iciHaïti - PNH : Distribution de masques au QG du CIMO

iciHaïti - Culture : Fermeture du Parc national historique

iciHaïti - Petit-Goâve : La police municipale ferme les portes de la Mairie

iciHaïti - Covid-19 : Les transports en communs «une bombe sanitaire à retardement»

iciHaïti - Covid-19 : Mesures sanitaires dans le transport en commun


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 3 avril 2020

Haïti - Politique : Les opérateurs de télécoms face à la crise du Covid-19

Haïti - Éducation : Enseignement à distance pour tous, clarification...

Haïti - Économie : Lutte contre le Covid-19, la Banque Mondiale aux côtés d'Haïti


+ de nouvelles



Haïti - Épidémie : Les vrais responsables de l’épidémie
11/11/2010 14:16:11

Haïti - Épidémie : Les vrais responsables de l’épidémie
La situation dans l’Artibonite et dans le Nord Ouest du pays et maintenant à Port-au-Prince est extrêmement inquiétante. Mais au-delà de la nécessaire réponse d’urgence à ces crises, les besoins structurels en eau, assainissement et hygiène, sont les vrais responsables de l’épidémie actuelle et doivent être pris en compte dès maintenant dans ces zones et plus globalement dans l’ensemble du pays.

Selon une étude réalisée en 2008 par Action Contre la Faim (ACF) dans chaque département haïtien, seulement 41% des haïtiens ont accès à des latrines dans leur domicile et 51% un accès à l’eau «qualifié de sûr».

Dans l’Artibonite, ces chiffres tombent a moins d’un tiers des habitants ayant un accès à une «eau potable de qualité» et un accès aux latrines. Dans la majorité des foyers ces latrines familiales ne fonctionnent pas. Dans les zones rurales les plus vulnérables, moins de 5% de la population a accès à l’assainissement. Les systèmes de gestion des déchets solides et liquides sont largement sous-dimensionnés dans tout le pays.

Au-delà de l’urgence actuelle visant à prévenir un plus grand nombre de décès et de contamination, il s’agit donc dès maintenant de mettre en place des systèmes durables et efficaces d’accès à l’eau potable et à l’assainissement, seule solution pour éviter qu’une telle épidémie se reproduise en Haiti.

« Avec le manque d'infrastructures d'eau potable et l'assainissement en Haïti, il était difficile d'imaginer que nous n'aurions pas à faire face un jour à une importante épidémie », a dit Joia Mukherjee, directrice médicale de Partners in Health (PIH), une ONG de Boston, qui travaille depuis 20 ans en Haïti et qui est présente dans l’Artibonite.

En 2008, PIH et trois autres organismes ont publié un rapport sur le manque d'accès à l'eau potable, chronique en Haïti. Selon le rapport, ce manque « compte comme l'un des obstacles les plus considérables pour Haïti quand il s'agit de satisfaire aux standards les plus élémentaires des droits humains. Un héritage historique d'inégalités, une gouvernance sans pouvoir ou corrompue et des niveaux persistants d'extrême pauvreté ont contribué à l'incapacité intrinsèque des gouvernements haïtiens successif, à fournir de l'eau potable à sa population ».

Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Haïti est l'un des rares pays au monde où la couverture des besoins des habitants des villes, en matière d'assainissement a régressé entre 1990 et 2006.

Selon Mme Mukherjee, le développement d'un système d'eau potable et d'assainissement relève de la responsabilité du gouvernement. Depuis le séisme de janvier 2010, PIH s'inquiète du peu de fonds reçus par le gouvernement « Les infrastructures ne peuvent pas être mises en place par les ONG. Il est important d'aider le gouvernement à obtenir une partie des financements qui entrent dans le pays, c'est essentiel ».

PI/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Patrick
Posté le 16/11/2010 18:44:14
Dans le discour du Président, René Préval, il se dit non coupable de cette crise de cholera. On dirait qu'il ne sait même pas la définition de l'État et même du rôle d'un gouvernement... je pensais que son rôle était d'administrer les institutions de l'État... On ne peut pas culpabiliser l'État en tant que tel, car ce n'est pas une personne. Si le gouvernement n'est pas coupable de ne pas assumer sa responsabilité afin de distribuer de l'eau potable a la population qui a le tord? M. le Président, vous ne pouvez pas vous défendre face a une telle situation. Vous êtes responsable du malheur du pays.
justice
Posté le 11/11/2010 21:48:49
Rien de plus a ajouter. Cependant il est navrant que ce soit presque toujours les étrangers a venir avec des vérités d'un nationalisme éprouvé. Je parie qu'après encore dix ans cette reflexion sera toujours d'actualité en dépit du fait qu'ils (ces étrangers) profitent largement de cette situation se présentant comme un défit à relever. Candidats a vos marques!!! et Peuple haitien a l'heure des élections la parole est à vous.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n