iciHaïti - Économie : Zones franches, Parcs industriels et avantages fiscaux

iciHaïti - RD : La police dominicaine saisie 45kg de marijuana en provenance d’Haïti

iciHaïti - Justice : Un allemand condamné pour pornographie infantile en RD, arrêté en Haïti

iciHaïti - Tennis : Blessée à la main droite Naomi Osaka déclare forfait au tournoi d’Italie

iciHaïti - 216e du Drapeau : Croix-des-Bouquets s’est fait belle pour la fête


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : zapping...

Haïti - Gold Cup 2019 : Liste élargie des 40 joueurs pré-sélectionnés

Haïti - Grand Sud : Jacmel remporte la 6ème édition du tournoi régional de débat

Haïti - 216e du drapeau : Cultiver l’amour du pays et la fierté de notre drapeau

Haïti - Éducation : Le Ministre Cadet rend hommage à 50 enseignants émérites


+ de nouvelles



Haïti - Politique : Les États Généraux Sectoriels de la Nation recommande la suppression du Sénat
15/05/2019 10:53:39

Haïti - Politique : Les États Généraux Sectoriels de la Nation recommande la suppression du Sénat
Suite aux données recueillies lors des États Généraux Sectoriels de la Nation (EGSN) auprès de représentants et leaders de plus de 600 groupes organisés du pays, à l’occasion des rencontres sectorielles, de 5 forums départementaux (Nord, Nord-Ouest, Nord-Est, Sud-Est, Nippes), d’un forum national préparatoire à l’Arcahaie et d’un forum de la diaspora (Europe/Afrique), touchant plus de 3,000 personnes, trois obstacles fondamentaux ont été retenus concernant la Gouvernance politique en Haïti.

Le premier obstacles est l’institution par la Constitution de 1987 d’un Exécutif bicéphale (article 133) : d’un côté, un Président élu au suffrage universel (article 134) qui ne gouverne pas et de l’autre un Premier Ministre, Chef du Gouvernement choisi par le Président au sein du Parti majoritaire au Parlement (article 137, sans aucune précision au cas où deux partis seraient majoritaires respectivement au Sénat et à la Chambre des Députés), ou à défaut de majorité, en concertation avec les Présidents des deux chambres.

Au Premier Ministre, qui n’est pas élu, la charge de définir et de conduire la politique de la Nation (article 156). Et, il n’a de compte à rendre qu’au Parlement qui profite de cette position pour influencer la formation du Gouvernement et le recrutement d’agents publics dans tous les secteurs et à tous les niveaux ; il n’est pas responsable devant le Président de la République de qui le peuple attend la réalisation de ses promesses de campagne. Cette disposition constitutionnelle est une source de conflits entre les deux têtes de l’Exécutif.

Le deuxième obstacle souligne l’absence de mécanismes transparents de financement des activités politiques ainsi que la faiblesse et la trop grande quantité de partis politiques. Cela ayant pour effet à la fois de favoriser la corruption du jeu politique et d’empêcher la constitution d’une majorité forte et unifiée au Parlement capable de soutenir l’action gouvernementale.

Le troisième obstacle concerne le non-respect des règles d’alternance politique créant une situation où l’Exécutif et l’opposition se livrent à un jeu d’affrontement permanent, mettant le pays dans une situation de crise politique chronique.
À partir des leçons tirées des travaux réalisés dans le cadre de ces Etats Généraux, et tenant compte de la conjoncture, les quelques recommandations suivantes ont été formulées entre autres au niveau de la Gouvernance politique.

Recommandations au niveau de la Gouvernance politique :
Trouver un consensus entre les 3 pouvoirs de l'État (Exécutif, Législatif et Judiciaire) autour de l’amendement de la Constitution, tenant compte des questions soulevées et des recommandations des EGSN notamment :

  • L’instauration d’un régime présidentiel avec un président et un vice-président ;
  • L’adoption d’un système législatif monocaméral (chambre basse), avec la suppression du Sénat de la République ;
  • L’amendement de l’article 175 dans le sens de la suppression de l’intervention du politique dans le recrutement, la nomination et la carrière des magistrats.
  • Poursuivre et améliorer la mise en œuvre des mécanismes de financement de la vie politique et électorale ;
  • Assurer l’efficacité et la fiabilité du système électoral ;
  • Lutter efficacement contre les règles archaïques ;
  • Rechercher une articulation entre le dialogue structurel portant sur les problèmes de gouvernance et le dialogue conjoncturel axé sur la recherche de solutions au conflit politique immédiat ;
  • Mettre en place un dispositif d’accompagnement du processus de mise en œuvre des recommandations concernant les grandes pistes de réformes proposées.

Téléchargez le rapport (300 pages, PDF en français) :
https://www.haitilibre.com/docs/EGSN-RAPPORT-15-Avril-19-Gouvernance-politique-economique-socioculturelle.pdf

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Jr
Posté le 15/05/2019 16:32:22
Je suis entièrement d'accord avec un renforcement de l'amendement de la constitution, en précisant les critères d'éligibilité. C'est mon point de vue. Merci.
Justice
Posté le 15/05/2019 16:10:39
Une constitution amendee sans double natinalite ne sera autre qu’une poubelle remplie de fatras. Les dirigeants du pays font fortune des taxes collectes de la diaspora sans en rendre compte a la nation, mais ils veulent pas que les gens de la diaspora se mellent dans les affaires internes du pays. Ce sont les hauts places de l’etat qui orchestrent ce genre de vol, ils auraient tous du repondre a la justice.
voila
Posté le 15/05/2019 15:54:25
@@prospere --- il est vrai que ton pseudo est prédestiné mais peux tu me dire avec quelle argent Haiti va payer 200,000 militaires et 80,000 policiers alors qu'il arrive peine a payer ses fonctionnaires dont les enseignants ?
prospere
Posté le 15/05/2019 14:27:53
Il faut exiger dans l'amendement de la constitution: Pour devenir députés il faut que la personne aie terminé ses études classiques et obtenu diplôme voir un doctorat dans son domaine surtout en droit et exiger une tenue vestimentaire pour une telle institution aussi prestigieuse. Afin de barrer la route à des hommes comme don kato et consor. Puis, deux partis politiques bien constitués,une armée professionnele bien équipée, avec au minimum 200 000,00 hommes une police avec environ 80 000\ hommes. Et, exiger que tout le monde aille à l'école du plus petit jusqu'au plus grand. Garantir le droit de manifester, mais, le responsable est responsable de tous les dérives avec des amendes et 10 ans de prison ferme.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n