon/Grand Bois (Ouest d’Haïti). Selon les information fournies par un représentant du GARR, des militaires dominicains de La Descubierta et de Neiba ont annoncé qu’ils vont détruire, ce jeudi 9 novembre des clôtures de jardins appartenant à des paysans haïtiens se trouvant dans cette zone.

Une délégation de 16 personnes, en majorité des militaires dominicains, a rencontré, le 19 octobre 2017, M. Wilfrid Guerrier, membre de CASEC de Boucan Bois Pin, 1ère section communale de Cornillon/Grand Bois. Lors de cette rencontre, les militaires, accompagnés de civils dominicains qui se réclament propriétaires des portions qui seraient occupées par les paysans haïtiens ont exigé la restitution dans l’immédiat.

M. Guerrier a confié à l'organisation « Les militaires dominicains m’ont dit si je n’enlève pas les clôtures pour restituer les terres occupées, ils viendront eux-mêmes les enlever. Toutefois, s’il faut restituer, à moi seul je ne peux pas prendre une telle décision, », aussi il déclare avoir déjà contacté d’autres instances à ce sujet, notamment la mairie de Cornillon/Grand-Bois, la Direction Départementale de l’Ouest ainsi que le Député de la commune.

Wilfrid Guerrier a indiqué qu’il ne croit pas être légitime d’avoir pour interlocuteurs des militaires dominicains. Il voulait au départ entreprendre le dialogue sollicité mais les Dominicains entendent passer à l’action sans donner le temps aux institutions haïtiennes concernées de trancher pacifiquement.

Une psychose de peur règne actuellement au niveau de la population des localités de « Nan Palm », « Gobè » et « Zoliv ». Les paysans qui cultivent de la banane et du pois depuis des années sur ces terres déclarent en être les héritiers de leurs parents qui l’étaient de leurs arrière-grands-parents. Ils entendent se mobiliser contre le retour des militaires dominicains qui est annoncé pour le 9 novembre 2017.

« Nous sommes vraiment inquiets. Nous redoutons d’éventuels risques d’affrontement entre les pauvres paysans haïtiens de ces localités avec les militaires dominicains », s’est alarmé Junior Bertho, représentant du GARR à Cornillon/Grand Bois, qui participait aux discussions avec les autorités locales de la commune.

Le GARR encourage les autorités et les populations locales de Cornillon/Grand-Bois à continuer dans le dialogue afin de résoudre pacifiquement ce conflit terrien.

Il croit que la gestion de borne au niveau de la frontière haïtiano-dominicaine ne peut être laissée aux mains des membres de CASEC et d’ASEC ni même des autorités municipales. Cela relève directement du rapport binational entre les deux Etats qui partagent l’Île.

Le GARR exhorte le gouvernement haïtien, en particulier les instances concernées à intervenir rapidement dans ce dossier pour éviter que nos compatriotes soient victimes des actes de violence de la part des militaires dominicains.

S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss Bookmarkez l'article
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Désolé il n'est plus possible de réagir à cet article


Debase
Posté le 09/11/2017 13:09:04
Que fait le président? N'est ce pas à lui que revient l'obligation de préserver l'intégrité territoriale? Si cette "terre" appartient a HAITI défendons là...
Jaguar
Posté le 09/11/2017 08:57:35
Normalement il y a un trace entre les deux parties de l'ile datant des et des annees, voila donc un bon travail pour le gouvernement haitien, de sortir les documents justificatifs concernant l'appartenance de cette bande de terre soit a l'un ou l'autre des cotes. En voila donc ce qui est mieux, voire plus important que la persecution politique et la chasse aux sorciers...
lucas
Posté le 09/11/2017 08:54:52
on doit entamer les discutions par voie diplomatique. Il faut mettre les deux ambassadeurs au courant de ce dossier. Sinon les militaires dominicains vont appliquer la raison du plus fort qui constituera une gifle pour la diplomatie des deux pays. Le CASEC ne devait pas s'asseoir seul avec la délégation. Généralement en Haiti nous avons un problème de qui est responsable de quoi.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2018
Haitilibre.com -n