Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Fort-Liberté : Réaménagement du Poste de Transfusion Sanguine

iciHaïti - PNH : Visites aux policiers blessés

iciHaïti - Sécurité : 4 trafiquants de drogues arrêtés

iciHaïti - PNH : Échanges de tirs avec dangereux criminel en cavale

iciHaïti - Insécurité : Une religieuse italienne tuée par balles


+ de nouvelles


Haïti - FLASH : La terre a tremblé au large de Jérémie

Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #829

Haïti - Religion : Hommage du Pape François à sœur Luisa, morte en martyre en Haïti (Vidéo)

Haïti - Santiago : La DGM démantèle un gang de trafiquants de passeport et de visas haïtiens


+ de nouvelles



Haïti - Prison : Retour au Moyen-âge
31/05/2010 07:36:01

À la prison civile de Port-au-Prince, les détenus sont entassés dans le quartier Brick I et dans une partie de l’infirmerie. Plus d’une centaine de détenus se retrouvent dans une seule cellule et évoluent dans des conditions difficiles. Ils sont malades en raison des conditions dans lesquelles ils logent. Le manque d’espace les oblige à rester constamment debout, conséquemment leurs pieds sont enflés. Ils ne dorment pas, ne se baignent que rarement, n’ont pas droit à la récréation, rapporte le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH).

De plus, la promiscuité dans laquelle ils évoluent, additionnée au manque de soleil, affectent la peau des détenus. Plusieurs d’entre eux souffrent de la galle, de la grattelle. C’est aussi cette promiscuité qui est à la base du décès de deux 2 détenus à la Prison civile de Port-au-Prince, le 22 avril dernier.

Le commissariat de Petit-Goâve gardait des détenus faute de prison sécuritaire. Après le séisme, les détenus ont été transférés au sous-commissariat de Petit- Goâve situé à l’entrée même de la ville, sur la Route Nationale 2. Cet espace offre deux 2 cellules qui, a mi avril renfermaient un total de trente-six 36 détenus. Les conditions d’incarcération de ces détenus sont exécrables, les cellules sont exigües, elles ne sont pas pourvues de lits. Les détenus n’ont pas le droit de se récréer et sont donc entassés dans les cellules jour et nuit indique le RNDDH dans son dernier rapport.

HL/ HaïtLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n