iciHaïti - Petit-Goâve : Agression à la machette au cours d’une manifestation

iciHaïti - Littérature : Fédia Stanislas lauréate du Prix littéraire Deschamps

iciHaïti - Inondations : Distributions d’aide dans la zone metropolitaine

iciHaïti - Religion : La crise au pays serait l’œuvre d’un mauvais esprit...

iciHaïti - Petit-Goâve : Le Maire Limongy aide les manifestants mais pas les victimes d'inondations


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Politique : La SOGENER refuse de payer les 194 millions réclamé par le BMPAD

Haïti - Coupe du Monde U-17 Brésil 2019 : Liste des joueurs convoqués et calendrier

Haïti - Politique : 2ème semaine de grève de la faim...

Haïti - Manifestation : 16 blessés, 1 mort, vandalisme et affrontements


+ de nouvelles



Haïti - Économie : Michel Martelly voudrait obtenir des prêts pour Haïti
28/04/2011 13:06:30

Haïti - Économie : Michel Martelly voudrait obtenir des prêts pour Haïti
Le Président Martelly à fait savoir mardi dernier qu’il avait demandé aux institutions financières internationales (BID, Banque mondiale et FMI) d’accorder à nouveau des prêts à Haïti en vue de relancer l’économie « Un pays ne peut pas relancer son économie avec des dons [...] aucun pays au monde ne peut obtenir de la croissance économique sans accès au prêts » avait déclaré le Président élu, qui reconnaît qu'Haïti, après avoir bénéficié de l'annulation de sa dette, tombe dans la catégorie des pays insolvable... On ne connait pas la position des institutions financières internationales suite aux demandes du Président Martelly.

Réagissant à ces propos, l’économiste Eddy Labossière, Président de l’Association Haïtienne des Economistes, pense que « Michel Martelly a été très mal conseillé [...] Les chances du prochain Président d’obtenir de nouveaux prêts sont très minces » rappelant que la décision de ne plus octroyer de prêts à Haïti avait été prise en raison « de l’incapacité du pays à honorer ses engagements » malgré que ces prêts avaient été accordés sur une longue échéance avec une période de grâce.

Eddy Labossière favorise plutôt une meilleure implémentation des politiques fiscales de manière à permettre l’élargissement de l’assiette fiscale du pays, soulignant qu’actuellement « l’État haïtien ne perçoit que 40% des recettes (soit 36 à 38 milliards de gourdes) qu’il devrait percevoir ». L’économiste croit qu’avec une bonne politique fiscale et la dotation à la Direction Générale des Impôts (DGI) de moyens adéquats, il est possible de doubler ce montant. De plus il recommande une réduction des portefeuilles ministériels dans le prochain Gouvernement, soulignant qu’il y a « des ministères qui absorbent beaucoup d’argent sans être  réellement efficaces. »

Pour sa part, l’économiste Camille Charlmers, Secrétaire Exécutif de la Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA) affirme « qu’il s’agisse de dons ou de prêts, ce sont des instruments utilisés pour contrôler et orienter les politiques économiques nationales et favoriser un type de politique économique qui va dans l’intérêt des grandes puissances. » En d’autres termes, Chalmers propose qu’Haïti génère ses propres revenus, pour assurer son fonctionnement, les services à la population et son développement.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Charly
Posté le 01/05/2011 14:38:57
Depuis le 7 Février 2011 Michel Martelly est rétroactivement le Président élu c'est le Chef de l'État d'Haïti et à ce titre, il peut et se doit d'intervenir auprès d'un organisme multilatéral affilié a l'ONU. L'abscence d'intervention ouvrirait la voie au dictat permament de la World Bank (WB) sur Haiti. Le plus grand «laboratoire» d'analyse monté à l'occasion du séisme, s'y trouve Haiti aurait tort de ne pas vouloir l'utiliser à ses propres fins. L'absence permanente de représentant de pays du Tiers monde dans les circuits de décision de la WB permet le dictat des grandes puissances toujours présentes.je verrais personnellement, Fanfan Verela, ancien homme d'Etat, comme ingénieur de haut niveau et ayant une première expérience avec la Banque Mondiale, pourrait être un de nos représentants permanents près de la Banque Mondiale. Pour ma part, je dois vous faire partager mon expérience de 1 mois en tant qu'ancien fonctionnaire du Ministère des Finances, chargé des relations avec la BM , le FMI, je peux garantir a tous les économistes haitiens et autres professionnels que c'est précisément chez la partie haitienne l'absence d'un leadership adéquat et de haut niveau qui empêche ces organismes internationaux de jouer un rôle positif au lieu de devoir «dicter» a la partie haitienne ce qui a lieu de faire. Je soutiens fermement la requête du Président élu près des sphères financieres spécialisées de l'ONU. Il a été particulièrement bien conseiller si ce fut le cas.
manolo
Posté le 29/04/2011 09:45:46
YES WE CAN!!! A mon avis faire des prêts ne va pas nous apporter des changements sur notre système économique mais plutôt des maux de tête. Je vais vous expliquer que nous pouvons le faire. Exemple #1: L'agriculture demeure l'une des meilleures sources de développement d'un pays (la base d'un développement durable)Un voisin sème 2 gobelets d'haricots, après environs deux mois (sans arrosage, sans engrais, sans insecticides)de grâce il y avait des petites pluies intermittentes, il récolte 5 marmites d'haricots, soit 30 gobelets. Vous savez tous que nous avons des terres, qu'est-ce qui nous reste pour en profiter... Exemple #2. Dans mon église, la semaine dernière était la fête de moisson. Ma classe de l'Ecole du dimanche contenant environs 30 membres. On arrive à collecter entre nous un fond de 50.000 gourdes avec environs $US 100. Cela signifie qu'il faut que l'Eglise en Haïti cesse de prêcher seulement par la parole mais qu'elle prêche surtout avec des actions. Elle peut collectée entre eux des fonds pour faire des petits et moyens projets sans faire des prêts. Exemple #3. Dans presque toutes les rues de ma communauté, il y avait un Transformateur. Ces transformateurs ont été achetés par les résidents de chaque quartier qui collecte des fonds entre-eux pour en avoir de l'énergie. Nous avons des ressources premières tels: la terre, l'eau, la pluie, l'air, le soleil, les déchets,les rivières, la mer. Nous avons besoin des laboratoires,des techniciens, des têtes bien faites...
Kool Groove
Posté le 29/04/2011 07:10:39
J'abonde dans le meme sens que l’économiste Eddy Labossière, Micky a certainement été mal-avisé. J'espère qu'il va s'entourer de gens compétents et non de musiciens. I am just sayin'....
un penseur
Posté le 29/04/2011 06:59:08
«Ce graisse cochon qui doué cuite cochon an» Pourquoi le gouvernement n'essaie pas de faire avec les moyens du bord? Développer l'agriculture, réserver notre forêt en remplaçant le charbon par des digesteur, cela peut déboucher sur de nombreux emplois et créer de la croissance .
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n