iciHaïti - Tennis : Naomi Osaka abandonne sa nationalité américaine

iciHaïti - Jérémie : Réouvertures des écoles

iciHaïti - Sécurité : RSF extrêmement préoccupée par les attaques de journalistes au pays

iciHaïti - Culture : Haïti lauréat du fonds d’aide à la production «Des mots à la scène»

iciHaïti - PNH : Premier bilan partiel 1 mort et 4 policiers blessés (officiel)


+ de nouvelles


Haïti - Économie : L’inflation poursuit inexorablement sa hausse

Haïti - Sport : Le boxeur américano-haïtien Patrick Day dans le coma

Haïti - FLASH : Très imposante manifestation carnavalesque antigouvernementale

Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - AVIS : 30 Bourses d’études pour le Vietnam, inscriptions ouvertes


+ de nouvelles



Haïti - Politique : Le Président du Sénat convaincu que les troupes chilienne feraient le bon choix (Maj 14h00)
02/12/2013 08:17:56

Haïti - Politique : Le Président du Sénat convaincu que les troupes chilienne feraient le bon choix (Maj 14h00)
Suite à une mauvaise interprétation de nos confrères de la presse latino, de la correspondance du Sénateur Simon Dieuseul Desras, le Président du Sénat, adressée au parlement du Chili, notamment au Sénateur Jorge Pizarro Soto, Président du Sénat de ce pays. Le Président du Sénat, vient de nous faire parvenir une copie de sa correspondance (avec beaucoup de retard...). Aussi, afin de rétablir les faits nous publions l’intégralité de cette lettre, afin que nos lecteurs puissent se faire une meilleure opinion de sa démarche.

« Sénateur Jorge Pizarro Soto
Président de l'Assemblée Nationale du Chili en ses bureaux,-
Honorable Président,

Le Président du Sénat et de l'Assemblée Nationale de la République· d'Haïti vous présente ses salutations distinguées au nom de la solidarité interparlementaire et de l'universalité de la Démocratie. Il se fait le devoir d'alerter une fois de plus le Parlement frère du Chili sur la situation qui prévaut actuellement en Haïti.

Depuis quelques temps, en effet, il est évident pour tous les observateurs avisés, nationaux et internationaux que notre pays glisse inexorablement vers l'ingouvernabilité sous l'impulsion des pratiques inconstitutionnelles, illégales et arbitraires de l'Exécutif. Ce pouvoir atypique fait fi des valeurs républicaines, vassalise la justice et mène depuis son avènement une guerre ouverte contre le Parlement qu'il projette de dissoudre.

Depuis deux ans et quatre mois le Président de la République exerce le pouvoir sans se soucier d'honorer les échéances électorales pour le renouvellement du tiers du Sénat et des Membres des Collectivités territoriales, en transgression de la loi-mère.

Or dans tout État démocratique, les pouvoirs publics ne peuvent tenir leur légitimité que de la volonté du Peuple exprimée à la faveur d'élections sincères, libres et régulières réalisées périodiquement sur la base du suffrage universel.

Dans le cas qui nous occupe, il y a des ombres épaisses au tableau de la gouvernance. À preuve, les autorités de l'Exécutif foulent aux pieds le pouvoir de contrôle dévolu au Parlement en s'opposant farouchement à l'installation des nouveaux juges administratifs élus souverainement par le Sénat de la République en remplacement des anciens dont le mandat est arrivé à terme depuis le 30 septembre 2013. Or, c'est à la Cour supérieure des Comptes et du contentieux administratif que la Constitution assigne la mission de contrôler la gestion rationnelle et efficace des ressources publiques et de distribuer une saine justice administrative.

On comprend que les partis politiques, la société civile et les organisations militantes ne puissent que sanctionner ce comportement dictatorial par des appels à la mobilisation contre le pouvoir en place qualifié de rebelle à la Constitution et au régime de droit.

Honorable Président,

Votre pays est partie prenante à la Mission des Nations-Unies pour la stabilisation d'Haïti par la présence sur place d'une composante de votre armée et/ou de votre police. Dans l'éventualité de troubles relatifs aux luttes du Peuple haïtien pour la défense des droits et des libertés publiques, la restauration de la souveraineté nationale, le Parlement haïtien vous fait part de ses préoccupations quant aux comportements et aux actions futures de vos soldats sur notre territoire.

Somme toute, il est à retenir que le déficit de confiance des populations dans les deux branches du Pouvoir Exécutif et d'autres griefs aggravants contre le mode de conduite des affaires publiques rendent prévisible une précipitation de la crise ambiante susceptible de faire basculer le pays dans le chaos durant les mois à venir.

Honorable Président,

Le Parlement haïtien est convaincu que les troupes de votre pays choisiraient, si la tournure des événements l'impose, de défendre le peuple haïtien assoiffé de démocratie contre les excès d'un pouvoir arbitraire et totalitaire.

Par mon organe, le Parlement s'empresse de tirer la sonnette d'alarme sur cette catastrophe annoncée, en espérant de votre part toutes démarches dissuasives, toutes mesures prohibitives qui concordent avec les meilleurs élans de la solidarité parlementaire.

Misant sur vos convictions et vos traditions démocratiques, le Parlement vous prie d'agréer, Honorable Président, l'expression de sa très haute considération.

Simon Dieuseul Desras
Président du Sénat de la République »


HL : Nous avons dû supprimer l’ensemble des commentaires de cet article afin de rétablir la situation. Nous vous invitons de nouveau à régir sur cet article et nous nous excusons de cet inconvénient.

HL/ S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Doudou
Posté le 07/12/2013 14:35:05
Salut, sincèrement je pense que le Président Desras est un petit homme car, il trahit son pays pour son parti.
Focus
Posté le 06/12/2013 18:49:56
Je serais d’accord avec tous les commentaires qui dénoncent le comportement irréfutable de ce ignorant qu’est le sénateur Desrats. Mais, malheureusement je vois cet incident d’un autre oeil. Il a tout simplement été piégé par ses confrères sénateurs voulant se débarrasser de lui, ne pesant pas trop comme Président de l’Assemblée. La lettre a été écrite par le sénateur Yanick et Desrats ne comprenant pas bien le français s’est empressé de l’expédier. c’est pour cette raison qu’il accuse tous ceux qui le critiquent d’ignorants. L’ignorance, c’est ignorer son propre ignorance! il faudrait pardonner le pauvre [modération]
Andrea
Posté le 05/12/2013 17:05:46
M. Desras est un exemple classique de l'état infâme que notre chère Haiti a atteint au cours des 27 dernières années. Je crois que les conditions requises pour être député ou sénateur de ce pays ne suffisent pas. Je n'accuse pas pour autant tous les députés ou sénateurs de mon pays. M. Desras n'a pas tort d'avoir adressé une telle lettre aux Parlements en question. Il n'a seulement fait preuve de son ignorance quant a la contribution, qu'il devrait pouvoir apporter aux tâches combien difficiles et louables du Sénat. Ainsi, un tel sénateur, dans tout pays sérieux, devrait avoir la lucidité, le courage et la volonté de soumettre sa démission. Mais helas, on ne peut malheureusement pas trop espérer !
Dodove
Posté le 05/12/2013 12:10:11
En tant que Président de l'Assemblée Nationale. vous devriez avoir honte de ce que vous avez fait. C'est la raison pour laquelle Haiti va de mal en pire parce que nos leaders cherchent leurs intérêts plutôt que ceux du peuple. Mon cher monsieur, reprenez vous et faites avec conscience le travail qui vous a été confié par les bulletins de vos électeurs
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n