iciHaïti - Politique : Mission diplomatique du Canada en Haïti

iciHaïti - Insécurité : Chute de 50% des exportations de ciment vers Haïti

iciHaïti - AVIS : Restriction des dépenses de Noël dans l’administration publique

iciHaïti - FLASH : Le Gouvernement indien offre 15 bourses d’études, inscriptions ouvertes

iciHaïti - AVIS : Aucun haut fonctionnaire ne peut quitter le pays sans l’autorisation du P.M.


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Choléra : Bulletin quotidien #59

Haïti - Environnement : Clôture et bilan de la saison des ouragans 2022

Haïti - FLASH : 28,647 haïtiens expulsés de la République Dominicaine (novembre 2022)

Haïti - FLASH : Diffusion pirate de la coupe du Monde en Haïti, la FIFA met en garde


+ de nouvelles



Haïti - Élections : Qui est Axan Abellard ?
23/09/2010 07:55:32

 Haïti - Élections : Qui est Axan Abellard ?
Au cours de la campagne électorale, HaïtiLibre publiera des textes, portraits ou des biographies sur chaque participant à la course présidentielle afin que les électeurs et électrices puissent mieux connaître ceux et celles qui briguent la présidence d’Haïti.[les textes reproduits sont ceux fournis par les candidats, les partis ou figurant sur leur site officiel et non des textes écrit par HaïtiLibre].

Aujourd’hui nous vous invitons à découvrir le candidat Axan Abellard, ing. : (« Konbit Nasyonal pour Devlopman »)








Axan Abellard, ing. :
Axan Abellard (Axan D’Elson Abellard, pour l’état civil}, est né, le 20 avril 1952, dans un petit village du nom de Matthieu. Quoique situé dans la commune de Léogane, à quelques encablures de Port-au-Prince, ce village est évidemment dépourvu de toutes infrastructures et est très peu connu.

La petite enfance d’Axan Abellard se déroule dans un univers paysan avec un horizon de champs qu’il parcourt pieds nus comme pour mieux s’imprégner de la terre du pays si généreuse et la plupart du temps si mal gérée. La mère d’Axan est seule à s’occuper de son fils puisque ses parents se sont séparés. Il n’avait que deux ans, à l’époque. Axan Abellard grandit comme ces centaines de milliers d’enfants des modestes familles monoparentales de l’en dehors oublié. Il a vite développé du respect pour sa mère qui devait travailler autant que les hommes en même temps qu’elle était totalement au service de son fils pour lui assurer la sécurité nécessaire et lui donner toute l’affection du monde.

A l’âge de cinq ans, Axan Abellard est confié à son père qui s’était installé auparavant dans la périphérie de Port-au-Prince. La séparation est, cela va de soi, extrêmement douloureuse pour le jeune enfant et pour la mère, mais il fallait bien faire quelque chose du petit Axan. D’ailleurs, le père, Alexandre Abellard, commence déjà à se faire connaitre dans le milieu culturel et artistique de la capitale.

Le petit Axan est bien vite scolarisé. D’abord à la section primaire du Lycée Alexandre Pétion, puis à l’école Hermann Héraux à Martissant. Sa vie est celle d’un garçon de la petite classe moyenne des grandes agglomérations. Après avoir vécu à Carrefour, son père déménage pour s’approcher un peu plus du cœur de Port-au-Prince. Ainsi Axan Abellard a habité le quartier de Bolosse, celui de la cathédrale et enfin la ruelle Alerte au quartier du Bas peu de Choses.

Ce n’est pas la misère, mais les ressources sont limitées à la maison. L’apprentissage de la vie pour le jeune enfant commence avec la fréquentation des petits fonctionnaires, des artisans et des petites commerçantes. Le frottement permanent avec ces populations vulnérables, qui vivent d’activités et d’emplois précaires et qui ont l’habitude des fins de mois difficiles, permet à Axan, encore jeune, de s’attacher aux travailleurs pauvres des villes. Il prend conscience de la place et de l’importance du travail dans la communauté. Sa manière de sublimer l’effort l’aide à réussir son immersion dans la grande capitale. Ce qui ne manque pas de rejaillir sur ses résultats scolaires. Pour le bonheur des ses parents et des ses proches, Axan Abellard est un élève très appliqué. Il passe avec succès son certificat d’études primaires. Ce qui n’étonne personne puisqu’il a toujours été le meilleur des classes qu’il a fréquentées.

