iciHaïti - Delmas : Distribution de mobiliers et de kits scolaires

iciHaïti - MCI : Remise de chèques aux étudiants gagnants du concours de plan d’affaires

iciHaïti - Prisons : Détention préventive, Céant garantit des mesures urgentes

iciHaïti - Économie : La RD souhaite la formalisation du commerce frontalier informel avec Haïti

iciHaïti - Politique : 1,8 milliards de Gourdes pour le prochain recensement général


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : zapping...

Haïti - Politique : Finalisation du nouveau document de référence de la réforme de l'État

Haïti - Santé : Près de 20 personnes meurent chaque jour du VIH/SIDA en Haïti

Haïti - Économie : Ouverture officielle du bureau national de la CDB en Haïti

Haïti - Politique : Le nouveau Ministre des sports un homme de terrain


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : L'ONU met en garde contre le risque élevé de troubles majeurs en Haïti
07/09/2018 08:36:17

Haïti - FLASH : L'ONU met en garde contre le risque élevé de troubles majeurs en Haïti
Jeudi Mme Bintou Keita, la Sous-Secrétaire générale aux opérations de maintien de la Paix a insisté, devant le Conseil de sécurité, sur la « volatilité » de la situation en Haïti et mis en garde contre le risque « élevé » de « troubles majeurs ». Elle a par ailleurs souligné à l’instar de nombreuses délégations, les progrès inégaux accomplis en vue de la transition de l’actuelle Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (Minujusth) vers une autre forme de présence onusienne, à partir d’octobre 2019.

Mme Keita, qui présentait le dernier rapport du Secrétaire général sur la Minujusth http://www.haitilibre.com/docs/N1826389.pdf a rappelé la flambée de violence, marquée par des pertes en vies humaines et des actes de destruction, qui a touché le pays en juillet dernier http://www.haitilibre.com/article-25055-haiti-flash-lourd-bilan-partiel-des-emeutes.html à la suite de la suppression des subventions aux produits pétroliers, entraînant notamment une hausse du prix du kérosène de 38% regrettant que « Depuis, les autorités haïtiennes n’ont pas cherché à remédier aux causes profondes de la précarité sociale, alors que le processus de ratification par le Parlement de l’énoncé de la politique générale du Premier Ministre nommé et la prise de fonctions du nouveau Gouvernement sont en attente. »

La Sous-Secrétaire générale a également pointé du doigt le ressentiment populaire alimenté par des révélations sur les avantages présumés des fonctionnaires et le débat sur l’utilisation discutable des fonds PetroCaribe et les gangs dans la capitale qui continuent de mettre la Police nationale haïtienne à l’épreuve.

Mme Keita a ensuite mentionné les défis qui demeurent pour le passage sans heurt vers une présence des Nations Unies en Haïti autre qu’une opération de maintien de la Paix d’ici au 15 octobre 2019. Le rapport comprend en annexe les 46 indicateurs retenus pour surveiller les progrès accomplis dans la mise en œuvre d’une stratégie de sortie de la Minujusth comme souhaité par le Conseil.

Elle a, en particulier, déploré la lenteur des progrès dans l’adoption de lois visant à améliorer l’accès à la justice et le fonctionnement de l’administration pénitentiaire. La Sous-Secrétaire a enfin souligné la nécessité de mettre pleinement en œuvre le plan de développement de la Police nationale haïtienne, pour améliorer le professionnalisme des officiers de police, ainsi que leur nombre. soulignant « [...] le taux de policier par 1,000 habitants a chuté à 1,32 en raison notamment de démissions. »

Les délégations ont exprimé un certain scepticisme sur cette transition vers une autre forme de présence de l’ONU d’ici à l’année prochaine, le Royaume-Uni jugeant « alarmante » cette baisse du nombre de policiers.

Appelant les autorités haïtiennes à « se saisir pleinement de la gestion des troubles à l’ordre public » et à « éviter toute politisation » de la police, la France a plaidé pour un retrait « responsable » de la Minujusth fondé sur une évaluation claire de la situation sur le terrain.

La Pologne a mis en garde contre « une limitation excessive ou trop précoce » de la présence de l’ONU en Haïti, tandis que la délégation de la Côte d’Ivoire a estimé que « le succès de la stratégie de retrait de la Minujusth passe inévitablement par une étroite collaboration entre les différentes parties prenantes ».

L’Ambassadeur Denis Régis, Représentant Permanent d’Haïti à l’ONU s’est voulu rassurant dans son intervention, estimant que la crise de juillet a été surmontée « Les institutions publiques ont démontré leur maturité » précisant que le nouveau Gouvernement aura pour priorités l’organisation d’élections prévues en octobre 2019 et l’intensification de la lutte contre la corruption affirmant « Haïti continue par ailleurs de mener des efforts soutenus en faveur du renforcement de l’État de droit, du système de justice et de la promotion des droits de l’homme » réitérant l’engagement des autorités haïtiennes à assurer une transition sans heurt de la Minujusth vers une présence des Nations Unies qui ne soit plus axée sur le maintien de la Paix.

Télécharger le Rapport du Secrétaire Général sur la Minujusth : http://www.haitilibre.com/docs/N1826389.pdf

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Romau
Posté le 07/09/2018 09:17:57
Que l'on veuille l'accepter ou non, Haiti ne restera pas stable sans la présence constante d'une force étrangère. L'haitien a toujours besoin d'un blanc pour bien se comporter. Rien au monde peut nous expliquer pourquoi ce pays est toujours en déchirure.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2018
Haitilibre.com -n