iciHaïti - Taïwan : Renforcement de la coopération dans les infrastructures et l'énergie

iciHaïti - Politique : La Ministre Suzan aux côtés des «Madan Sara»

iciHaïti - Séjour conditionnel : 205,026 haïtiens ont déjà été approuvés

iciHaïti - Insécurité : Assassinat de l’ancien gardien de but du Don Bosco

iciHaïti - FLASH : Nouvelles dates de rendez-vous (Visa pour le Brésil)


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Formation : 300 jeunes mobilisés pour la Paix sociale et la Sécurité

Haïti - Coopération : Taiwan pourrait faire don de davantage de fournitures à Haïti

Haïti - Sécurité : Communes et localités concernées par l’État d’urgence (liste)

Haïti - Actualité : Zapping…


+ de nouvelles



Haïti - Sécurité : Liberté de presse, Haïti recule de 6 places au classement mondial
05/05/2015 09:38:54

Haïti - Sécurité : Liberté de presse, Haïti recule de 6 places au classement mondial
Dans le classement mondial de la liberté de la presse 2015 de Reporters Sans Frontières (RSF) Haïti recule de 6 places par rapport à 2014, alors que dans le même temps dimanche, lors de la Journée Mondiale de la liberté de la presse, le Président Martelly déclarait « [...] La liberté d'expression constitue sans aucun doute l'un des plus importants acquis du peuple haïtien dans sa lutte en faveur la démocratie. La liberté de la presse est un acquis démocratique que nous garantissons dans la transparence et le respect des droits de chacun. Sous mon administration, la presse haïtienne a pu librement exercer son devoir d’informer sans contraintes, menaces ou censure. Je continuerai à m’assurer que les journalistes puissent exercer leur métier dans les cadres prescrits par les lois haïtiennes. J’encourage les journalistes à faire preuve de sagesse, de probité intellectuelle et de respect de la déontologie qui régit leurs métiers. La presse fait partie du changement et constitue un maillon important dans le développement du [...] »

Dans le tout dernier classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF), Haïti figure en 53ème position sur 180 pays avec un score d'exactions de 30,45 comparativement à la 47ème position en 2014, soit une perte de 6 positions (Le score exaction reflète l'intensité des violences perpétrées contre les acteurs de l'information sur la période. Un score vierge signifie que le nombre minimal de violations constatées par Reporters sans frontières n'a pas été atteint pour faire l'objet d'une note strictement positive).

Le rapport indique que le paysage médiatique haïtien se caractérise par une polarisation entre les médias « pro-gouvernementaux » et ceux d’opposition qui ont souvent des difficultés d’accès à l’information publique. L’administration fait preuve d’une hostilité inquiétante vis-à-vis des médias critiques ainsi que des velléités à museler les voix indépendantes. Le 8 avril 2014, le Conseil national des télécommunications d’Haïti (CONATEL) a menacé de sanctions « certaines » radios diffusant « de manière systématique de fausses informations susceptibles de troubler l’ordre public, de déstabiliser les institutions de la République et de porter atteinte à l’intégrité de nombre de citoyens ». Ce climat restrictif pose un risque évident d’auto-censure, néfaste à la liberté de l’information.

Les intimidations envers les professionnels de l’information se sont multipliées y compris aux mains des forces de l’ordre dans le cadre de manifestations. La législation haïtienne prévoit toujours des peines de prison en cas de diffamation. Les enquêtes sur les meurtres de journalistes souffrent d’une lenteur inacceptable et d’obstructions répétées générant un climat d’impunité inquiétant.

La République Dominicaine est classée 63ème avec un score d'exactions de 28,33 (en 2014 elle était classée 68ème), soit un gain de 5 positions.

En tête de l’édition 2015 du Classement mondial de la liberté de la presse figurent, comme souvent, trois pays nordiques, la Finlande, première depuis cinq ans, la Norvège et le Danemark. A l’autre bout du spectre, les situations les pires sont relevées au Turkménistan, en Corée du Nord et en Erythrée, 180ème sur 180. La France figure à la 38ème place (+ 1), les Etats-Unis à la 49ème (- 3), le Japon à la 61ème (- 2), le Brésil à la 99ème (+12), la Russie à la 152ème (- 4), l’Iran à la 173ème (stable) et la Chine à la 176ème (- 1).

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-13741-haiti-politique-journee-mondiale-de-la-liberte-de-la-presse.html

HL/ TB/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Sergo
Posté le 05/05/2015 22:07:46
Je me demande si ce que dit Reporters Sans Frontières est vraiment sérieux, ou s'ils jouent aux devinettes. Je suis en train de me questionner sérieusement sur la crédibilité de cet organisme, qui d'après moi ne prend pas vraiment le temps de bien analyser les déroulements, d'évènements, dans certains pays. Or selon moi ils vont avec des pronostiques immaginaires,selon le profille du pays, ce qui n'est pas sérieux et un manquement de professionnalisme. Qu'on soit pour ou contre, il faut qu'on soit capable de dire durant les 5 dernieres années Haiti a fait des progrès énormes en ce qui concerne la liberté de la presse, le respect des droits humains.
andre lafond
Posté le 05/05/2015 11:49:19
Voila sur quoi se base Reporters sans Frontière pour reculer Haiti de 6 place dans son classement frauduleux « Le 8 avril 2014, le Conseil national des télécommunications d’Haïti (CONATEL) a menacé de sanctions « certaines » radios diffusant « de manière systématique de fausses informations susceptibles de troubler l’ordre public, de déstabiliser les institutions de la République et de porter atteinte à l’intégrité de nombre de citoyens ». C'est une honte pour une organisation à laquelle on croyait pourtant pouvoir faire confiance. Les Europeens ne cesseront jamais de poignarder ce petit pays de negres.
Jaguar
Posté le 05/05/2015 11:08:55
Monsieur Martelly a toujours montrer son aversion a l'egard de la presse, aujourd'hui je ne comprends rien de sa déclaration. Si la presse haistienne existe en tant que telle, c'est grâce aux efforts des intellectuels du pays qui se battent pour la démocratie et la liberté de la presse. Pour ce qui est du respect des acquis démocratiques, le respect de la liberté de la presse, l'administration mickyenne est bien mal placée pour la promouvoir...
jeando
Posté le 05/05/2015 10:05:52
Nous devons tenir compte des efforts d'Haiti en matière de la liberté d'expression. Nous avons reculer certe, mais cependant Haïti est en avant de plusieurs grand pays dans le monde. Je crois que c'est un part pour le progrès de ce pouvoir. "l'union fait la force"
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2024
Haitilibre.com -n