iciHaïti - Covid-19 : La RD envoie 1,200 militaires et de l’équipements en renfort à la frontière

iciHaïti - Covid-19 : Remise de matériels et d’équipemements médicaux à l’hôpital St-Luc

iciHaïti - MUPANAH : Décès de Muguel Thélusma

iciHaïti - FAd’H : Cogestion d’une vingtaine de fermes agricoles

iciHaïti - Football : Varieno Saint Fleur nouveau Président temporaire de la FHF


+ de nouvelles


Haïti - FLASH : Le nombre de nouveaux cas, double en 24 heures

Haïti - FLASH : Séisme de 4,7 dans le Nord

Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 30 mai 2020

Haïti - COVID-19 : L’OACI va rendre public son protocole sanitaire pour le transport aérien des passagers


+ de nouvelles



Haïti - Agriculture : La pêche aux investisseurs....
26/09/2010 15:06:00

Haïti - Agriculture : La pêche aux investisseurs....
La pêche en Haïti présente des atouts réels qui devraient intéresser les investisseurs privés nationaux et étrangers. Mis à part quelques projets en cours financés par la Coopération espagnole et la BID, le secteur de la pêche et de l’aquaculture a besoin de davantage d’appui de la Communauté internationale pour lui permettre de remplir pleinement son rôle dans l’économie nationale.

Haïti bénéficie d’une côte longue de 1,770 km et de 22,000 ha de plan d’eau. C’est aussi le seul pays à disposer de 800 ha d’eau saumâtre dans sa sous région. Les activités de pêche occupent à temps plein ou partiel environ 52,000 familles. Mais en dépit de ces potentialités riches et variées, la pêche est encore très peu développée en Haïti. La production de poisson reste faible de l’ordre de 16,000 tonnes par an dont 400 tonnes produites par l’aquaculture. Chaque année, l’Etat doit importer 21,000 tonnes de poissons pour une valeur de 18 millions de dollars pour couvrir le déficit de sa production.

Il s’agit d’une pêche artisanale qui utilise des équipements rudimentaires de faible productivité. Les embarcations de petite taille et vétustes ne permettent pas l’exploitation de ressources éloignées de la côte et limitent le temps et le nombre de jours de pêche. L’organisation des pêcheurs est quasi absente. Les moyens de conservation sont inexistants augmentant les risques de pertes à tous les niveaux des filières de commercialisation. Le matériel de pêche coûte cher et pour l’essentiel est importé de la République dominicaine.

À ce jour, aucune évaluation des ressources marines n’a été faite en Haïti. Au regard de la demande croissante en produits de la mer et des exigences de protéger les ressources de la mer, une telle évaluation permettrait une meilleure planification de l’exploitation tout en sauvegardant l’environnement pour une pêche durable et productive. Le manque de statistiques sur la pêche constitue également un handicap de taille pour l’identification et la préparation de projet de pêche.

Comparativement aux pays de la sous-région, la consommation de poisson en Haïti est la plus faible (3,8 kg/tête/an) tandis qu’en République dominicaine, elle est de 10 kg/tête/an. Le plan d’action du gouvernement pour la pêche et l’aquaculture vise à doubler la production actuelle pour passer de 16,000 tonnes à 35,000 tonnes en 2020.

Le séisme du 12 janvier dernier a fragilisé davantage le système de production et conservation des poissons. Des fabriques de glace et des entrepôts frigorifiques ont été détruites par le séisme. Le manque d'électricité a occasionné des pertes importantes de poissons. Certains pêcheurs ont perdu leurs dispositifs de concentration de poissons et certains éleveurs de poissons ont subi des dommages dans des étangs et ont perdu des poissons. Avec le recul de la mer, les poissons se sont éloignés des côtes rendant ainsi les conditions de pêche plus difficile aux petites embarcations. Après le séisme, le transport du poisson a été perturbé pendant plusieurs semaines du fait des éboulements qui ont obstrué les voies de communication.

HL/ HaïtiLibre


Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Adeler Saint Laurent
Posté le 23/01/2013 11:39:14
Parler de matériel de pêche couteux et importé en Haiti me porte a croire que seul le systeme formel est pris en considération. En Haiti le système de production informelle de matériel de pêche a une importance économique intéressante pour beaucoup de régions c'est le cas de la nasse de bambou. Une grande partie des pêcheurs opérant a l'Acarhaie, la Gonâve, Miragoâne et tant d'autres regions utilisent la nasse pour pêcher. Donc si on valorisait et régulait le système de production de nasse on pourrait arriver a de très bons résultats. La seine est également produite même lorsque le fil pour la produire est acheté
Charly
Posté le 30/01/2012 18:39:28
Donnez a Haiti le droit à l'économie par la pêche
18juin
Posté le 27/09/2010 04:33:14
L'amélioration de l'écosystème haitien: maîtrise des bassins versants, reboisement,maintien des mangroves, protection des coraux, devrait favoriser une recolonisation des littoraux par des espèces marines. Pour le reste, létagogo est un exemple à appliquer à la pêche. Il n'est pas difficile de mettre en place prés des pêcheurs des conteneurs frigorifiques alimentés en photovoltaique et d'offrir des petits camions pour aller à la ville. Un programme d'amélioration de la construction navale traditionnelle pourrait s'appuyer sur des associations en relation avec des ports musée qui entretiennent les techniques traditionnelles.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n