Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Taïwan : 12 tonnes d’aide humanitaire

iciHaïti - Crise migratoire : Démenti de la Maison Blanche

iciHaïti - Agriculture : Premier cas officiel de Peste Porcine Africaine confirmé en Haïti

iciHaïti - USA expulsion d’haïtiens : L'OPC vivement préoccupé

iciHaïti - Barrage Marion : Importante mission de la DINEPA


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #553

Haïti - Politique : 1,239 haïtiens expulsés des USA en 4 jours

Haïti - RD : Le Président Abinader exhorte les pays de l'ONU à assumer Haïti «une fois pour toutes»

Haïti - FLASH : L’Envoyé spécial américain en Haïti Daniel Foote démissionne


+ de nouvelles



Haïti - Reconstruction : Le POHDH se montre très critique
01/06/2010 15:35:53

«Les Droits Humains dans le Plan de Reconstruction d’Haïti», tel a été le thème développé lors d’une conférence-débats organisée par la Plateforme des Organisations Haïtiennes de Défense des Droits Humains (POHDH) le vendredi 28 mai 2010 à Turgeau.

Le Père Kawas François, délégué provincial des jésuites en Haïti, s’est livré à une analyse critique du plan de reconstruction:
 
Le plan de reconstruction est le fruit des travaux d’évaluation d’experts étrangers sans une réelle participation des Haïtiens a déploré le père Kawas.
 
Le plan de reconstruction, ne pose pas les problèmes majeurs de la société haïtienne comme : l’exclusion de la majorité des Haïtiens par le système politique, économique et social, la propriété et la problématique paysanne, le centralisme administratif. Le plan, minimise les sujets d’importance comme le droit des travailleurs à un salaire juste, le droit aux services sociaux de base, la transformation de l’État et de l’administration publique.
 
Concernant la mise en œuvre du plan, le père Kawas estime que la souveraineté nationale est bafouée. La Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti ne garantit pas les intérêts fondamentaux du pays.« Sommes-nous un pays souverain ou bien sous tutelle ?» a-t-il questionné.
 
À noter que ces réflexions intervenaient quelques jours avant de la tenue du sommet Mondial sur le Futur d'Haïti à Punta Cana (Santo Domingo) le 2 juin, où la CIRH tiendra sa première séance de travail.  

S/ HaïtiLibre


Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


manzinho
Posté le 11/09/2011 17:05:28
Avant tout j'suis haïtien j'étudie en France. Le père Kawas d'une part a raison on peut pas parler de développement d'un pays sans même l'infime participation des haïtiens. Est ce qu'on compte faire un développement ou une exclusion totale des haïtiens? C'est maintenant ou jamais aux haïtiens de participer à quelque chose de bien chez eux. D'autre part on parle souvent du mot développement mais il sont oubliés le reste qui marche avec le mot développement qui est : «durable» est ce que ce sera un développement durable sans risques futurs pour nos petits enfants? Pourquoi pas des débats avec le peuple pour savoir quels sont vraiment ces besoins? Pourquoi on synchronise pas le développent du pays suivant les besoins des haïtiens avec des projections futures? Enfin, en identifiant les besoins du peuple de travailler sur des problématiques locales là on peut parler de développement, comme disait le père Kawas on parlera de développement dans l'avenir et le taux de chômage dans la population haïtienne restera tel qu'il est. D'après mon avis, il faut synchroniser le développement avec les haïtiens sinon il y aura certes un développement étranger, sans pour autant un développement des haïtiens, qui ont été exclus toute leurs vie, aujourd'hui encore rien de nouveau. Peut-on repenser à la problématique celle de l'exclusion des haïtiens au développement et aussi à un pays condamné d'être sous tutelle des décisions étrangère. D’où le pays ou l'esclavage moderne en 1ere page.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n