Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Politique : Installation d’Ariel Henry comme Ministre de la Culture et de la Communication

iciHaïti - FLASH : Report de l’exposition «NAWÈ N»

iciHaïti - FLASH : Appel à candidatures, Stage de formation en commissariat d’exposition et médiation

iciHaïti - Caracoli : Formations en gestion culturelle, inscription ouvertes

iciHaïti - Social : Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #617

Haïti - Éducation : Le Ministre Manigat installé, réactive ses 12 mesures pour la réforme du secteur éducatif

Haïti - Politique : Installation du Nouveau Ministre des Affaires Érangères

Haïti - Migration : Naufrage près de l'île de Mona 10 haïtiens rescapés 2 disparus


+ de nouvelles



Haïti - Politique : La Commission donne 8 jours au Premier Ministre pour démissionner
10/12/2014 09:09:07

Haïti - Politique : La Commission donne 8 jours au Premier Ministre pour démissionner
Mardi, le Président Michel Martelly, en présence de certains membres du Gouvernement et de la communauté internationale a reçu officiellement, le rapport de la Commission Consultative Présidentielle. Les commissaires Réginald Boulos, Ogé Beauvoir, Evans Paul, Patrick Aris et Chavannes Jeune ont tour à tour expliqué les démarches de la Commission qui a proposé au Chef de l'État une feuille de route.

Pour sa part, tout en saluant les efforts des commissaires durant ces 8 jours, le Chef de l'Etat a accusé réception du document et promis de réagir dans, au plus, 72 heures « Certainement, je ne peux rien promettre à cette minute précise, mais d’ici vendredi, j’aurai un message à la Nation »

Réagissant à ce rapport Jacques Stevenson Thimoléon, Président de la Chambre basse rappelle que la Commission Consultative Présidentielle ne jouit d'aucune légitimité républicaine et que ses recommandations ne sauraient liées en aucun cas les grands pouvoirs de l'Etat. En cette Commission ne peut se substituer au parlement ni au Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) ni à la Primature.

De son côté, le Sénateur Jean Baptiste Bien-Aimé (nord-Est) membre du G6, tout en reconnaissant que la Commission a prise en compte certaines des revendications exprimées, déplore que la démission du Chef de l’État ne figure pas dans la solution de la Commission.

Mais au-delà des opinions des uns et des autres, pour ou contre cette solution, le calendrier de mise en œuvre de cette éventuelle solution proposé par la Commission, est pour le moins surprenant sinon utopiste dans les délais proposés.

Nous vous laissons en juger en par vous-mêmes :

Extrait du calendrier de mise en œuvre de la solution :

11 -17 décembre 2014 :

  • La Commission remet son rapport au Président de la République ;
  • Démission du Premier Ministre et du Président du CSPJ ;
  • Consultation sur la mise en place d’un nouveau CEP ;
  • Consultation du Président de la République avec les deux présidents de
    Chambres sur la désignation d’un nouveau Premier Ministre ;
  • Rencontre du Président de la République avec les partis politiques
    représentés au Parlement ;
  • Démarrage des négociations entre le Président de la République et les
    composantes politiques ;
  • Nomination d’un nouveau Premier Ministre ;
  • Convocation de la Chambre des Députés à l’extraordinaire ;

17-24 décembre 2014 :

  • Signature du pacte de consensus entre le Président et les partis politiques ;
  • Démission du CEP ;
  • Consultation sur la mise en place d’un nouveau CEP ;
  • Vote de confiance de la politique générale ;
  • Installation des Ministres du gouvernement de consensus ;
  • Vote des amendements à la loi électorale par le Sénat et transmission à la chambre basse ;
  • Ratification des Ambassadeurs par le Sénat ;
  • Adoption et publication de la loi électorale ;
  • Nomination du Conseil Electoral Provisoire.

Téléchargez le rapport intégral de la Commission (PDF) : https://www.haitilibre.com/docs/Rapport-Final-de-La-Commission-Consultative-Presidentielle.pdf

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Mike stallone
Posté le 11/12/2014 17:12:27
Je pense que le rapport de cette dite commission est qualifié de malhonnête .comment peut-on demander la démission totale d'un équipe qui est en train de travailler très dure à la promotion de chère Haïti,
Pek
Posté le 11/12/2014 11:58:57
Ces recommandations sont tout simplement impossible, il ne serra pas possible surtout avec ces sénateurs sans vision.
Agrippa
Posté le 11/12/2014 01:04:09
Il faut bien comprendre que le travail de cette commission c'est de faire des «recommandations» au Président, elle n'a aucune force de loi. Ainsi ce fameux calendrier très serré et impossible n'est que de la bouillie pour les chats. Comment peut-on penser que toutes ces recommandations pourraient se matérialiser dans un si court laps de temps. Ces gens rêvent en couleurs.
Basdos
Posté le 10/12/2014 22:30:49
Si vous voulez comprendre la logique de la politique a l‘haitienne, elle se resume ainsi: « Ôte-toi de là pour que je m’y mette » Et n’importe quels moyens sont bons, incluant la violence, le mensonge, et si necessaire, a la vue de tous et en plein jours. Cette lutte pour le pouvoir, pour être aux commandes des organes de l’État, donc avoir de l’influence c’est pour ultimement être en mesure de détourner des deniers publics ou recevoir des pots de vin. En ce sens, à moins qu’il existe un système qui systématiquement puni sévèrement cette pratique de détournements de fonds, la démocratie ne marchera pas en Haiti. Présentement, beaucoup de personnes font la vie maigre en Haiti à cause de trop grand nombre de mesures le gouvernement a mise en place pour enrayer la corruption et l’impunité. C’est pour cela que cette opposition anarchique et illogique qui suit le modèle du « ôte-toi » veut s’approprier des pouvoirs car elle souffre financièrement et en capital politique énormément. Ces manifestations arrangées par des têtes de ponts sont des cris de désespoir et donc un vrai combat pour eux. Ils ont des convictions profondes de ce qu’ils veulent et qui se résument avec le « jan’l passe, l’ passe ». Vouloir les apaiser, c’est renter dans leur logique d’anti-système tout à fait antidémocratique. Le salut de ce pays c’est 20 ans, de dictature benevolente, avec l’application systematique des règles de société etablies. Le réflexe démocratique n’est pas encore une valeur haïtienne.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n