iciHaïti - Covid-19 : La RD envoie 1,200 militaires et de l’équipements en renfort à la frontière

iciHaïti - Covid-19 : Remise de matériels et d’équipemements médicaux à l’hôpital St-Luc

iciHaïti - MUPANAH : Décès de Muguel Thélusma

iciHaïti - FAd’H : Cogestion d’une vingtaine de fermes agricoles

iciHaïti - Football : Varieno Saint Fleur nouveau Président temporaire de la FHF


+ de nouvelles


Haïti - FLASH : Le nombre de nouveaux cas, double en 24 heures

Haïti - FLASH : Séisme de 4,7 dans le Nord

Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 30 mai 2020

Haïti - COVID-19 : L’OACI va rendre public son protocole sanitaire pour le transport aérien des passagers


+ de nouvelles



Haïti - Agriculture : Le crédit agricole toujours trop cher
08/10/2010 06:00:56

Haïti - Agriculture : Le crédit agricole toujours trop cher
En 1963, l’État haïtien a mis en place un Bureau de Crédit Agricole (BCA) spécialisé dans le financement des petites et moyennes exploitations agricoles. Le système de financement adopté à partir de 1991 s’appuie sur les services des intermédiaires financiers telles que les coopératives et associations agricoles. Mais à cause des risques élevés des activités agricoles et les faibles remboursements, ces institutions de refinancement ont réorienté le prêt vers le secteur commercial. La part du secteur agricole ne représentait plus que 20 % des prêts accordés et les taux d’intérêt pratiqués pouvaient atteindre 60 %.

Actuellement les prêts du BCA sont accordés contre le dépôt d’un cash collatéral de 30 % du montant demandé. Le montant des prêts peut varier entre 27,000 gourdes (1) et 10 millions de gourdes. La durée du prêt s’étale sur 12 à 18 mois avec un taux d’intérêt de 1,5 % par mois. Les fonds alloués au BCA par l’État en 2007/08 s’élevaient à 36 millions de gourdes. Ce volume de financement, équivalant à 35 % environ du budget d’investissement du BCA, ne permet de satisfaire que 10 % de la demande nationale.

Par ailleurs, la dispersion des agriculteurs, l’enclavement de certaines zones et le manque de personnel d’encadrement ne facilitent pas l’accès des producteurs au crédit agricole et augmentent par la même occasion le coût du prêt. Aussi, le manque de diversification ainsi que la rigidité des conditions d’éligibilité et de remboursement du prêt ne sont pas adaptées au contexte haïtien dominé par de petits agriculteurs. Cette situation amène certains producteurs à s’orienter vers les institutions de micro-finance ou les privés qui accordent des prêts avec quelques facilités de payements (nature) mais souvent à des taux usuraires (40 % pour une durée de 6 mois).

Face à ces difficultés et au manque de financement de l’État, le Ministère de l'Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural a mis en place en 2006 une commission nationale chargée de proposer de nouvelles orientations en vue d’assurer une meilleure accessibilité du crédit agricole. La commission a recommandé, entre autres, la création d’une nouvelle institution bancaire chargée du crédit agricole et rattachée à la Banque de la République d’Haïti. Le Colloque tenu en janvier 2009, a défini un programme de crédit intérimaire qui apportera son financement à toute la filière agroalimentaire y compris l’artisanat rural. Les prêts sont désormais accordés à des producteurs individuels mais également aux intermédiaires évoluant dans la micro-finance en milieu rural.

(1) 1 dollars US = 40 gourdes

HL/ HaïtiLibre / FAO/PAM/ 21/09/2010

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


pajynel
Posté le 18/11/2010 18:18:47
L'une des causes de la hausse du taux du crédit agricole c'est parceque l'argricuture en Haiti se fait avec des instruments rudimentaires ce qui rend cet investissement beaucoup plus risqué, hors le taux de rendement est fonction du risque. donc on devrait changer notre système de production dans ce secteur en utilisant la technonologie approprié afin que cette activité devienne plus rentable dans le but de diminuer le risque pour baisser le taux.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n