iciHaïti - Éducation : Vers une redynamisation de l’alphabétisation

iciHaïti - Économie : Des «Madan Sara» souhaitent monter une coopérative

iciHaïti - FOKAL : Vers l’établissement d’une cartographie nationale du secteur culturel haïtien

iciHaïti - Contrebande : Saisie de chaloupes à Saint Louis du Sud

iciHaïti - Exposition : «Ombre et lumière : la peinture haïtienne d’hier et d’aujourd’hui»


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 3 août 2020

Haïti - Diaspora : Bourses d’études pour les jeunes haïtiens du Québec

Haïti - Espagne : Premier accord de Coopération académique et scientifique inter universitaire

Haïti - Agriculture : Les conditions de sécurité alimentaire continuent de s’aggraver


+ de nouvelles



Haïti - Humanitaire : Les oubliés de l’aide humanitaire
22/05/2010 11:14:56

À Port-au-Prince, plusieurs quartiers classés non-prioritaires, mais néanmoins fortement affectés par le séisme, n'ont jamais été touchés par l'aide humanitaire. Caritas s'engage auprès de ces communautés oubliées.

À première vue, Sibert semble avoir bien résisté au séisme, situé ans un quartier presque rural, à la périphérie Nord de Port-au-Prince, peu de dégâts apparents. La plupart des maisons de briques et de bois sont encore debout. En dépit des apparences, plus de 70% des habitations du quartier sont hors d'usage, plus de 20% des abris ont été totalement détruits et près de 50% sont trop endommagés pour être utilisables.

Quatre mois après le séisme, cette situation pèse que jamais sur la population. Ni totalement effondré, ni épargné pour autant, Sibert fait partie des nombreux quartiers de la capitale où la destruction n'a pas été assez massive pour pour recevoir de l'aide. Avant le séisme, Sibert, zone située à mi-chemin entre la ville et la campagne, souffrait déjà de sa localisation.

«Dans un quartier comme celui-ci, il faut procéder par étape. D'abord, nous procurons un abri aux familles, nous enlevons les décombres de leurs maisons, puis nous aidons l'école à se remettre en route, notamment grâce aux tentes et aux kits scolaires» souligne Irina Klimkovà en charge du projet Caritas. « Pour cela, il faut former les gens autour des activités déjà existantes, agriculture et petits commerces notamment, qui demandent seulement à être valorisées»

S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n