L’école est aussi le prolongement de son quartier. Axan Abellard n’a fréquenté que des écoles nationales. Ses condisciples viennent du même milieu modeste que lui et sont tous conscients de la nécessité de préparer leur avenir et celui du pays par la réussite à l’école. Dans les préaux, les jeux de compagnonnage entre enfants n’empêchent pas que le spectre du survisme reste une réalité. Le caractère volontariste d’Axan Abellard prend forme à partir de ce moment. Les enfants, autour de lui, rêvent à force de séduisantes images des pays riches du Nord et prennent le pari de vivre, un jour, dans un pays moderne. Pour Axan Abellard, issu d’un milieu qui a développé des capacités de survie singulières, les changements rêvés dans la société passent par l’acharnement au travail bien fait jusqu’à la satisfaction de l’excellence.

Au cycle secondaire, Axan Abellard garde le cap de l’excellence. Il passe son baccalauréat première partie comme élève du Lycée Toussaint Louverture. Pour sa dernière année de scolarisation classique, il fréquente le Centre d’Etudes Secondaires, école réputée pour son enseignement des sciences exactes, particulièrement les mathématiques, matière de prédilection d’Axan Abellard. En réalité, il est passionné de mathématiques et ses connaissances en la matière sont largement supérieures à celles de ses condisciples.

Sans surprise, il passe le concours d’entrée à la Faculté des Sciences de l’Université d’Etat d’Haïti en 1971. Toujours appliqué et responsable, il se fait rapidement remarqué par ses professeurs. Etudiant en deuxième année, on lui confie la charge de moniteur de travaux dirigés en mathématiques à l’intention de ses collègues en première année. Il assume ces lourdes responsabilités avec compétence sans que ses propres études en pâtissent.

La promotion 1971-1975 de la Faculté des Sciences de l’Université d’Etat d’Haïti accueille aussi deux autres étudiants doués pour les mathématiques. Il s’agit de Frantz Verella et de Auguste Paquiot. Une décision sans précédent dans l’histoire de la Faculté leur permet de s’épanouir avec leur passion et de consolider leurs connaissances en mathématiques. En effet, le décanat de la Faculté a fait venir des professeurs de la France pour offrir à ce trio d’étudiants un programme complémentaire en mathématiques. Comme ses deux collègues, Axan Abellard est reçu, à la fin de son premier cycle d’études universitaires, ingénieur civil et licencié es mathématiques.

Immédiatement après la fin de premier cycle, Axan Abellard part se spécialiser en France, au bénéfice d’une bourse de perfectionnement de l’Etat français. Il est admis à l’Ecole Spéciale des Travaux Publics où l’enseignement est réputé de très bonne qualité. Comme la plupart des jeunes ingénieurs, Axan s’enthousiasme pour les Ponts et Chaussés, une école de grande notoriété internationale et classée parmi les meilleures au monde dans son domaine de formation. Y accéder relève d’un énorme pari.

Il prend la décision de partir à la conquête du meilleur. Il s’inscrit en maitrise de mathématiques à la faculté de Paris VII et dès le mois de décembre, il quitte l’Ecole Spéciale des Travaux Publics pour se concentrer sur la préparation du concours d’entrée à la célèbre école Ponts et Chaussées.

Pari réussi pour Axan Abellard puisqu’il intègre, l’année académique suivante, soit en 1976, l’école Ponts et Chaussées. Il est reçu en deuxième année où son application et l’habitude maitrisée du travail bien fait lui permettent de s’intégrer au groupe et de briller. En 1978, il rentre au pays, prêt à se mettre au travail et légitimé par ses deux nouveaux titres : un diplôme d’ingénieur des Ponts et Chaussées et une maitrise en Sciences mathématiques.

