iciHaïti - Éducation : Vers une redynamisation de l’alphabétisation

iciHaïti - Économie : Des «Madan Sara» souhaitent monter une coopérative

iciHaïti - FOKAL : Vers l’établissement d’une cartographie nationale du secteur culturel haïtien

iciHaïti - Contrebande : Saisie de chaloupes à Saint Louis du Sud

iciHaïti - Exposition : «Ombre et lumière : la peinture haïtienne d’hier et d’aujourd’hui»


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 3 août 2020

Haïti - Diaspora : Bourses d’études pour les jeunes haïtiens du Québec

Haïti - Espagne : Premier accord de Coopération académique et scientifique inter universitaire

Haïti - Agriculture : Les conditions de sécurité alimentaire continuent de s’aggraver


+ de nouvelles



Haïti - Économie : Relance du Crédit en Haïti
04/10/2010 14:49:28

Haïti - Économie : Relance du Crédit en Haïti
Les autorités haïtiennes avec l'aide de la Banque mondiale, la BID et du Trésor américain, travaillent à la préparation d'un fonds de crédit de garantie partielle, de crédit-bail et de mécanismes pour permettre aux petits entrepreneurs et aux entreprises à se reconstruire après le séisme de janvier .

Accompagné de mesures visant à faciliter la restructuration des prêts bancaires et stimuler le financement pour la construction de la maison, ils espèrent que cette injection de capital pourra contribuer à inverser la contraction estimée à 7 % de l'économie haïtienne cette année.

La semaine dernière, Charles Castel, Gouverneur de la banque centrale, Jean-Max Bellerive, le Premier ministre et Ronald Baudin le ministre des Finances ont déclaré que la disponibilité de crédit renforcera les mesures visant à remettre en activité l’économie où des dizaines de milliers d'emplois de la classe moyenne ainsi que des petits entrepreneurs, ont perdu non seulement leurs maisons, mais tout leurs moyens d'existence.

« Tout ce que nous faisons, en collaboration avec les banques en essayant de générer plus d'investissements en Haïti, c’est de soutenir la classe moyenne afin d’arrêter sa fuite du pays » a déclaré Le premier ministre. « La micro-finance a été entravée par le passé en raison des taux d'intérêt prohibitifs pratiqués par les banques. On espère que le fonds de crédit de garantie partielle et de développement industriel, pourrait dans un premier temps garantir 140 millions de dollars en prêts, et éventuellement plus par la suite »

En outre, la banque centrale a assoupli ses exigences en matière de prêts pour les banques afin de faciliter la restructuration des crédits affectés par le séisme, et aussi assoupli les règles de réserves obligatoires pour les prêts pour l'immobilier résidentiel et commercial. Afin de renforcer encore le financement des logements, la banque travaille aussi sur un plan pour offrir des prêts à long terme sur 10-15 ans à taux fixe pour l'immobilier résidentiel.

En plus des mesures visant à faciliter la restructuration des prêts bancaires et de promouvoir la construction de logements, on s'attend à ce que cette injection de capital contribue à inverser la contraction de 7% estimé par les économistes « C'est pourquoi nous travaillons sur toutes ces mesures [...] avec la stabilité politique, je crois qu'il est raisonnable de penser que nous allons avoir une forte croissance [...] nous espérons que l'année prochaine, nous aurons une croissance de 8-10%, avec un peu de chance » a déclaré le gouverneur de la banque centrale.

Un autre programme qui sous-tend l'espoir de parvenir à une forte croissance économique l'année prochaine est un plan d'infrastructure et de développement, qui vise à utiliser les aides institutionnelles et les investissements privés pour construire des routes, ponts, ports, aéroports et installations de fabrication.

Jean Max Bellerive a souligné « la nécessité urgente d'un afflux massif d'investissements étrangers pour compléter l'aide internationale, qui seul pourrait atténuer l'impact du séisme et mettre Haïti sur la voie du développement durable ». Mais les défis sont énormes, notamment la nécessité d'améliorer et moderniser les structures judiciaires et administratives afin d'assurer la primauté du droit et de la sécurité dans une société où ceux-ci avaient longtemps été largement absents « Si la société ne fonctionne pas bien, les finances ne peuvent pas travailler » à déclaré Charles Castel.

S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n