iciHaïti - Covid-19 : Détérioration attendue de la situation de la sécurité alimentaire

iciHaïti - Environnement : «Nos solutions sont dans la nature»

iciHaïti - Politique : Visioconférence entre Jovenel Moïse et Danilo Medina

iciHaïti - OIM : Formation sur la gestion des cas de migrants vulnérables face au Covid-19

iciHaïti - Covid-19 : 20,000 masques pour les associations culturelles


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 24 mai 2020

Haïti - Abus sexuel : Le journal «The Guardian» récidive, la Fédération de Football dénonce

Haïti - Petit-Goâve : Arrestation de 18 membres du Foyer Spirituel des Consciences Unies

Haïti - FLASH : 53 nouveaux cas et 136 cas suspects en 24 heures


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : Des ouvriers forcés à prendre le béton, des entreprises ferment
20/05/2017 08:59:04

Haïti - FLASH : Des ouvriers forcés à prendre le béton, des entreprises ferment
Vendredi, plusieurs milliers d’ouvriers du secteur textile de la sous-traitance ont pris le béton pour exiger l’augmentation du salaire minimum journalier de 350 à 800 gourdes en plus d’avantages sociaux (subventions pour la nourriture, le transport et la construction de logement sociaux) afin de faire face à l’augmentation des Prix des carburants, des tarifs des transports en commun et la hausse du coût de la vie...

Pour le syndicaliste Dominique St-Eloi responsable du Centre national des ouvriers haïtiens (CNOHA) cette manifestation exprime le ras-le-bol des Associations de travailleurs, après les promesses non tenues des autorités.

Toutefois, le côté spontané et volontaire de la participation des ouvriers à cette manifestation est fortement remis en question par Georges B. Sassine, le Président de l'Association des Industries d’Haïti (ADIH), inquiet pour la sécurité du personnel et du matériel des entreprises d'exportation textile du Parc Industriel Métropolitain SONAPI et des usines situées autour de l'aéroport, qui dénonce « [...] un grand nombre de ces entreprises ont été investies de force par des "militants et syndicalistes”. Les ouvriers ont été brutalisés afin de les forcer à sortir et projeter plus tard l'image d'une manifestation spontanée et pacifique. »

Il ajoute « l’ADIH reconnait le droit des ouvriers à la manifestation et à la grève, mais elle considère catastrophique que des leaders syndicaux se sentant incapables de sensibiliser les ouvriers pour réaliser une grève dans les normes et dans le respect de la loi, se transforment en hors-la-loi pour arriver jusqu'à frapper des ouvriers pour les faire sortir des entreprises, » déplorant que « le Ministre des Affaires Sociales et du Travail et les responsables de la sécurité nationale, avisés à l'avance, n'aient pas pris les dispositions nécessaires pour la protection des ouvriers, des locaux et du matériel de ces entreprises [...]

À un moment où le Gouvernement encourage à investir agressivement dans ce secteur prometteur afin de saisir l’opportunité de créer massivement des emplois si nécessaires, il n'est pas acceptable que ces mêmes investisseurs se retrouvent dans une situation où, à cause d'insécurité ils reconsidèrent notre pays dans leurs plans de croissance.

Nous n'avons que 40,000 emplois dans ce secteur. Il peut en créer des centaines de milliers dans les conditions adéquates. Nous convions le Gouvernement, le Parlement, les Syndicats et les citoyens haitiens à prendre conscience de l’importance de ce secteur générateur de devises et de son besoin de stabilité et de paix afin de jouer son rôle dans notre économie si fragile » souligne Sassine qui annonce que les entreprises concernées seront fermées ce samedi 20 et lundi 22 mai afin de permettre aux autorités de prendre les mesures sécuritaires adéquates.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Haitipapmouri
Posté le 20/05/2017 19:43:30
Ce georges Sassine doit comprendre l'esclavage est fini. Le salaire est vraiment trop bas. Pourquoi enrichir les mêmes? Haiti est l'endroit où le salaire est très bas dans ce secteur que l'on arrête de nous faire croire qu'il y a des pays moins chers qu'Haïti. En plus nous avons un secteur privé qui agit pire qu'une sansue. Chaque fois qu'il y a un probleme ils augmentent le prix des produits de première nécessités. Haïti doit changer.
toton
Posté le 20/05/2017 13:34:41
Pourquoi le gourvenement avant d'augmanter le prix du gaz ne pense pas plutôt à l'ajustement du salaire minimum de ces pauvres ouvriers et ouvrières qui sont souvent victimes par leurs patrons par exemple: la discrimination et le travail qui ne correspond à leur salaire.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n