iciHaïti - Géophysique : Éric Calais distingué par la France, mentor de nombreux haïtiens

iciHaïti - «Street art» : Dialogue Culturel Binational, au Cap-Haïtien et à Santo-Domingo

iciHaïti - FLASH : Invitation sur internet à la cérémonie d’hommage posthume à la mémoire de l’Agr. Fritz Michel

iciHaïti - Suisse : Don de 3 tonnes de matériels à la DINEPA pour la production de produits chlorés

iciHaïti - Éducation : Le nombre d’écoles fonctionnant a augmenté de 21,15% en 48h


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Choléra : Bulletin quotidien #49

Haïti - Dajabón : La frontière avec Haïti fermée pour un sixième jour

Haïti - Éducation : Le Ministère et ses partenaires mobilisés pour un retour à l’école

Haïti - FLASH : Le Directeur de l’Académie de police «exécuté»


+ de nouvelles



Haïti - Justice : Affaire Duvalier, un manque de volonté politique et des retards inacceptables
16/01/2014 08:24:29

Haïti - Justice : Affaire Duvalier, un manque de volonté politique et des retards inacceptables
Hier mercredi, dans un communiqué conjoint Amnesty International et Human Rights Watch ont dénoncé un « manque de volonté politique et des retards inacceptables » au niveau des tribunaux qui permettent à Jean-Claude Duvalier, d’échapper à la justice pour selon ces organisations des « des violations des droits humains ».

« Les autorités haïtiennes ont rouvert des poursuites pénales contre l’ex-dictateur il y a trois ans, peu après son retour au pays, le 16 janvier 2011, faisant suite à un exil de 25 ans en France. Il était accusé de graves violations des droits humains [...] à l’encontre d’opposants politiques, ainsi que de corruption. Cependant, la procédure est au point mort depuis près d’un an, » peut-on lire.

« Il semble que les autorités haïtiennes n’ont aucune intention de procéder à une enquête approfondie sur les violations commises pendant les années Duvalier, » a déclaré Javier Zúñiga, conseiller spécial auprès d’Amnesty International pour les programmes régionaux.

« La procédure judiciaire est au point mort, ce qui prive les victimes [...] de leur droit à la vérité, à la justice et aux réparations. Comme si cela ne suffisait pas, Duvalier continue de participer à des événements publics, bien souvent à l’invitation du gouvernement haïtien [1er janvier 2014], » a t-il ajouté.

Rappelons qu'en janvier 2012, un juge d’instruction a statué qu’il devait être jugé par un tribunal de première instance pour détournement de fonds publics, mais que le délai de prescription était dépassé pour les violations des droits humains dont il était accusé. Les victimes de ces violations ont fait appel de cette décision, et Jean-Claude Duvalier aussi. La procédure d’appel a commencé le 13 décembre 2012.

Jean-Claude Duvalier a comparu devant la cour d’appel de Port-au-Prince le 28 février 2013, où il a présenté pour la première fois un témoignage public évoquant les crimes présumés commis quand il était au pouvoir.

« Dans un pays où l’impunité [règne] la présence de Duvalier au tribunal était une lueur d’espoir pour les victimes et leurs familles, » a souligné Reed Brody, conseiller juridique et porte-parole de Human Rights Watch. « Les autorités haïtiennes ont l’obligation d’engager des poursuites pour ces graves violations des droits humains. Aucune prescription ne s’applique aux crimes tels que la torture, les exécutions extrajudiciaires et les disparitions forcées, » a t-il ajouté.

Entre mars et mai 2013, huit victimes ont témoigné devant le tribunal malgré les objections des avocats de Jean-Claude Duvalier, qui ont formé un recours dans le but d’empêcher les victimes d’exercer leur droit de se constituer partie civile. L’audition des témoignages s’est achevée en mai, et la décision de la cour d’appel est en instance depuis lors. De multiples sources ont indiqué à Amnesty International et Human Rights Watch que la cour d’appel attend que d’autres étapes de la procédure soient finalisées avant de rendre son jugement.

Parlant de la présence de J-C Duvalier aux cérémonies de la fête de l'indépendance aux Gonaïves, qui avait réuni également l'ancien président Prosper Avril, sous le signe de la réconciliation nationale Javier Zúñiga a déclaré « La réconciliation n’est pas possible sans justice, vérité et réparations. »

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


C.D
Posté le 10/02/2014 10:07:52
L’on se permet encore de poursuivre Jean-Claude Duvalier après l’avoir réduit à un état très déplorable, les haïtiens avaient remis un homme bien portant à la France et après 25 ans il est devenu une personne méconaissable. Son traitement je pense n’était pas different à celui infligé à Toussaint Louverture en 1802-1803, même les plus démunis ne se transforment pas ainsi dans un espace de 25 ans, Quelle honte! Thanks God les amis de Duvalier sont très puissants, nous avons vu leur démonstration Lorsque Bob Barr avait laissé la Georgia pour courir au secours de Jean Claude quant la justice Haïtienne sous l’influence de certains apatrides attentait de l’humilier au yeux du monde et je suis sûr qu’il y’en a d’autres amis dans les coulisses qui attendent que les ennemis américains posent leurs mains sur leur protégé pour les anéantir, car nous savons que Jean-claude Duvalier et son père étaient des alliés américains, ce sont des hommes qui n'avaient jamais lancés de propos contre les américains.
roro
Posté le 31/01/2014 14:58:08
On est pas en mesure de juger J.C. Duvalier, Prosper Avril ou J.B. Aristide car il n'y a pas de différence entre ces 3 anciens Présidents. Avec une justice politisée et corrompue comme la notre, mieux vaut faire une réconciliation sans justice que de faire une mascarade au yeux du monde. Le jour ou l'on pourra juger l'un d'eux les 2 autres passeront par la même porte
Mackandal
Posté le 17/01/2014 07:51:21
Les juristes haitiens seraient donc incompétents? Mais fichtre tout cela et que l'on songe à réunir notre argent pour racheter nos terres. Il faut que nous nous engagions dans une logique entreprenariale plutôt que de nous laisser berner par l'appareil juridico-politique. J'irai dans les semaines qui viennent sur la terre de mes ancêtres prendre, conquérir, acheter petit a petit ce qui est mien, ce qui est nôtre, car rien ne revient de droit à celui qui se meut dans l'inaction et la passivité. Fils de diaspora, il m'est insupportable d'être le témoin d'autant d'injustice, mais plus encore, de bêtises de la par de mon peuple.
Agrippa
Posté le 16/01/2014 18:47:48
La justice doit suivre son cours. Bon nombre de nos compatriotes ont été victimes du régime des Duvalier. On ne peut pas parler de pardon pour laisser tomber ce dossier.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n