iciHaïti - RD : Le CONATEL reçoit son vis à vis dominicain

iciHaïti - FLASH : «Koze sou Konpa», émission spéciale pour les 62 ans du Compas

iciHaïti - Diaspora : Défilé Rara dans les rues de Montréal

iciHaïti - Tourisme : La TNH signe un accord de partenariat avec «Haiti Tourism»

iciHaïti - Technologie : 2ème Édition d'«Haiti Tech Award 2017»


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - FLASH : Moïse va commencer le grand ménage dans la diplomatie haïtienne !

Haïti - Politique : Installation de la Commission nationale de réforme du système de santé

Haïti - Santé : Bientôt une formation en optométrie en Haïti

Haïti - FLASH : L'armée dominicaine envoie 900 militaires de plus en renfort à la frontière


+ de nouvelles



Haïti - Éducation : Une chaire en genre à l’Université Quisqueya
19/05/2011 15:11:11

Haïti - Éducation : Une chaire en genre à l’Université Quisqueya
L’Université des West Indies (UWI), l’Université Quisqueya (UniQ), les féministes haïtiennes et ONU FEMMES, l’entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, ont tenu la semaine dernière, à Port-au-Prince, un atelier de deux jours, visant à l’introduction d’une chaire en « genre » à l’université dès l’été 2011.

Au cours de ces deux jours, cinq chercheurs de l'Institut en Genre et Développement (IGDS), de l'UWI, ont échangé avec des dirigeantes du mouvement des femmes et des expertes haïtiennes sur le genre, afin d’élaborer le curriculum de la formation et les modalités de création de ce cursus au sein de l’Université.

La délégation a aussi rencontré la Secrétaire générale du rectorat de l’UniQ qui n’a pas caché son intérêt pour que, dès l’été 2011, l’UniQ puisse offrir les premiers cours, dans le cadre d’un partenariat régional avec l'UWI, soutenu financièrement par ONU FEMMES.

Pour Kathy Mangones, représentante d’ONU FEMMES en Haiti, cette initiative est une opportunité de transmettre la connaissance sur les luttes des femmes pour l’égalité et encourager l’émergence d’une nouvelle génération de féministes. « Lorsque le bureau régional nous a proposé ce projet, c’est avec enthousiasme que nous avons facilité le partenariat entre ces deux institutions universitaires et sollicité la participation des féministes haïtiennes qui caressent depuis très longtemps le rêve d’inscrire le genre dans l’Université Haïtienne. Nous espérons profiter de l’expérience de l’IDGS au cours de la phase initiale et poser ainsi les bases d’une collaboration à plus long terme », a-t-elle ajouté.

Cette formation, qui sera sanctionnée par un Certificat universitaire, sera ouverte aux cadres d’organisations de la société civile désireux d’acquérir ou de consolider des connaissances sur l’analyse de genre, les outils méthodologiques et la prise en compte du genre dans leurs actions; aux employés de l’administration et de la fonction publique, aux étudiants de premier et de second cycle universitaire s’initiant aux études en genre ou visant un certificat académique et aux employés du système des Nations Unies intéressés à approfondir leurs capacités en analyse en genre et prise en compte du genre.

L’offre de formation tablera sur les pratiques, les connaissances et les expériences des organisations de la société civile et de femmes en matière de droits fondamentaux, tout en tenant compte des faiblesses au niveau académique et universitaire dans ce secteur.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss Bookmarkez l'article
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Marc Hugo Renaudin
Posté le 14/05/2013 14:11:49
Un pas, mais quelle vision? Le sens du mot «Genre» ne s'adonne pas tous simplement aux femmes, ni aux courants feministes dans et par le monde- mais cela inclut une structure idéologique percue de par l'évolution sociale des rapports sociaux entre les sexes et la densité politique dans les modes d'intégrations sociaux (In. Joan Scott / Genre: Une catégorie utile d'analyse historique)- essentiel il faut analyser les sources de dominations et ces effets dans notre société par rapports à divers domaines d'études en accompagnement de leurs méthodologies applicables aux problèmes que nous faisons face quotidiennement - non l'homme comme prinicipal cible de cette dernière. Quelle disposition politique ONU FEMMES corrobore t-on avec le MCFDF sur la prise en compte de l'analyse du genre en Haiti? Quels sont les dispositifs des ressources humaines en place ou a venir pour implantation de ce domaines dans nos cursus universitaire sans discrimination Public-Privé? Et encore, les processus de développement dans d'autres domaines universitaires : Genre et Éducation, Genre et Politique, Genre et développement? Pour combien de temps la question du genre reste entre les mains des soi-disants féministes à la manière de Monique Wttig? L'Étude de Genre en Haiti nous dira le reste!
MPassionnementAyitienne
Posté le 20/05/2011 06:36:46
Bravo de faire la promotion de l'équité de genre. La Femme Haïtienne doit jouer son rôle dans le devenir de son pays au coté de l’Homme Haïtien sans aucune différence que celle de la compétence. Le machisme n'est pas acceptable, cependant il faut sur ce dossier aller au fonds des choses et se pencher sur un point, pourquoi l'éducation haïtienne qui est traditionnellement transmise par les femmes haïtiennes produit-elle encore et trop souvent des hommes haïtiens machistes et n'assumant pas leur responsabilités en tant que père de famille et/ou conjoint, restant parfois sous la coupe d'une mère contrôleuse, dominatrice et donc égoïste? Certaines femmes haïtiennes activistes soit disant féministes rentrent dans cette catégorie et en sont un exemple parfait. Je sais de quoi je parle, oh que trop d’exemples douloureusement concrets. Nous espérons que pour mettre sur pied ce cursus et enseigner l’Equité de Genre seul des femmes dignes de pouvoir prêcher par l’exemple seront appelée à former les étudiants sur ce grand principe. Eradiquer le machisme en Haïti impliquera à mon avis un travail tant du coté des hommes que du coté des femmes.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2017
Haitilibre.com -n