iciHaïti - Justice : Une mère indigne et cruelle !

iciHaïti - Cap-Haïtien : Nouveau Recteur de l'Université Publique du Nord

iciHaïti - Léogâne : Démenti du Secrétaire d'État à la Sécurité Publique

iciHaïti - Canada : Aide de 15 millions de dollars pour améliorer les secours d’urgence

iciHaïti - Politique : Projet «Port-de-Paix d’abord»


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Politique : J-5, 10 Chefs d'État et de gouvernement attendu en Haïti

Haïti - Élections : Recommandations de l’OCID pour une réforme en profondeur du système électoral

Haïti - Petit-Goâve : Grève des enseignants, les élèves du Lycée Faustin Soulouque manifestent

Haïti - Diplomatie : Un nouveau consul dominicain en Haïti, au passé trouble


+ de nouvelles



Haïti - Environnement : La survie du Parc Macaya est à la fois politique et citoyenne
09/06/2014 12:22:09

Haïti - Environnement : La survie du Parc Macaya est à la fois politique et citoyenne
Le Parc National Naturel Macaya (PNNM) créé par décret du gouvernement de Jean-Claude Duvalier en 1984, sur une superficie de 2,000 ha, augmenté à plus de 8,000 ha en mars 2013, par le Président Martelly, abrite aujourd’hui la dernière forêt primaire d’Haïti et constitue le dernier sanctuaire de biodiversité de la partie Ouest de l’île, possédant la plus grande concentration au monde d’espèces endémiques par unité de surface.

Cette richesse naturelle ne serait rien sans la pluviométrie exceptionnelle (3 à 6 m d’eau/an) qui caractérise les 2 plus hauts sommets du Massif de la Hotte (le Pic Macaya culmine à 2,347m), qui permet à 7 rivières du Sud et de la Grand’Anse, de prendre leurs sources dans ses montagnes, alimentant les deux plus grands systèmes d’irrigation du Sud (Avezac et Dubreuil). La protection du Macaya est donc indispensable, non seulement pour ses richesses naturelles, mais surtout pour la survie de toutes les populations en avales. La diminution des ressources en eau, entrainée par la déforestation au niveau du Parc, menace chaque jour un peu plus la sécurité alimentaire des populations du Sud et de la Grand’Anse.

Le PNNM est également menacé par la disparition de sa forêt au profit de l’agriculture de subsistance, de l’élevage et de l’industrie du bois (planches, bois gras et charbons). Dans cette course vers l’épuisement des ressources naturelles, l’agriculture sur brûlis avec les incendies réguliers qu’elle provoque, constitue le premier facteur d’anéantissement des écosystèmes du Macaya. Durant ces dernières années, des millions de tonnes de terres arables sont parties à la mer détruisant en aval la faune et la flore maritime exposant les populations à des glissements de terrains de plus en plus fréquents et de plus grande ampleur que celles de Fonds-Verrettes et Mapou si aucune mesure n’est prise.

Le combat pour la survie du Parc Macaya est à la fois politique et citoyen, tous les haïtiens d’ici et de l’étranger doivent y prendre part pour préserver la dernière forêt d’Haïti.

Afin de faire de ce parc une réalité et freiner la dégradation des ressources naturelles à l'intérieur du parc et à sa proximité immédiate, le Ministère de l'Environnement a lancé en décembre 2012 le Projet Macaya. Ce projet actuellement en cours est financé par le Fond Mondial pour l'Environnement et le Fond pour la Reconstruction d'Haïti sous donation de la coopération norvégienne, et géré par la Banque Interaméricaine de Développement, pour un montant total de 12 millions de dollars sur une durée de 5 ans. Le projet comprend la création d’une unité technique et l’élaboration d’un plan de gestion du parc, qui inclue des activités de protection, reboisement, promotion touristique, création d’un corps de surveillance (recrutement en cours), agro-foresterie, amélioration de la route de Formont et de meilleures conditions de vie pour la communauté.

En savoir plus sur le Parc Macaya :
Situé dans le massif de la Hotte et s'étendant sur les mornes Formond et Macaya, le Parc Macaya est, par sa position géographique, l'un des plus importants parcs naturels du pays dominé par le Pic de Macaya (2,347m). Ces mornes sont coupées de profondes ravines qui donnent naissance à sept rivières des départements du Sud et de la Grand'Anse. Le Parc national abrite 65 espèces d'oiseaux, dont certaines sont endémiques et protège 141 espèces d'orchidées, dont 38 endémiques, et 367 autres plantes à fleurs dont 55 propres à l'île d'Haïti, une richesse inestimable.

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-9136-haiti-environnement-subvention-de-9-millions-pour-la-protection-du-parc-national-de-macaya.html
http://www.haitilibre.com/article-9356-haiti-environnement-12-millions-pour-le-parc-national-naturel-macaya.html

HL/ S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2018
Haitilibre.com -n