iciHaïti - CNDS D1 playoffs : Résultat de la deuxième journée

iciHaïti - Port-de-Paix : Nouvelle place publique à la rue Monfort

iciHaïti - Éducation : Rappel des dates officielles des examens d’États

iciHaïti - FAES : Travail temporaire pour 97 jeunes

iciHaïti - Gressier : Plusieur bandits tués, 2 fusils d’assaut saisis


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Humanitaire : L’UNICEF fourni de l’eau potable sur tous les sites de familles déplacées

Haïti - Environnement : Le CPT veut dépenser plus d’un milliards de Gourdes pour nettoyer les rues…

Haïti - FLASH : Le Commandant Kenyan de la Mission à la tête d’une délégation de haut niveau est à Port-au-Prince

Haïti - Actualité : Zapping…


+ de nouvelles



Haïti - Social : 92% des personnes déplacées ont quitté les camps
05/07/2014 12:21:42

Haïti - Social : 92% des personnes déplacées ont quitté les camps
Quatre ans et demi après le séisme de janvier 2010, 92 % de la population déplacée a quitté les camps en Haïti. Toutefois, environ 103,565 personnes déplacées (± 28,000 familles) vivent toujours dans 172 camps dispersés à travers la région métropolitaine de Port-au-Prince et dans les régions des Palmes, dans le Département de l’Ouest.

Depuis le pic de la crise, lorsque 1,5 million de personnes vivait dans des camps de fortune, la Matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), a enregistré une baisse de 92% du nombre total de familles et une diminution du nombre de sites de 89%.

Pendant la dernière période d’intervention, entre mars et juin 2014, les subventions à la location ont permis de fermer 70 sites et de reloger plus de 9,000 familles. Ces subventions font partie d’un programme d’aide au retour dirigé par le gouvernement haïtien, en collaboration avec l’OIM et ses partenaires, qui octroie une subvention locative d’une année et qui fournit une aide sur mesure aux déplacés internes pour les aider à quitter les camps et à retrouver une vie normale.

Grâce aux solutions de retour, une baisse considérable du nombre d’expulsions forcées a pu être observée. Sur les 71 sites qui ont fermé pendant la dernière période de référence, seul un a fermé en raison des expulsions provoquées par l’insécurité dans la zone due à la présence de gangs.

Malgré cette tendance positive, certains sites restent menacés d’expulsion, car ils sont situés sur des terres privées. Principalement concentrés dans les zones urbaines de Port-au-Prince, les camps restants sont très peu sûrs pour les résidents. L’OIM maintient un contrôle des menaces d’expulsion et une aide d’urgence afin de gérer ces cas dans les camps restants essentiellement.

« Dans un pays sujet à des évènements climatiques fréquents et confronté à des problèmes de développement structurel, les efforts de relèvement face au déplacement doivent tenir compte des questions transversales de protection, de viabilité environnementale et du tissu socio-économique des communautés », a déclaré Grégoire Goodstein, Chef de mission de l’OIM en Haïti.

« L’OIM salue les efforts et les ressources déployés par le gouvernement haïtien en vue de clore le chapitre du déplacement en Haïti. Nous travaillons en collaboration étroite avec les institutions du gouvernement et les donateurs pour identifier des solutions durables pour le reste des déplacés internes », a ajouté Grégoire Goodstein.

Télécharger le rapport : https://www.haitilibre.com/docs/DTM-Rd19-Final_French.pdf l

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2024
Haitilibre.com -n