Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Bahamas : 88 boat-people haïtiens interceptés près de «Great Inagua»

iciHaïti - JUSTICE : Nouveau cambriolage au Tribunal de Première Instance de PAP

iciHaïti - AVIS : Levée des interdictions de rassemblement au sein des centres sportifs et socio-éducatifs du pays

iciHaïti - Basketball : Don de James Harden, Star des «Nets de Brooklyn» aux enfants d’Haïti

iciHaïti - Nippes - 50 jeunes passent les épreuves écrites d’admission dans la PNH


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #677

Haïti - Politique : «Il n'y aura pas un nouveau Président le 7 février 2022» dixit le P.M. Henry

Haïti - FLASH : Plus de 54 victimes, 834 familles sinistrées et d’importants dommages matériels (dernier bilan Provisoire)

Haïti - FLASH : L’Ex-sénateur J-C Moïse expulsé des États-Unis


+ de nouvelles



Haïti - Éducation : «Ne croyez pas que le changement va venir de l’extérieur»
12/06/2011 11:13:16

Haïti - Éducation : «Ne croyez pas que le changement va venir de l’extérieur»
Lilian Thuram, ancienne gloire du football français [ex-champion du monde de football en 1998, 142 sélections] et Ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF, vient d’achever sa visite de 5 jours en Haïti, dans le cadre de la semaine de l’Enfant Haïtien qui s’est déroulée du 6 au 12 juin autour du thème : « Respectez nos droits, c’est ce que nous, enfants demandons » (Respekte dwa nou, se sa nou menm timoun nou mande)

Dans une conférence de presse, qui a clôturé son séjour, Lillian Thuram a qualifié d’« extrêmement difficile » la situation des enfants défavorisés, notamment ceux vivant dans des camps d’hébergement. Il a cependant affirmé avoir remarqué quelques changements. Au nombre de ceux-ci, le fait que certaines écoles comme à Carrefour-Feuilles ou à l’Université St-Gérard ne fonctionnent plus sous des tentes, mais dans des locaux « semi-rigides », construits par l’UNICEF.

Il a rappelé l’importance de l’éducation dans la vie d’un enfant et dans le développement de toute société. « Nous sommes ce que nous sommes par l’éducation. Si nous voulons que le pays change, il faut tout miser sur l’éducation », soulignant que « qui parle d’avenir, de changement, parle d’éducation ».

M. Thuram s’est également félicité de la volonté de changement exprimée par le Président Michel Martelly, de mettre l’éducation à la portée de tous les enfants du pays. Aussi, a-t-il exhorté le peuple haïtien à « aider le nouveau Président à construire ce pays ». Un pays qui, croit-il, « se construira avec beaucoup de difficultés [...] Je dis aux enfants, aux adultes : Ne croyez pas que le changement va venir de l’extérieur, le changement ne viendra jamais de l’extérieur, le changement viendra par la volonté propre de chaque haïtien de faire avancer la cause haïtienne. » Il a aussi promis de poursuivre son plaidoyer en faveur des enfants haïtiens auprès des pays donateurs et d’être un « Ambassadeur » pour Haïti auprès du peuple français.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


MPassionnementAyitienne
Posté le 13/06/2011 09:57:09
Lilian Turam a tout à fait raison. C'est à Haïti de définir un grand plan d’action de développement et de modernisation. Et alors tous ceux qui voudront contribuer à l’édification de la nouvelle Haïti, tous les haïtiens conséquents dans le pays et ailleurs sur cette Planète et tous les étrangers de bonne volonté (Pays amis d’Haïti, grandes Institutions internationales, ONG internationales, particuliers) travailler ensemble à cette mosaïque qui prendra corps au fur et à mesure. C’est nous Haitiens qui devons savoir ce que nous voulons pour notre Haïti chérie et qui devons retrousser nos manches pour édifier la grande Nation que nous désirons. Et alors ceux qui veulent aider/contribuer viendrons/pourrons nous aider à relever ce défi, notre défi historique à nous de cette génération pour/au nom de nos ancêtres et pour le bonheur des générations d’Haïtiens futurs.
Kool Groove
Posté le 13/06/2011 07:36:16
Notre problème? Ce «je-m'enfoutisme» collectif, puisque l'haitien se démène toujours assez bien sur le plan individuel. On a au fil des années perdu le concept de »Patrie», cette attitude s'est surtout développée sous le règne de Francois Duvalier, une époque où les dénonciations amicales et familiales étaients encouragées sous peine de mort. L'haitien aurait donc perfectionné l'art de la méfiance envers ses frères. Je voulais simplement mettre en relief tout le mal que ce petit tyran au mine de Baron Samdi a causé à l'âme haitienne.
tif
Posté le 13/06/2011 04:39:15
Éducation n'est pas seulement un mot, c'est aussi un processus et tout un système. Le système éducatif doit être revu et corrigé en Haïti. Il faut aller plus loin dans la réforme Bernard. L'État a failli dans le domaine éducatif il y a très longtemps. D'où venait le business des poulaillers comme on les appelait de mon temps? On a fabriqué notre propre malheur. Un pays qui laisse prospérer une telle inégalité en subit tôt ou tard les conséquences. Une éducation à deux vitesses est source est néfaste pour tout pays qui mise sur l'avenir. Quel est le montant du budget alloué à l'éducation en Haïti? Posons la question à M. Thuram qui devrait lui-même demander à UNICEF de le renseigner sur la question. La culture n'a jamais eu bonne presse en Haïti parce que c'était l'affaire d'une élite mais l'État n'a rien fait pour y remédier. Ça c'est un crime.
HAITIINFIRST
Posté le 12/06/2011 19:08:47
Walter, Thuram a raison, le changement ne viendra pas de l'extérieur. Le problème de nous les haïtiens c'est que l'on croit que le blanc va vouloir que notre pays se développe. Vous rêvez et oui le guadeloupéen lui même l'a dit. Arrêtons de quémander, mettons nous ensemble pour faire avancer ce pays certes qui est tombé très bas mais personne de l'extérieur ne parie une minute que l'on va se relever. Personne ne le croyait non plus en 1804. Il faut faire une révolution économique pour que l'on puisse sortir de cette mauvaise réputation que Préval et ses acolytes nous ont mis!!! Générosité? nous n'allons pas faire un pays avancer avec la générosité des autres.Surtout avec ces députés incompétents et apatride qui prennent tout leur temps pour ratifier un ministre.Il est temps que l'on aie de vrais haïtiens dans ce pays et pas des inutiles comme nous avons dans le parlement pour que l'on puisse faire le changement en haiti. VIVE HAÏTI et vive les haïtiens qui savent retrousser leur manche pour que nous soyons plus la risée de tous les petits peuples dont nous avons donné le droit de regarder le blanc dans les yeux!!!
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n