Nouveau calendrier scolaire remanié 2022-2023 (Officiel)





iciHaïti - AVIS France : Message de l’ambassadeur aux français vivant en Haïti

iciHaïti - France : Clôture du stage de formation du RAID aux agents spécialisés de la PNH

iciHaïti - Crise : Les dominicains appelés à quitter Haïti dès que possible

iciHaïti - Crise : La Mairie de Cap-Haïtien manque de carburant, demande l’aide des citoyens

iciHaïti - Littérature : Haïti dans les Finalistes du Prix «Les Afriques 2022»


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #923

Haïti - FLASH : Incident dans la zone franche de la CODEVI, les ouvriers évacués sous protection

Haïti - Mondial FIFA, Pérou 2023 : Nos jeunes Grenadiers U-17 connaissent leurs adversaires (phase finale qualificative)

Haïti - FLASH : «Il faut des soldats sur le terrain dès maintenant» dixit ex Ambassadrice US Pamela A. White


+ de nouvelles



Haïti - Social : Les violences faites aux femmes augmentent dans les camps
06/01/2011 11:53:54

Haïti - Social : Les violences faites aux femmes augmentent dans les camps
Dans son dernier rapport « Aftershocks : Women speak out against sexual violence in Haiti’s camps », publié hier, Amnesty International écrit que « les femmes, les jeunes filles et les fillettes qui vivent dans les camps de fortune en Haïti, sont de plus en plus confrontées au risque d’être victimes de viols et de violences sexuelles. »

Un an après le séisme de janvier 2010, plus d’un million de personnes vivent toujours dans des conditions déplorables dans des camps en Haïti. D’après Amnesty International, plus de 250 cas de viols dans plusieurs camps ont été signalés au cours des 5 premiers mois qui ont suivi le séisme. Les violences sexuelles étaient très répandues en Haïti avant janvier 2010, mais ce fléau a été exacerbé par les conditions de vie depuis le séisme.

Les responsables de ces actes sont principalement des hommes armés qui traînent dans les camps une fois la nuit tombée et qui agissent en toute impunité. « Depuis le tremblement de terre, le système judiciaire et policier déjà fragile s’est complètement effondré en Haïti, avec des femmes vivant dans des camps surpeuplés et peu sûrs » indique Gerardo Ducos, chercheur sur Haïti pour Amnesty International.

Depuis un an, presque tous les deux jours, des femmes victimes d’agression, se présentent au bureau d’un groupe local de soutien pour chercher de l’aide, rapporte Amnesty International. « Les femmes, qui se battent déjà pour surmonter la perte de leurs proches, de leur foyer et de leurs moyens de subsistance à la suite du tremblement de terre, doivent aussi faire face au traumatisme que représente le fait de vivre sous la menace constante de ce type d’agressions » précise Gerardo Ducos.

« Pour mettre fin aux violences sexuelles généralisées, le nouveau gouvernement doit faire de la protection des femmes et des fillettes dans les camps, une priorité. Ce problème a jusqu’ici été largement ignoré dans la réponse apportée à la crise humanitaire globale. » Les victimes considèrent que la réponse des policiers est inadaptée. Nombre d’entre elles, ont relaté que lorsqu’elles sont allées demander de l’aide à la police, les policiers leur ont répondu qu’ils ne pouvaient rien faire.

Amnesty International invite le nouveau gouvernement à prendre de toute urgence des mesures afin de mettre un terme aux violences dont sont victimes les femmes dans le cadre d’un plan plus global destiné à coordonner l’action humanitaire. Dans son rapport, elle souligne que les femmes qui vivent dans les camps doivent être pleinement impliquées dans l’élaboration de ce plan. Parmi les mesures à prendre immédiatement, il convient d’améliorer la sécurité dans les camps, de veiller à ce que les policiers soient capables de réagir de manière efficace et de déférer à la justice les responsables présumés.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n