iciHaïti - Saint-Marc : La foudre détruit plusieurs véhicules et chaloupes

iciHaïti - AVIS : 120 bourses de formation en réseaux communautaires internet, inscriptions ouvertes

iciHaïti - Petit-Goâve : La DGI déterminée à reprendre les terrains de l’État spoliés par le Maire Limongy

iciHaïti - Agriculture : Distribution d'intrants agricoles pour relancer le secteur

iciHaïti - Sécurité routière : 13 accident, 20 victimes


+ de nouvelles


Haïti - FLASH : Nouveau vol de retour vers les USA

Haïti - Canada : Vers la régularisation du statut des demandeurs d'asile haïtiens qui travaillent dans les centres de soins pour aînés

Haïti - FLASH : Plus de 1,000 cas dans le département de l’Ouest

Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 27 mai 2020


+ de nouvelles



Haïti - Social : Ras le bol dans les camps, le ton monte
13/10/2010 09:38:53

Haïti - Social : Ras le bol dans les camps, le ton monte
Neuf mois après le tremblement de terre, en dépit de l'aide humanitaire, plus de 1.3 millions de personnes vivent toujours dans des conditions précaires dans plus de 1,300 camps. Plusieurs centaines d’haïtiens déplacés, vivant dans des camps, brandissant des pancartes, ont lancé des slogans anti-gouvernementaux, dénonçant l’irresponsabilité des autorités, devant le bureau du Premier ministre Jean Max Bellerive, à Port-au-Prince.

La manifestation de mardi, organisée par les comités et organisations des camps de réfugiés, y compris le « Force de Réflexion et d'Action sur la Problématique du Logement » (FRAKKA) revendiquait un logement décent et stable pour les victimes du séisme « Nous demandons que les organisations non gouvernementales cessent de perdre de l'argent dans la construction de faux refuges [habitations transitoires] et de construire en dur » ont déclaré les organisateurs. Les manifestants exigent du gouvernement la construction de logements convenables pour ceux qui vivent dans des tentes, et rejettent les expulsions forcées. Selon diverses sources, plus de 30,000 personnes ont été expulsées et des dizaines de milliers d’autres sont menacées de l’être « nous appelons le Premier ministre à prendre toutes les mesures pour forcer les propriétaires à mettre fin aux expulsions » a déclaré un porte-parole.

Jusqu'à présent, le gouvernement n'a annoncé aucun plan pour le logement des victimes du séisme. Les personnes déplacées se sentent abandonnés par les autorités. « Nous sommes totalement oublié [...] les tentes sont infestés de rats et d'insectes » ont déclaré des manifestants, une femme affirmait ne plus pouvoir vivre avec ses enfants sous les tentes et les bâches en plastique « ce sont de véritables fourneaux le jour ».

« Nous n'irons pas aux élections présidentielles et législatives du 28 novembre sous les tentes », a menacé le FRAKKA dans son communiqué. « Nous sommes déterminés à manifester quotidiennement jusqu’aux élections. Dans notre situation comment peut-on oser nous parler d’élections » a fait savoir l'un des responsable de camp.


S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n