iciHaïti - Politique : Un local pour les pilotes et personnels de lignes aériennes

iciHaïti - Éducation : Mois du livre pour tous

iciHaïti - Sports : Coupe de la présidence, 3 matches disputés, 1 reporté

iciHaïti - Petit-Goâve : Me Alcide Laguerre reconduit à la tête du barreau

iciHaïti - Social : Journée Internationale de la Paix


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Économie : Stratégie pour dynamiser la croissance et augmenter la compétitivité

Haïti - PNH : Graduation de la 3ème promotion en mécanique

Haïti - Sécurité : Le Ministère de l’Éducation présente ses sympathies...

Haïti - AVIS : Offre d’emploi, 30 opérateurs à l’ONI


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : Manifestation violente contre le budget et le Chef de l’État
13/09/2017 09:01:10

Haïti - FLASH : Manifestation violente contre le budget et le Chef de l’État
Mardi, plusieurs milliers de manifestants issus de différents secteurs de la vie nationale, ont pris le béton à l’initiative de Moïse Jean-Charles de « Pitit Dessalin ». De nombreux manifestants étaient très agressifs et lançaient des propos hostiles contre le Président Moïse et contre les Parlementaires. Ils dénonçaient la gestion du pouvoir en place et plus particulièrement le budget national 2017-2018 ratifié par les deux Chambres du Parlement http://www.haitilibre.com/article-22082-haiti-actualite-zapping.html http://www.haitilibre.com/article-22044-haiti-actualite-zapping.html qui augmente les taxes de plusieurs services publics.

L’opposition accuse le Gouvernement et les parlementaires de vouloir donner la priorité aux riches et aux politiciens « ne laissant presque rien aux pauvres », elle qualifie ces mesures de nuisibles pour les plus vulnérables et reproche au Gouvernement de ne pas créer d’emplois...

La manifestation a paralysé plusieurs quartiers de la capitale et la circulation au Centre ville était difficile sinon impossible en raison des jets de pierres et des pneus enflammés sur les routes. Dans plusieurs zones de haute tension, plusieurs voitures ont été vandalisées où incendiées (Turgeau, avenue Christophe, avenue Lamartinière entre autres) et les vitrines de nombreux commerces ont été brisées par des manifestants (Délimart, Digicel, l’Hôtel Marriott...)

La manifestation, qui avait démarrée à plusieurs endroits de manière pacifique a rapidement dégénérée. Des manifestants ont dressé des barricades de pneus enflammés sur la route de Delmas, détruisant au passage des posters du Chef de l’État. Les manifestants voulaient se rendre à Pétion-Ville avant de prendre la direction du Champ de mars vers le Palais présidentiel que certains menaçaient d’incendier...

Les forces de l’ordre sont intervenues pour empêcher ce mouvement et ont fait usage de gaz lacrymogène et du canon à eau pour disperser les manifestants qui vandalisaient tout ce qu'ils trouvaient sur leur passage, trainant branches, pierres et carcasses sur la route. Les forces de l’ordre ont eu beaucoup de difficulté à rétablir l’ordre et fait usage de tir à balle de caoutchouc, sous les jets de pierres des manifestants, dont certains portaient des armes à feu selon des témoignages.

La situation s’est généralisée dans le Centre-ville. Des barricades de pneus enflammés ont été érigées à Nazon, Lalue, l'avenue Martin Luther King, Turgeau, rue Oswald Durand, avenue Magloire Ambroise, rue Pavée

Plusieurs blessés ont été rapportés...

Moïse Jean Charles a exhorté le Chef de l’État à ne pas publier le budget dans le journal officiel « Le Moniteur », se réservant après évaluation, d’appeler à de nouvelles manifestations au besoin...

Dans une note en fin de journée, Léon Rossard Saint-Cyr, le Secrétaire d'État à la Sécurité Publique a condamné avec la plus grande rigueur « les actes de violence et de vandalisme perpétrés durant la manifestation du mardi 12 septembre 2017 »

Exprimant son soutien aux victimes il « affirme sa fermeté face à ces actes inacceptables tout en soulignant que les dégradations volontaires commises feront l'objet de poursuites judiciaires avec condamnation de leurs auteurs. En vue d'éviter la répétition de pareils actes et de garantir la sécurité des vies et des biens, le Bureau assure la population que des dispositions seront prises par les Autorités. »

SL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss Bookmarkez l'article
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


lge
Posté le 19/09/2017 10:51:28
Moi je me demande si les budgets des lavalassiens au pouvoir dépensaient tout dans des programmes sociaux De mémoire d'homme, il y eut émeute de la faim sous Préval, il y eut des manifestations anti-Aristide de 2002 à 2004 où on pouvait voir des gens de quartier populaire et des étudiants , A entendre les lavalassiens aujourd'hui c'est comme si le president actuel en place depuis 7 mois ne projetait que dilapider les fonds publics au profit du peu de riches vivant dans ce pays, à partir du present budget, En vérité si Haiti est devenu un pays moribond c'est à cause de l'ignorance et l'inconscience des haïtiens eux-mêmes. Les dits opposants politiques n'aiment pas leur pays, ils ne sont que des assoiffés de pouvoir. Ils se foutent des conséquences néfastes de leur opposition aveugle sur le pays Halte-là messieurs, vous n'êtes pas crédibles dans votre prétention à renverser un président élu sous le prétexte qu'il se donne un budget taxé de criminel. Ce sont vos mensonges et vos violences de rue au nom de la politique qui sont de fait criminels á l'endroit du pays
PieRre
Posté le 13/09/2017 10:14:31
74% d'augmentation au Parlement est inacceptable, injuste, insensible aux besoins de la population. Le Président ne devra pas publier le budget dans le Moniteur, le budget n'est pas balancé, le budget est déséquilibré.
Romau
Posté le 13/09/2017 09:52:56
Il paraît qu'il y a une lutte de classe en Haiti. Un pays de la sorte où certains gaspillent pendant que les autres n'ont rien. Il y a toujours des mésententes en Haiti, ce qui prouve qu'il y a un problème sociétal. En realité, pour stabiliser Haiti on devrait venir avec un système communiste [hors sujet]
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2017
Haitilibre.com -n