Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Patrimoine : Vers un plan de gestion du Parc National Historique

Haïti - Environnement : Plus de ramassage des ordures au Cap-Haïtien

iciHaïti - Contrebande : Saisie de carburant destiné à Haïti

iciHaïti - MUPANAH : Inventaire des documents historiques du Musée

iciHaïti - RD : «Il est urgent que la communauté internationale aide Haïti»


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #581

Haïti - Économie : Le FMI approuve un 4ème allégement de la dette des pays pauvres, dont Haïti

Haïti - Technologie : 15% des antennes de la Digicel non-opérationnelles

Haïti - Sécurité : Nouveau DG de la PNG installé après la démission de Léon Charles


+ de nouvelles



Haïti - Humanitaire : le fiasco de camp Corail.
04/06/2010 19:25:28

L’aventure a commencé le le 10 avril 2010, jour du départ des réfugiés du Camp de Pétion ville vers le premier camp de délocalisation. Le Camp Corail un vaste territoire désert qui pourrait recevoir jusqu’à 250,000 habitants, vision surréaliste d'un gouvernement (sans argent), qui envisageait la construction d’une ville nouvelle dans le cadre de la décentralisation de la capitale. Une ville modèle, surgit du désert ou il ferait bon vivre... «Des rues et des infrastructures seront construites. Une vraie communauté» avait assuré le Président Préval qui accueillait dans un désert de sable et d’épineux, les premiers «pionniers du nouveau monde».

90 jours plus tard, la tension monte au sein des 5,000 personnes qui vivent à Corail. Oxfam refuse de rémunérer les habitants pour nettoyer les latrines (une pour 30 personnes). « Payer pour les services d’entretien de base risque de briser l’honneur des populations, précise une responsable d'Oxfam. La sécurité et le nettoyage doivent être assurés gratuitement et volontairement pour renforcer l’esprit communautaire.



Une raison inacceptable pour Richard Poole, de l’American Refugee Committee, manageur du camp, un vieux routier qui a fait les camps du Rwanda et du Liberia. « comment Oxfam peut-il demander à ces gens qui ont faim de travailler gratuitement ? » déplore-t-il , craignant que les allées ne deviennent des toilettes improvisées.


Corail aurait pu être un modèle de camp, c’est un fiasco

Les déplacés n’y trouvent pas leur compte : que faire sans emploi, sans nourriture ni école pour les enfants ? Un mois et demi après leur arrivée, 1 500 familles se sentent prises au piège.

La situation pourrait rapidement dégénérer si l’approvisionnement en nourriture ne reprend pas. « Le gouvernement haïtien a interdit trop vite les distributions alimentaires, de peur que celles-ci créent une mentalité d’assistés et cassent le marché local. C’est absurde ! Ces gens n’ont rien », s’exclame Richard Poole. « À tout moment, on risque une explosion sociale ».

Selon Didier Le Bret, Ambassadeur de France à Port-au-Prince, « l’action culturelle constitue le premier lien social entre ces personnes déplacées et déracinées. Si on souhaite que ces espaces soient vivables, alors il faut s’en donner les moyens : construire d’urgence des équipements collectifs qui pourraient donner une âme et un sens à ces futures villes nouvelles ». Pour calmer les tensions et créer une convivialité au sein du camp, il propose d’offrir 500 livres et des ateliers de lecture quotidiens aux 850 enfants, après l’école, une fois celle-ci construite. Même pas un livre par enfant pour une école qui n’existe pas, l’exemple d’un diplomate français déconnecté de la réalité à l’image de son président.

Pour maintenir les populations sur place, l’Ambassadeur de France en appelle au gouvernement haïtien qui doit « encourager les investisseurs, par des mesures fiscales, à s’installer près de ces nouveaux bassins d’emplois ». De quoi parle-t-il?



Après seulement 90 jours, certains réfugiés parlent déjà d’occasion manquée. Les Haïtiens n’ont plus confiance, ils savent maintenant qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes.

S/ HaïtiLibre


Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


billegar
Posté le 20/06/2010 22:15:39
j'ai bien lu cette article,je suis un refugie de ce camp,pour bien vous dire on ne s'est pas ou on n'est, car j'ai entendu dire le responsable de ce camp, qu'il donne à ces plus de 5000 personnes qui vit dans le camp de la nourriture 3 fois par jours et il donne au chef de famille $40 us qui est tout à fait faux. J'ai pu m'adresse a des journalistes d'Oxfam d'hollande qui menaient une enquette sur le camp, nous a fait savoir que l'Oxfam d'Hollande a donne de l'argent pour payer les personnes qui travaille au niveau des toilettes, mais quand on le faire savoir que oxfam qui est dans le camp ne paie pas les travailleurs ils ont étonnés de cela et ils ont mené une enquête sur le camp, ils ont réalisé que ces de la vérité. d'autre par sans la preuve du contraire World vision est le meilleur organisation dans le camp sans eux on ne serait pas ou l'on n'est. j'ai d'autres information que j'aimerais partager avec vous, mais ce serait mieux si je rencontre des journalistes pour mener une enquête sur ce qui se passe dans le camp.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n