iciHaïti - Culture : Exposition exceptionnelle, Kalfou Richès remercie... (Vidéo)

iciHaïti - Football : Le MJSAC souhaite bonne chance aux Grenadiers

iciHaïti - Économie : Projet de Ferry Boat en Haïti

iciHaïti - Esclavage : Le saviez-vous ?

iciHaïti - Éducation : Moïse inaugure le 2e complexe scolaire de la SAE-A


+ de nouvelles


Haïti - Politique : Visite officielle en Haïti de la Présidente du Chili

Haïti - Économie : Le projet de Cimenterie de 300 millions aux Gonaïves, revient dans l’actualité

Haïti - Sports : Engagements de la nouvelle Ministre Régine Lamur

Haïti - FLASH : Arrestation en RD du #2 du gang de Clifford Brandt

Haïti - Sports : Moïse et Lafontant, félicitent les Grenadiers


+ de nouvelles



Haïti - Environnement : «Nou an danje», une chanson forte pour changer de comportement
07/11/2014 11:01:39

Haïti - Environnement : «Nou an danje», une chanson forte pour changer de comportement
Plusieurs artistes/compositeurs et interprètes célèbres de la chanson haïtienne : K-Libr, BIC, Rutchelle Guillaume, Princess Eud, Stanley Georges, Bélo, Tamara Suffren, Darline Desca, Jean Jean Roosevelt et Nathalie Jean, se sont réunies à Port-au-Prince cette semaine, pour lancer le titre et le video clip « Nou an danje » (nous sommes en danger).

Cette initiative, financée par la société Panos Caraïbes, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la Fondation Marc Arthur, la Société Audubon Haïti (SAH), la Plateforme de la Société Civile sur le Changement Climatique (PSC-CC) et le Ministère de l’Environnement (MDE), doit permettre de sensibiliser les haïtiens a l’importance de préserver leur biodiversité et inciter un changement de comportement chez le public qui visionnera la vidéo.



Chaque artiste, à travers cette création, a puisé de son propre registre pour rappeler l’urgence d’arrêter la destruction de l’environnement et de la biodiversité. « Nou an danje » commence avec Bélo qui dresse le constat des problèmes climatiques et qui rappelle que la contribution de tout un chacun est nécessaire pour le futur de nos fils, du pays et de la planète.

Selon les experts de la Fondation Mac Arthur, Haïti dispose d’importantes ressources en eau évaluée à environ 56,2 milliard de mètres cubes. Pourtant, la quantité d’eau disponible pour l’irrigation diminue considérablement à cause de la poussée accélérée et excessive de la déforestation et de l’absence d’une gestion efficace des ressources disponibles. Au niveau de la faune, le pays contient plus de 2000 espèces dont 75% d’espèces endémiques.

Malgré la remarquable biodiversité d’Haïti, Philippe Bayard, Président de la Société Audubon Haïti, a précisé que « la détérioration accélérée de notre environnement, les catastrophes naturelles et le changement climatique sont autant de menaces et de facteurs de pression qui fragilisent nos écosystèmes. »

« Les changements climatiques affectent directement les ressources en eau, l’agriculture et la sécurité alimentaire en Haïti. Ils peuvent sérieusement mettre en péril les efforts de réduction de la pauvreté et freiner les objectifs de développement national. Cette initiative nous rappelle combien il est important de mobiliser toutes les forces vives de la société en vue d’encourager tout un chacun à réfléchir sur une question d’importance nationale et mondiale qu’est le réchauffement de la planète » a déclaré la Directrice principale du PNUD

Pour sa part, Jean François Thomas, le Ministre de l’Environnement s’est réjoui de la participation des artistes à la cause environnementale. « Le Ministère de l’environnement a fait des campagnes de reboisement et d’assainissement, des programmes de gestion de puits. Mais tous ces efforts sont vains si les haïtiens ne sont pas conscients qu’ils sont eux-mêmes des acteurs de l’environnement […] »

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss Bookmarkez l'article
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


ricky
Posté le 07/11/2014 23:10:53
Il n'est plus question de 'nèg an wo nèg anba' car la nature ne fait pas cette distinction. Rappelons-nous toujours de janvier 2010, nous sommes tous concernés, cessons de tout politiser. Lè bwa mare lap mare pou tout bon e pou tout moun
Maryse
Posté le 07/11/2014 13:42:44
C'est bien! Comment peut-on vulgariser ce message pour atteindre les coins les plus réculés du pays? Quelles sont les actions qui accompagneront ce message? On n'a beaucoup parlé de reboisement maintenant il faut agir.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2017
Haitilibre.com -n