De retour en Haïti, Axan Abellard intègre la fonction publique avec la ferme conviction que le développement, tant souhaité et rêvé de son pays ainsi que l’amélioration des conditions de vie des populations les plus démunies, passe par un programme d’interconnexion de tous les coins d’Haïti. Le véritable frein au décollage économique du pays réside dans l’isolement de certaines régions du pays. Ce qui a pour corollaire de favoriser la concentration de toute la population économiquement active dans les grandes villes et particulièrement à Port-au-Prince. Cette lutte devient son engagement qu’il traduit par la formule : La route du développement passe par le développement des routes. C’est son exigence et la rampe de lancement de toutes les entreprises professionnelles et politiques auxquelles il se consacre.

Au moment de sa prise de fonction au Ministère des Travaux Publics Transport et Communication, l’Etat haïtien travaille à la réalisation de grands travaux d’infrastructures dans le département du Nord. Ce projet concerne la reconstruction de la route de la Plaine du Nord ainsi que le Pont Neuf (ancien pont Florvil Hyppolite). Axan Abellard souhaite de tout cœur mettre ses compétences au service de ce projet. Il insiste auprès de ses supérieurs et arrive à les convaincre. En 1979, il rejoint l’équipe sur place avec un mandat de supervision des travaux.

Il passe deux années sur le terrain avant de revenir à Port-au-Prince pour occuper, pendant une année, les fonctions de directeur technique du Service de Construction et de Supervision au Ministère.

A partir de 1982, Axan Abellard commence à prendre en compte d’autres problèmes concrets auxquels sont confrontées quotidiennement les populations haïtiennes. Au-delà de la nécessité de percer des voies d’accès, de désenclaver le pays en dehors, il faut engager le pays sur la voie de la production de richesses qui puissent profiter à tous. Conscient d’une certaine sinistrose dans les secteurs productifs du pays, Axan Abellard accepte de se mettre au service d’une entreprise publique active dans l’agro-industrie. En même temps, l’ingénieur retourne, à trente ans, sur la terre de ses racines. Mieux que quiconque, il a l’amour de cette région et connait les rêves permis et les espoirs mal exprimés de ses habitants.

L’Etat haïtien lui confie la responsabilité d’achever la construction de l’Usine Sucrière de Darbonne en vue d’accroitre la production de la canne et de favoriser son transport. Le cahier de charge est lourd puisque concrètement la mission d’Axan Abellard consiste à multiplier le rendement de l’usine par dix en faisant passer la production de la canne de 30.000 tonnes annuelles à 300.000 tonnes. Il occupe le poste de Directeur Général adjoint de l’usine.

En acceptant ce défi, Axan Abellard se rend compte que ses compétences d’ingénieurs lui permettront, certes, de mettre en œuvre des chantiers de drainage, d’irrigation et de construction du réseau routier de la Plaine de Léogane ; mais qu’ils ne lui permettront pas d’assurer efficacement la gestion de l’usine. En conséquence, il suit des cours à l’INAGHEI et obtient un certificat en gestion des petites et moyennes entreprises.

A la fin de son mandat à l’Usine Sucrière de Darbonne, le Ministère des Travaux Publics Transports et Communication fait face à d’énormes difficultés dans la mise en œuvre et dans la gestion des projets d’aménagement d’infrastructures routières financés par des agences de développement international, notamment la Banque Interaméricaine de Développement et la Banque Mondiale. Axan Abellard est rappelé au Ministère pour lancer le projet d’unité d’exécution des routes agricoles et pour mettre en place un nouveau service de construction des routes dont il devient le directeur. Il travaille dans l’urgence et avec méthode. Quatre mois après sa prise de fonction, la Banque Interaméricaine de Développement exprime, par une correspondance au Ministre des Travaux Publics, son entière satisfaction et la reprise d’un partenariat serein et basé sur la confiance.

