Téléchargez le Calendrier scolaire 2023-2024 (Officiel)





iciHaïti - Diaspora : L’Ambassade d’Haïti à Ottawa a lancé son premier club de lecture

iciHaïti - Alerte Sanitaire : Médicament contrefait

iciHaïti - Histoire : Commémoration des 150 ans de naissance du Président Sténio Vincent

iciHaïti - Cap-Haïtien : Recrutement de Brigadiers volontaires de la Protection Civile

iciHaïti - Sports : Compétitions scolaires


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Culture : Candidatures ouvertes, Programme des futurs jeunes professionnels de la culture

Haïti - FLASH : Haïti paye une dette de 500 millions USD au Venezuela liée au Programme PetroCaribe

Haïti - Insécurité : 6 religieux de la congrégation des Frères du Sacré-Cœur enlevés

Haïti - FLASH Mondial U-20 éliminatoires : Nos Grenadiers terrassent les îles Caïmans [4-1] (Vidéo)


+ de nouvelles



Haïti - Sécurité : 450 policiers morts sous les balles assassines
12/12/2017 09:01:55

Haïti - Sécurité : 450 policiers morts sous les balles assassines
Mario Andrésol, ex-capitaine des Force Armée d’Haïti et ancien Commandant en Chef très respecté de la Police Nationale d’Haïti (PNH) https://www.haitilibre.com/article-19568-haiti-securite-mario-andresol-recoit-le-prix-du-leadership-international.html a réagi vivement dans un document sur le climat d’insécurité qui règne en Haïti et le nombre de policiers qui meurt en devoir.

Il rappelle ainsi que « 1,118 policiers au total décédés au sein PNH depuis date de sa création en 1995, dont 450 sont tombés sous les balles assassines de bandits armés. L’institution a donc perdu chaque année, depuis 22 ans, en moyenne, une cinquantaine de policiers dont une vingtaine de tués par balles [...] »

Soulignant que si l’on ajoute a ce lourd bilan « le nombre de personnalités et de simples citoyens assassinés ou portés disparus au cours de cette même période, on se rendrait compte que l’État, qui doit assurer la protection et la sécurité de la population, ne s’est jamais donné les moyens pour tenter d’accomplir cette mission régalienne [...] »

Il déplore que « les autorités politiques ont toujours considéré comme un investissement perdu tout déblocage de fonds pour la prévention et la répression du crime [...] pour doter les responsables de la force publique d’un budget de fonctionnement et d’investissement raisonnable, leur permettant de répondre tant aux besoins de sécurité immédiats qu’aux défis de sécurité à venir. Ces derniers, dépourvus donc de moyens financiers suffisants, se retrouvent toujours dans l’incapacité d’assurer une gestion efficace de l’ordre et de la sécurité par manque de capacité matérielle d’action [...] »

Il souligne que « l’optimisation des résultats en matière de lutte contre l’insécurité ne peut être atteinte que si les actions conjuguées de la Police et de la justice s’inscrivent dans le cadre d’une politique pénale [...] la lutte contre la criminalité requiert des mesures à la fois armées (mises en œuvre par la Police), pénales (assurées par les juges), politiques (consacrées par le gouvernement) et législatives (dépendant du Parlement).

[...] L’absence de politiques publiques de sécurité fait que les mesures et les dispositifs pris par les responsables des forces de l’ordre, n’ont donné, jusque-là, que des résultats à court terme puisque l’insécurité n’a jamais été combattue dans ses racines. »

Rappelant qu’au pays, en matière de sécurité « depuis des décennies et malgré le retour de la démocratie et les 13 ans de présence de la Minustah dans le pays, nous n’avons toujours pas divorcé d’avec ces vieilles pratiques qui nous ont valu, dans le temps, tant de déboires, tant de morts et de disparus.... »

Mario Andrésol estime qu’en Haïti « les enquêtes ne se poursuivent que par choix. Car, la police, dans une certaine mesure, finit toujours par mettre la main au collet des criminels. Les cas d’assassinats politiques ou d’opposants arrêtés pour des motifs fictifs ou réels et tout autre cas ayant rapport avec la politique, sont traités selon les vœux de l’Exécutif. Cette situation ne date pas d’aujourd’hui. L’état de Droit tant rêvé reste jusqu’à présent utopique [...] »

Concluant « Il est temps de boucler le cycle de tous les sentiments vécus aux dépens du moi national crucifié par nos ambitions et nourri d’incompétence voulue. C’est le moment des prises de responsabilité citoyenne. C’est le moment des sacrifices, de la création. C’est le moment de la transcendance. A ce prix seulement, nous réussirons à sortir des filets du narcissisme et de la mégalomanie de nos arrivistes. »

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


pipo
Posté le 12/12/2017 10:17:40
1,168 policiers décédés! C'est inadmissible. La premiere policière a être assassinées Jeune Christine en 1996 pour avoir osée critiquer Aristide. Son corps nues a été retrouve dans une ravine sur la Route de Freres.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2024
Haitilibre.com -n