iciHaïti - Économie : Baisse de fréquentation sur le marché binational de Pedernales

iciHaïti - Humanitaire : Levée de fonds pour la construction d’un village en Haïti

iciHaïti - Diaspora : Une canado-haïtienne devient Ministre des Relations internationales du Québec

iciHaïti - RD : 1,500 haïtiens contrôlés, 796 déportés en Haïti

iciHaïti - Musique : Vente-signature de l’album «Tambour, âme ancestrale» du percussionniste Welele Doubout


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - FLASH : Haïti dans le TOP 5 des pays au monde ayant le plus d’inégalités sociales

Haïti - Agriculture : Remise d’équipements modernes aux apiculteurs de la Grande'Anse

Haïti - Environnement : Reboisement, désertification et pollution à l’agenda d’Haïti au Sommet de Guyana

Haïti - FLASH : Le Chili lance son plan de retour en Haïti volontaire et gratuit


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : Conclusion du rapport PetroCaribe, la Commission accuse !
13/11/2017 08:43:33

Haïti - FLASH : Conclusion du rapport PetroCaribe, la Commission accuse !
Au terme de l'approfondissement de l'enquête menée autour de l'utilisation du fonds PetroCaribe, les 5 sénateurs de la Commission Sénatoriale Spéciale d'Enquête (CSSE), [Sénateur Evallière Beauplan (PONT), Sénateur Nenel Cassy (Fanmi Lavalas, Sénateur Antonio Cheramy (VERITE), Sénateur Richard Lenine Hervé Fourcand (PHTK) et le Sénateur Onondieu Louis (KID)] sur la base des documents inventoriés et analysés, sur les données fournies et examinées par la firme d'audit qu'elle avait engagée aux fins de cette enquête, a abouti à la conclusion que la gestion du fonds PetroCaribe a été marquée par de graves anomalies, des irrégularités, des actes de malversations et de prévarication qui font penser que ceux qui ont eu la responsabilité d'exécuter les programmes et projets liés aux Résolutions concernant le Fonds PetroCaribe n'ont pas respecté les normes et les dispositions légales dans l'attribution des marchés et n'ont pas eu non plus le souci de protéger les intérêts de l'Etat haïtien.

Le rapport indique que les faits révélés dans l'ensemble des opérations, prouvent que la majorité de ceux qui avaient l'autorité pour ordonnancer les décaissements, ont agi avec un laxisme, que la CSSE est parvenue à déduire dans presque tous les cas : la négligence, les incohérences et autres anomalies étaient à répétition. En pareil cas la Commission affirme qu’il ne pouvait plus s'agir de simples erreurs matérielles, mais plutôt d'actes susceptibles d'induire en erreur et de faciliter l'opération de pratiques illicites, de collusion et de trafic d'influence.

Les Commissaires affirment que l'examen des contrats a démontré que plus de la moitié d'entre eux ont été signés en dehors des procédures de passation de marchés publics (absence de transparence, de bonne gouvernance, etc.) et dans l'irrespect des normes de distribution de contrats (équité, égalité de traitement, libre concurrence, libre accès à la commande publique etc.). Les lois d'urgence qui ont été adoptées par les gouvernements qui se sont succédés de 2008 à 2016 ont permis aux Ordonnateurs publics et aux Comptables des deniers de l'État d'exercer leur pouvoir avec un excès qui frise parfois l'indécence. Sous couvert de ces lois, des actes tant à la fois irrationnels et illégaux ont été accomplis en violation des règlements et des lois sur la comptabilité et les finances publiques.

Ils affirment que toutes les investigations menées auprès des Organismes concernés ont démontré des faiblesses d'une telle ampleur qu'il a fallu considérer tous les cas de façon spécifique et les placer dans un contexte plus général aux fins d'établir les responsabilités individuelles et collectives; car il est apparu au fil de l'enquête que PetroCaribe a été l'objet d'une escroquerie à grande échelle. L'exemple le plus probant est que la situation actuelle du Fonds et les décaissements effectués à travers les 13 Résolutions qui le concernent pour la période allant de septembre 2008 à septembre 2016 est tellement entachée d'actes irréguliers voir frauduleux qu'il à été nécessaire de procéder à une analyse des états financiers du BMPAD, principal et premier acteur dans la gestion du fonds PetroCaribe. Le constat est qu'il est difficile de se prononcer sur l'exactitude et la fiabilité du solde du fonds, sur les décaissements et la gestion des contrats. Dès lors, la gestion du Fonds selon ce qui a été soumis par le BMPAD, ne reflète nullement la situation financière de ce fonds.

Pour connaître tous les détails, les compagnies impliquées, les personnalités politiques mises en cause et les accusations portées par les membres de la Commission accédez au rapport complet (656 pages) sur : https://drive.google.com/file/d/1bLsSASoob5lsRXy6BnsAN2ff-CQnG6Wd/view

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Romau
Posté le 13/11/2017 10:05:53
Depuis des années le pays est en train d'être mené par des hommes sachant lire et ecrire, mais depourvus de caractère, du sens d'ethique et de moralité. Voyez-vous bien, on fait face à des activités de racketeurs par-ci par-là. On entend parler de réseaux mafieux au sein des ministères. Les plus grands continuent d'exploiter les plus petits au yeux et au mépris de la loi. Tous ces détails engendrent une société corrompue qui produit des hommes et de femmes n'ayant aucun respect pour la loi. Si ces hommes et femmes gaspillaient les fonds de PetroCaribe, qu'ils répondent à la justice. La corruption ne fait pas l'honneur d'une Nation.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2018
Haitilibre.com -n