iciHaïti - Diaspora : Décès du Consul honoraire d’Haïti à Bordeaux

iciHaïti - Social : 23 «boat-people» haïtiens interceptés dans les îles Caïcos

iciHaïti - SOS-Journalistes : Espoir après l’arrestation d’un des présumés assassins de Vladjimir Legagneur

iciHaïti - MSF : Réouverture de l'hôpital de soins des grands brûlés à Port-au-Prince

iciHaïti - Football : Classement FIFA de nos Grenadiers


+ de nouvelles


Haïti - Diplomatie : Nomination de 7 ambassadeurs et d’une Consule Générale

Haïti - Social : 262e anniversaire de naissance de l’Empereur Jean-Jacques Dessalines

Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien 19 septembre 2020

Haïti - Justice : L’IGPHN enquête sur les policiers membres du Groupe «Phantom 509»


+ de nouvelles



Haïti - Social : Le drame des enfants abandonnés
06/06/2010 12:54:01

Avant le 12 janvier, l'abandon d'enfants était déjà un problème récurrent en Haïti. On les retrouvait souvent sur la cour, dans les hôpitaux, dans les rues, dans les poubelles ou même jetés dans des fosses septiques. Depuis le séisme. ce phénomène a pris une ampleur considérable et les pouvoirs publics et leurs partenaires internationaux tentent tant bien que mal d'apporter une réponse

SOS Village d'enfants qui, avant, recevait uniquement des orphelins, a dû mettre en place un programme d'urgence pour faire face à cette nouvelle réalité de 152 enfants, cette institution caritative a vu son effectif passer à 427, dont plus de 200 enfants abandonnés ou « séparés de leur parents », selon la terminologie de l'UNICEF qui qui l'enfant peut ne pas être « sciemment abandonné » mais se retrouve dans l'impossibilité, pour « des raisons diverses » de retrouver ses parents.

D'autres institutions travaillant dans la prise en charge des enfants ont eu à recueillir également des enfants séparés. Selon les données (partielles) dont dispose l'UNICEF, le nombre d'enfants ainsi s'élèverait à 1505.

Si le facteur économique n'est pas le seul paramètre pouvant expliquer ces abandons, il y joue néanmoins un grand rôle. Comme le souligne Mme Christina Torsein, responsable du projet «enfants séparés» de l'Unicef, « la situation économique était déjà difficile avant, mais avec le séisme, elle est exacerbée. Beaucoup de parents n'ont pas les moyens financiers de s'occuper de leurs enfants ».

Une perception que partage Jules Bernard Richard, coordonnateur des travailleurs sociaux à SOS Village des enfants qui souligne « même lorsque les parents sont identifiés, certains affirment être incapables de faire face à leurs obligations envers leurs enfants et refusent de les reprendre ». La médiation ne permet pas toujours de convaincre les parents que la pauvreté n'est pas une raison pour que l'enfant soit séparé de son milieu familial.

La prise en charge des enfants dans un centre résidentiel est d'abord provisoire, en attendant qu'on retrouve leur famille. Ils ne seront considérés comme définitivement placés dans un centre, qu’après que toute recherche de la famille ou tentative de réunification familiale se sera révélée vaine.

S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Maroe
Posté le 10/05/2013 21:56:34
Pourquoi l'adoption n'est elle pas facilitée dans ces conditions ?
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n