iciHaïti - Grand’Anse : Suivi des travaux du Centre de Germoplasme

iciHaïti - Culture : 6 finalistes de Miss Haïti au Cap-Haïtien

iciHaïti - RD : Saisie d’argent illégal en provenance d’Haïti

iciHaïti - Agriculture : Une délégation Taïwanaise dans le Nord-Est

iciHaïti - Religion : Campagne de levée de fonds pour la Construction du Grand-Séminaire Notre-Dame d’Haïti


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - AVIS : Appel à propositions de projets (FCIL 2018-2019)

Haïti - Russie : Premières impressions d'un visiteur haïtien à Moscou

Haïti - Environnement : Une délégation de la ville de Saint-Marc en France

Haïti - Croix-des-Bouquets : La place publique de Carrefour Marassa en construction


+ de nouvelles



Haïti - RD : 229,885 haïtiens volontaires ou déportés, de retour en Haïti depuis 2015
25/11/2017 07:44:47

Haïti - RD : 229,885 haïtiens volontaires ou déportés, de retour en Haïti depuis 2015
Jeudi, l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a inauguré avec la Mairie de Belladère, son deuxième Centre de Ressources Frontalier (CRF). Un troisième CRF sera inauguré la semaine prochaine à Malpasse et un quatrième et dernier est actuellement en cours de construction à Ouanaminthe alors qu’un centre est déjà en opération depuis juin 2017 à Anse-à-Pîtres.

Ces structures permettent une meilleure identification, orientation et assistance aux migrants vulnérables, tout en offrant un espace de coordination équipé pour favoriser le renforcement des synergies entre les acteurs de protection locaux. Grâce à la collaboration avec l’Institut de Bien-Etre et de Recherches (IBESR), chaque CRF compte sur l’appui d’agents d’enregistrement formés dans la gestion des migrants vulnérables, y compris des enfants non-accompagnés ou séparés de leurs familles. Les CRF offrent aussi un espace pour le conseil psycho-social.

« Depuis l’expiration en juin 2015 de la période d’enregistrement au Plan National de Régularisation des Étrangers (PNRE), l’OIM a enregistré plus de 229,885 migrants haïtiens [en date du 28 septembre 2017], qui sont revenus volontairement ou ont été déportés de la république Dominicaine vers Haïti. Ce chiffre considérable témoigne de l’importance des besoins d’assistance sur toute la zone frontalière pour aider ces migrants vulnérables, particulièrement les femmes et les enfants. La majorité d’entre eux arrivent dans des conditions très difficiles : sans ressource, séparés de leurs familles, sous-alimentés, épuisés après avoir passé parfois plusieurs jours dans des centres de détentions, ils sont alors pour la plupart livrés à eux-mêmes » a expliqué Bernard Lami, Député-Chef de Mission de l’OIM en Haïti.

Dans ce contexte, l’OIM, appuyé par le soutien financier du Gouvernement du Canada met en œuvre un projet d’assistance pour ces migrants, intitulé « Aide aux enfants et femmes vulnérables dans les zones frontalières en Haïti ».

Le Centre de Ressources Frontalier constitue la pierre angulaire de ce projet pour permettre l’enregistrement puis le référencement des migrants vulnérables vers les structures d’assistance (Centres médicaux, Centres d’hébergement et autres structures supportées par le Ministère des Affaires Sociales). Le CRF est ainsi au cœur du mécanisme de protection des migrants retournés ou déportés de la République Dominicaine. Il représente aussi la première structure étatique qui assure un retour digne et sécurisé des migrants haïtiens dans leur pays d’origine.

Carlos Rojas-Arbulu, Chef de la Coopération Canadienne en Haïti a déclaré « Le Canada s’est engagé à mettre en place ces CRF pour permettre d’identifier les personnes les plus vulnérables, les femmes, les jeunes filles et les enfants non accompagnés, qui ont besoin d’être pris en charge et d’être orienté vers les services de protection adéquats, tout en s’alignant avec la politique d’aide internationale féministe du Canada ».

A ce jour, grâce au projet « Aide aux enfants et femmes vulnérables dans les zones frontalières en Haïti » :

  • 1,927 personnes en zone frontalière reçoivent une assistance pour obtenir des documents d’identité (actes de naissance ou extraits d’archives) grâce à l’appui de notre partenaire Initiative Citoyenne pour les Droits de l’Homme (ICDH).

  • 439 personnes bénéficient d’activités génératrices de revenus et 203 enfants ont repris le chemin de l’école en septembre grâce aux activités du Centre d'Animation Paysanne et d'Action Communautaire (CAPAC).

  • 295 acteurs de protection (gouvernementaux et non-gouvernementaux) ont été formés sur les droits humains fondamentaux, la protection de l’enfant, la prévention des violences basées sur le genre (VBG), la planification familiale, la gestion des cas vulnérables ainsi que la traite des personnes et le trafic illicite de migrants.

L’OIM réitère son soutien inconditionnel aux Ministères, autorités et institutions haïtiennes en charge de la Migration pour adresser les problèmes migratoires internes et externes auxquels l’État Haïtien doit faire face. L’OIM souhaite continuer à supporter le Gouvernement haïtien dans ses efforts pour assurer et promouvoir une Migration régulière et protéger les migrants les plus vulnérables.

SL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2018
Haitilibre.com -n