Après le retour à la normalité, le Ministère des Travaux Publics libère Axan Abellard qui retrouve ses fonctions de Directeur Général-adjoint puis de Directeur Général de l’Usine Sucrière de Darbonne. Son mandat est de continuer le programme initié deux ans auparavant, soit accroitre la productivité de l’usine. Le projet est ambitieux et pour atteindre les objectifs de production fixés, il faut construire 40 kilomètres de routes vicinales, 80 kilomètres de canaux d’irrigation et 60 kilomètres de canaux de drainage.

Suite à la chute du régime des Duvalier, le pays s’embrase. L’allégresse des premiers moments se mue en assainissement radical des agences gouvernementales, des ministères et des entreprises publiques. Axan Abellard reste en poste mais doit faire face à des actions répétées de sabotage. Impuissant, il démissionne de son poste de Directeur Général de l’usine. Il convient aussi de souligner ce fait rare et insolite : quelques temps après sa démission, deux camions d’employés de l’usine sont venus manifester jusque chez lui pour lui demander de revenir reprendre la direction de l’usine. Axan Abellard refuse. Sa décision de tourner dos à la fonction publique pour se consacrer au développement de projet entrepreneurial est prise. Une page se tourne et l’envie d’être au service du pays ne change pas.

Fort de son expérience de responsable au premier plan de la gestion d’une entreprise publique, Axan Abellard a compris que l’instabilité politique et le manque de prévisibilité empêchent le pays de réaliser pleinement son potentiel de développement. La crise générée par la transition démocratique post 1986 a mis à mal le fonctionnement des entreprises publiques.

Axan Abellard s’engage dès 1987 dans le développement du secteur privé, conscient que les Petites et Moyennes Entreprises constituent, partout dans le monde libéral, la colonne vertébrale de l’économie et de la création d’emplois. Il réunit autour de lui les compétences nécessaires pour créer le CECOM (Centre d’Etude Caribéen des Ouvrages et du Management)

Consultants S.A. En sa qualité de bureau de consultation, le CECOM a participé, entre autres, à l’étude de réorganisation du Ministère des Travaux Publics Transports et Communications et honoré des contrats d’études et de supervision pour la construction de routes, de ponts, d’abattoirs, de laboratoires, de bureaux, de systèmes d’adduction d’eau potable et de réseaux d’irrigation.

En 1997, le CECOM Consultants S.A utilise les services de 40 ingénieurs, de 20 dessinateurs et de 20 topographes. Il occupe désormais, en importance et en nombre de salariés, la première place parmi les entreprises de ce type. Axan Abellard en est le PDG.

Le succès du bureau d’études lui permet de monter et de préparer, en 2001, l’opération d’acquisition de l’EATT (Entreprise d’Aménagement de Terrain et de Travaux) spécialisée dans la construction des routes, des systèmes d’irrigation et d’adduction d’eau potable. EATT a été très présente dans les départements du Nord-Ouest, de l’Artibonite et de la Grand’Anse. Depuis 2002, Axan Abellard en est le PDG.

La transmission des compétences reste pour Axan Abellard une gageure. A côté de ses lourdes responsabilités, il a toujours pris parti pour la formation des jeunes. De 1978, date de son retour au pays fraichement diplômé des Ponts et Chaussées, jusqu’en 1990, il a accompagné, en qualité de professeur, les étudiants des facultés de Sciences et d’Agronomie de l’Université d’Etat d’Haïti. Parallèlement, il a enseigné à l’Institut Supérieur de Technologie d’Haïti.

Il abandonne ses chaires pour se consacrer à la création puis à la gestion de l’Ecole Supérieure de Technologie d’Haïti (ESTH) connue sous l’appellation commerciale Axan Abellard et Associés (3A). Après avoir formé plus de 300 ingénieurs, l’ESTH, en partenariat avec l’Institut Franco-Caribéen, s’est spécialisée dans la formation continue des ingénieurs dans les domaines de construction et d’entretien des routes.

