iciHaïti - Santé : 60 infirmières formées en urgences obstétricales

iciHaïti - Insécurité : Le Ministre Vincent demande d’utiliser la force et des méthodes musclées

iciHaïti - PNH : Arrestation d’un violeur d’une fillette de 11 ans

iciHaïti - Politique : Le Premier Ministre Jouthe célèbre les femmes rurales

iciHaïti - Espagne : Le nouvel Ambassadeur d’Haïti a remis ses Lettres de Créances au Roi Felipe VI


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien 24 octobre 2020

Haïti - FLASH : Jovenel Moïse veut une nouvelle Constitution avant les élections

Haïti - Politique : Le MHAVE cherche une solution pour les haïtiens vivant au Chili

Haïti - FLASH : Les Prix des carburants revus à la baisse (OFFICIEL)


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : Condamnation des pressions de l’Administration Trump sur Haïti
06/10/2020 10:50:28

Haïti - FLASH : Condamnation des pressions de l’Administration Trump sur Haïti
« Global Justice Clinic », « International Human Rights Clinic », « Harvard Law School » et une dizaine organisations de défense des droits humains ont signé une déclaration « condamnant les pressions exercées par l'Administration Trump sur les acteurs haïtiens pour qu'ils approuve un processus électoral, tout en ignorant l'escalade de la violence et des violations des droits humains qui sapent la possibilité d'élections libres en Haïti. »

Cette déclaration, s’ajoute aux préoccupations exprimées par la société civile haïtienne en réaction aux déclarations d’un fonctionnaire du Département d'État américain à la mi-septembre, encourageant le Président Jovenel Moïse à nommer unilatéralement un Conseil Électoral Provisoire (CEP) pour organiser des élections sans contribution de la société civile, et a ensuite averti que ceux qui n'acceptent pas le processus vont « en subir les conséquences »

Le Président Moïse a nommé un nouveau CEP par décret et l'a chargé d'organiser outre les élections, un référendum sur un nouvelle Constitution. La Fédération du Barreau haïtien, des spécialistes du Droit constitutionnel et des groupes de la société civile ont condamné cette décision comme étant inconstitutionnelle. En revanche, l'Ambassade des États-Unis à Port-au-Prince l'a qualifiée d’ « étape importante».

« La déclaration exhorte le Gouvernement américain à reconnaître les préoccupations légitimes exprimées par les organisations de défense des droits de l’homme et de la société civile haïtienne et à mettre fin aux déclarations qui sapent ses préoccupations.»

SL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Homme-de-Jacmel
Posté le 07/10/2020 07:55:52
N'importe quel conseil électoral dans ce pays allait être pareil ... rien n'est bon, rien n'a de valeur ... C'est le pays où le pourcentage de clowns est trop élevé. Chaque jour, il y a un nouveau parti politique avec un maximum de 15 membres chacun et le pire est que les femmes des dirigeants ne voteront pas pour eux faute de sérieux et de bon sens. L'international nous connaît très bien car nous sommes obsédés et amoureux des conflits interminables et stériles. Pas de visions, pas d'idées mais rien du tout ... Ils voient dans l'État une source d'enrichissements rapides et sûrs. Parce qu'ils ne vont pas développer une section rurale. Dans le passé, les chefs de section ont fait plus de travail que la plupart des politiciens récalcitrants sont rouillés
Jaguar
Posté le 06/10/2020 17:10:35
Ce qui est imperativement capital pour sauver nos demarches pour faire naitre et grandir la democratie dans notre pays, c'est la recuperation de notre independance vendue par ces petits messieurs aux USA et l'OEA: Les citoyens competents et intellectuels du pays devraient faire poids commun pour brandir a la figure de ces voyous etrangers l'article 41 de la convention de Vienne de 1961 et sa paragraphe-9 qui impose aux diplomates et gouvernements le respect de la souverainete et des decisions internes de l'Etat accreditaire. Suivant cette convention internationale, tout accredite qui s'ingere dans les affaire de l'Etat accredite est passible de la consideration de Persona non grata et sujet a 'expulsion: Haitiens, protegez l'heritage sacre de vos ancetres, battez-vous diplomatiquement pour sortir ces voyous de votre vie politique personnelle, si vraiment vous voulez avoir un pays comme les autres. Pliticiens haitiens, cessez de recevoir des ordres de ces imperialistes qui vous etouffent a tous les niveaux.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n