iciHaïti - Petit-Goâve : Tensions et délocalisation de la résistance antigouvernementale

iciHaïti - Corruption : Haïti cherche l’assistance technique de l’OEA

iciHaïti - Humanitaire : Début de la distribution de vivres d’urgence

iciHaïti - Politique : L’État entend accompagner la relance du tourisme

iciHaïti - Politique : Démenti du Centre Ambulancier National


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - FLASH : 1 policier victime chaque jour

Haïti - AVIS : Calendrier scolaire remanié non validé

Haïti - Justice : La SOGENER ne s’est pas présenté au Parquet

Haïti - Crise : 50 jours de classe déjà perdus sur 189


+ de nouvelles



Haïti - Agriculture : Perspective alimentaire au pays septembre à janvier 2020
12/09/2019 08:59:09

Haïti - Agriculture : Perspective alimentaire au pays septembre à janvier 2020
Les moyens d'existence continuent de se détériorer en Haïti, en raison principalement de l’augmentation des prix et de la distribution géographique et irrégulière des précipitations. Le pouvoir d’achat des plus pauvres continue à diminuer...

Situation de la sécurité alimentaire :
Les moyens d'existence en Haïti continuent de se détériorer, en raison principalement de l’augmentation des prix et de la distribution géographique et irrégulière des précipitations. Le pouvoir d’achat des plus pauvres continue à diminuer et certains ménages ont toujours recours à des stratégies d’adaptation négatives afin de se procurer de la nourriture (consommation des stocks de semence qui devaient être gardés pour la campagne agricole d’été, achat de nourriture à crédit, réduction des dépenses de santé, etc…) tandis que d’autres ont des difficultés à engager des dépenses non alimentaires. La plupart des régions du pays sont donc en stress (Phase 2 de l’IPC Accès limité à une alimentation adéquate avec un risque élevé et récurrent de tomber graduellement dans la Phase 3, 4 ou 5 en raison de la probabilité d’évènements adverses et d’une grande vulnérabilité alimentaire), d’autres sont en Crise (Phase 3 de l’IPC Insuffisance aiguë et critique de l’accès à l’alimentation assortie d’une malnutrition grave et inhabituelle et un épuisement accéléré des avoirs relatifs aux moyens d’existence.) qui, si la situation se maintient, va faire tomber la population dans la Phase 4 ou 5 et/ou va probablement se traduire par une pauvreté chronique.

Situation de la main d’œuvre :
Depuis juin, les activités agricoles dans certaines zones sont dominées par des opérations de préparation du sol et de semis pour la campagne d’été, bien que ralentie du fait des pertes subies lors de la campagne de printemps. La main-d’oeuvre est disponible, mais son coût est relativement élevé par rapport à la capacité des agriculteurs. À la Gonâve, par exemple, la main-d’œuvre agricole est très rare, orientée principalement vers le secteur de la pêche, le transport (taxi-moto) et la migration. Ailleurs, de nombreux ménages ont également accès à des sources de revenus alternatives, dont la migration urbaine ou vers la République Dominicaine, les transferts venant de proches résidant à l’étranger, etc. Cependant, un certain nombre de ménages ont un accès plus limité à ces sources de revenus.

Perspectives d’ici à Janvier 2010 :
Entre août et septembre 2019 : La faible performance de la campagne de printemps a impacté négativement la saison agricole d’été. La disponibilité des produits locaux ne devrait donc s’améliorer que partiellement, et l’accès alimentaire devrait rester réduit du fait des prix alimentaires élevés. Les ménages les plus pauvres continueront d’avoir recours à des stratégies d’adaptation négatives, et certaines régions du pays resteront donc en Crise (Phase 3 de l’IPC) ou en stress (Phase 2 de l’IPC). Néanmoins, un nombre réduit de zones se trouvera encore en phase Minimale (Phase 1 de l’IPC).

Entre octobre 2019 et janvier 2020 : La deuxième période du scénario (octobre-janvier), coïncide, d'une part, avec les récoltes d'été/automne et, d'autre part, avec le lancement de la campagne d'hiver dans les plaines et les montagnes humides. La consommation alimentaire devrait rester stable, voire s’améliorer dans certaines zones, en partie du fait des récoltes mais aussi de l’augmentation saisonnière des revenus agricoles. La disponibilité de certains produits locaux induirait une baisse relative des prix des produits alimentaires et l'augmentation des flux de transferts de migrants haïtiens envers leurs proches faciliterait une plus grande circulation des devises stabilisant légèrement le taux de change gourde/dollar us. Le recours aux stratégies négatives pourrait donc diminuer, ce qui amènerait certaines zones précédemment en Crise Phase 3 vers une situation de Stress Phase 2, mais ceci resterait limité à certaines zones.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n