L’implication d’Axan Abellard dans le développement de son pays est forte puisqu’il a choisi de se mettre en situation de transversalité. Il a travaillé à des postes de responsabilité dans le public et dans le privé. Il a arpenté, tout en menant en parallèle ses activités d’enseignant à l’université, les secteurs économiques primaire (dans le développement rural), secondaire (gestion d’entreprise industrielle) et tertiaire (montage et gestion de cabinets de service).

La route du développement passe par le développement des routes est le credo d’Axan Abellard. Mais c’est surtout la métaphore de son engagement auprès des autres. Homme de réseau, il s’engage avec et pour les autres. Développer des routes revient à jeter des passerelles entre les femmes et les hommes de ce pays pour rendre possible la mutualisation des idées et des actions nécessaire au développement du pays. Axan Abellard fait partie de ceux qui sont convaincus que la réduction de la pauvreté exige que tout le monde se mette au travail pour créer des richesses et procéder à leur juste répartition.

Depuis les années 1990, il siège au Conseil d’Administration de la Chambre de Commerce Franco-Haïtienne et en assure la présidence en 1997. Homme d’ouverture, il veut marcher avec les autres, avec tout le monde pour jeter les bases d’un modèle de développement culturel, économique et social qui est précisément censé faire table rase des appartenances héritées pour reconstruire l’espace public selon les seules exigences de la raison. Cela va de soi que le pays ne saurait se stabiliser en l’absence de desseins collectifs favorisant la définition d’objectifs de vie partagés.

Un aspect moins connu de la vie d’Axan Abellard est son engagement politique dans le sens militant du terme. A partir de l’année 1999, il accorde de plus en plus de temps et de ressources à la construction et à la consolidation des regroupements politiques porteurs de projets inclusifs pour ses compatriotes. Volontairement, Axan Abellard a refusé l’imposture de la visibilité pour ne pas transformer son engagement en perversité. Sa disponibilité pour accompagner l’émergence d’une pratique moderne de la politique en Haïti est intacte et se renforce de jour en jour. Tout comme sa carrière professionnelle, son parcours en politique est marqué par l’apprentissage, le compagnonnage, l’action concertée et le sacrifice de son individualité au profit de la communauté.

Il n’est pas moins important de mettre en évidence la foi chrétienne d’Axan Abellard. Il est membre d’une communauté unie par des valeurs morales et religieuses. Par contre Axan Abellard a toujours refusé le sectarisme et l’intégrisme. Sa pratique de la foi chrétienne est absolument œcuménique et ouverte sur toutes les religions du monde. Non seulement par tolérance ou par coquetterie intellectuelle mais surtout par conviction que les différences religieuses et culturelles constituent une richesse pour la compréhension du monde.

Axan Abellard est veuf. Sa femme Nicole Bartley Abellard est morte dans le tremblement de terre du 12 janvier 2010 à l’Eglise sur le rocher de Delmas. Il est père de deux enfants, Axan Junior Abellard et Allan Abellard, qu’il élève dans le respect de toutes ces valeurs qui lui ont permis de vivre, de travailler et d’entreprendre dans ce pays sans que sa dignité et son honnêteté n’aient été jamais compromises.




HaïtiLibre invite les candidats agréés à nous contacter pour nous faire parvenir pour publication, leur texte, portrait ou biographie le plus rapidement possible.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Koolejae
Posté le 21/11/2010 16:04:57
Si seulement ces informations étaient diffusées et connues d'avance...!!! C'est bien dommage pour notre chère Haiti qu'un tel degré de sincérité, d'intégrité et de compétences ait été éclipsé par tant d'humilité et peu de visibilité... Je suis fort impressionné apres avoir pris lecture de cet article. J'ose espérer que la patrie commune saura comment bénéficier de telles richesses. Mr. Abellard, notre Haiti meurtrie a besoin de tous ses fils bien sûr; mais encore plus des fils comme Vous... Les Jeunes ont besoin de Vous... P.S. Signé : Quelqu'un qui aurais aimé vous connaitre avant...
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n