iciHaïti - Social : Nos compatriotes traqués sans répit en RD

iciHaïti - Environnement : Fatras, près d’une quarantaine de personnes sanctionnées

iciHaïti - Environnement : Une loi votée et publiée toujours pas en application après 10 mois !

iciHaïti - Politique : Lettre de démission du Premier Ministre

iciHaïti - Environnement : Prolifération anarchique de stations d'essence et de micro centres de gaz naturel


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - FLASH : Le Parlement menacé d’être attaqué et incendié sous 48 heures

Haïti - Petit-Goâve : Les jeunes de la Digue et ceux de Nan Percin à couteaux tirés

Haïti - Justice : Arrestation du Directeur de production de la TNH, recherché aux USA

Haïti - Forum Économique : Démission du PM et du Gouvernement, une solution raisonnable à la crise


+ de nouvelles



Haïti - Santé : Les haïtiens entre nostalgie et découragement
09/06/2010 09:15:55

Le Dr Maryvonne Bargues est psychiatre en charge d'une équipe de Médecin Sans Frontière (MSF) de santé mentale. Dans un entretien réalisé à l'hôpital Saint-Louis de MSF à Port-au-Prince, elle explique comment, plusieurs mois après le tremblement de terre, les séquelles psychologiques restent omniprésentes.

Aujourd'hui, la population souffre-t-elle encore des conséquences psychologiques du séisme ?
Beaucoup de gens restent dans ce que j'appellerai « une confusion complète du pays et des corps ». La majorité de mes patients ont peur d'être engloutis par la terre, le tremblement de terre est littéralement dans leur corps et le bruit est toujours présent. Ils ont d'importants troubles du sommeil, une grande peur qui les enveloppe en permanence et continuent d'avoir des « flash-back » au cours desquels ils revivent le moment terrible du séisme.

De nombreux autres ne parlent plus, ne mangent plus. Ceux-là sont dans un état de mutisme, de sidération complète. Après deux à trois semaines de consultations, ils vont mieux. J'essaie de parler à leur place et progressivement, ils sont un peu moins absents et plus accessibles. Ensuite, il y a tous ceux terriblement endeuillés, qui présentent des états dépressifs ou mélancoliques.

Y a-t-il une place pour s'investir dans l'avenir ?
Ils sont quelque part entre nostalgie et découragement mais ils ne sont pas résignés. Beaucoup de patients me confient : « On ne s'en sortira pas ». Alors que tous les murs sont tombés, ils ont devant eux un mur. Plusieurs mois après le séisme, il y a trop peu de changement. « Pourront-ils rentrer à la maison ? » Il n'y a plus de maison, de toute façon. Au mieux les gens ont une tente. C'est presque le « luxe » d'avoir une tente. Mais ce n'est pas une maison. Ceux qui sont dans des camps vivent dans la promiscuité, l'insécurité et la violence, dans des conditions quasi-intenables. Beaucoup avaient de petits commerces qui ont été engloutis par le tremblement de terre. Les conditions de vie sont épouvantables et, dans l'esprit de beaucoup, cela ne va pas changer.

Pourriez-vous décrire les principales activités de MSF en matière de santé mentale ?
Je dirige une des équipes de santé mentale de MSF. Celle-ci est constituée de 19 personnes dont 13 psychologues haïtiens, une psychiatre, une interne en psychiatrie, un travailleur social, une animatrice pour enfants et deux interprètes. Nous concentrons nos activités au sein des structures médicales de MSF, dans les camps de personnes sinistrées ou encore en visitant des associations locales. En une journée, nous sommes amenés à assurer entre 35 et 40 consultations individuelles. Je vois chaque patient au moins une fois par semaine. Ceux qui sont dans un état aigu ou délirant, je les consulte tous les deux jours. Il y a aussi des sessions psychosociales en groupe, ciblant des groupes du même âge, comme par exemple des jeunes enfants.

Il y a seulement 8 à 10 psychiatres aujourd'hui dans tout Haïti. On me réfère beaucoup de personnes psychotiques. En tant que psychiatre, je peux prescrire des médicaments. Cela fait parfois la différence, pour les gens qui ont des troubles du sommeil, par exemple, ou même encore les personnes amputées ou devenues paraplégiques suite au séisme.

MSF/HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2018
Haitilibre.com -n