iciHaïti - Boat People : 86 haïtiens intercepté au large de Providenciales

iciHaïti - ALERTE : Tentatives d'escroqueries liées à des bourses d’études en France

iciHaïti - Cap-Haïtien : Une maison s’effondre au moins 2 victimes

iciHaïti - Social : Amélioration sanitaire dans les prisons haïtiennes

iciHaïti - Tennis : Naomi Osaka abandonne sa nationalité américaine


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - FLASH : 34 policiers tués en 9 mois, une hausse de plus de 200%

Haïti - Politique : Helen La Lime nommée à la tête la nouvelle Mission spéciale de l’ONU en Haïti

Haïti - Politique : Pus de 200 organisations de plus de 20 pays soutiennent la lutte en Haïti

Haïti - Social : Timide reprise des activités après 3 jours de mobilisation


+ de nouvelles



Haïti - Agriculture : Ambitieux projet de structuration du secteur agricole
27/06/2011 12:12:25

Haïti - Agriculture : Ambitieux projet de structuration du secteur agricole
Le Développement international Desjardins (DID), la Financière Agricole Du Québec - Développement International (FADQDI) et l'Institut Interaméricain de Coopération pour l'Agriculture (IICA) joindront leurs efforts au cours des sept prochaines années afin de mener à bien un ambitieux projet visant la structuration du secteur agricole en Haïti.

Ce projet, initié par le Gouvernement haïtien, bénéficie d'un appui financier de 19 millions de dollars de l'Agence Canadienne de Développement International (ACDI). Il permettra de jeter les bases d'un système de financement agricole et d'assurance récolte. Le Gouvernement haïtien apportera une contribution financière de 1,2 millions de dollars afin d'alimenter le fonds d'assurance récolte.

Compte tenu de l'ampleur du projet, celui-ci sera divisé en deux phases :

La première phase, d'une durée approximative de trois ans, aura essentiellement pour but de développer, de tester et de documenter les composantes du système de financement et d'assurance ainsi que de former les acteurs clés.

La deuxième phase, visera principalement à élargir la portée des produits financiers offerts et à mettre en place un cadre réglementaire propice au développement à long terme du secteur.

« En offrant aux Haïtiens des instruments financiers accessibles et adaptés à leur réalité, le projet qui s'amorce, leur permettra de mieux contrôler la ressource agricole, d'en tirer un meilleur revenu et ainsi d'améliorer significativement leurs conditions de vie », a déclaré Mme Anne Gaboury, Présidente Directrice Générale du DID.

De son côté, M. Jacques Brind'Amour, Président du conseil d'administration de la FADQDI, confirme qu' « en développant de façon durable l'offre de services financiers en Haïti, le projet aura nécessairement un impact sur la capacité du pays à augmenter la proportion des besoins alimentaires couverts par les producteurs locaux et ainsi, à combattre l'insécurité alimentaire ».

Le Développement international Desjardins agira à titre de chef de file du groupement et sera en charge d'assurer la coordination des interventions. L'organisation a également le mandat de professionnaliser les activités de crédit agricole au sein des institutions financières locales participantes. Pour ce faire, le DID mettra à profit sa vaste expérience en financement agricole. Celle-ci se traduit entre autres par une gamme complète d'outils et de méthodologies éprouvées dont fait partie Crédit+, un outil innovateur d'évaluation du risque de crédit. Présent en Haïti depuis 1995, le DID appuie « La Fédération des caisses populaires haïtiennes », le levier, auquel se rattachent une cinquantaine de caisses fortement ancrées dans la communauté. La Fédération est aujourd'hui un acteur socio-économique de premier plan en Haïti et sera appelé à jouer un rôle significatif dans la mise en œuvre du projet.

La Financière Agricole du Québec - Développement international aura la responsabilité de créer un fonds de fiducie destiné à appuyer le financement des productions ciblées et à garantir partiellement les portefeuilles de prêts agricoles admissibles des institutions financières participantes. Elle concevra également un premier programme d'assurance récolte adapté à la réalité locale, sélectionnera et formera le personnel local chargé d'appliquer le mécanisme retenu dans chacune des régions désignées afin d'en assurer la pérennité et développera le matériel d'information, d'éducation et de vulgarisation à l'intention des producteurs et des acteurs concernés.

L'Institut Interaméricain de Coopération pour l'Agriculture appuiera le ministère haïtien de l'Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR) dans la promotion et la dissémination de nouvelles technologies et innovations dans ce secteur, assurera la formation des agro-entrepreneurs et appuiera le gouvernement haïtien, par le biais du MARNDR, dans la révision de son cadre légal ainsi que dans l'adoption de nouvelles lois qui favoriseront le développement du système de crédit agricole et d'assurance récolte et qui permettront une meilleure gestion des terres agricoles en Haïti.

En structurant ainsi l'ensemble du secteur agricole et agroalimentaire haïtien, ces interventions conjointes auront pour impact d'améliorer l'accès au crédit agricole, d'aider les exploitants agricoles à mieux gérer les risques reliés à leurs productions, de stimuler l'entrepreneuriat, la création d'emplois et l'adoption de pratiques de production performantes et, à terme, de combattre l'insécurité alimentaire par une meilleure capacité de production locale. À ce chapitre, rappelons que 60 % des aliments consommés en Haïti sont importés. Dans le cas du riz, ce chiffre s'élève à 80 %.

Des défis imposants :
Les défis auxquels font face les trois organisations ainsi que leurs partenaires locaux sont nombreux : une agriculture locale historiquement peu rentable, des désastres naturels qui sévissent sur une base régulière, une économie encore fragilisée par le séisme de janvier 2010. Dans cette perspective, l'excellente connaissance qu'ont d'Haïti les membres du consortium, leur expertise confirmée dans leurs secteurs d'intervention respectifs, leur volonté de collaboration ainsi que leur approche misant sur le renforcement des capacités locales et l'autonomisation des acteurs haïtiens peuvent être considérées comme autant de facteurs porteurs de succès. L'étalement du projet sur deux phases se veut également un moyen de réduire les risques qui lui sont associés, tout comme le rôle central que jouera le Gouvernement haïtien afin d'assurer la concertation de tous les acteurs impliqués.

En savoir plus sur le DID :le Développement international Desjardins (DID) est une composante du Mouvement Desjardins qui appuie, depuis plus de 40 ans, la création, le développement et le renforcement d'institutions financières dans une trentaine de pays. Spécialisé en appui technique et en investissement dans le domaine de la finance de proximité, DID s'appuie sur la richesse et la diversité de l'expérience acquise au fil de ses collaborations avec de nombreux partenaires ainsi que sur les quelque 110 ans d'expérience du Mouvement Desjardins, le premier groupe financier coopératif du Canada.

En savoir plus sur la FADQDI :La Financière Agricole du Québec - Développement International (FADQDI) est une entreprise sans but lucratif affiliée à La Financière agricole du Québec, dont la mission est de partager le savoir-faire développé en agriculture et en agroalimentaire par La Financière agricole, ses filiales et ses partenaires. Regroupant des compétences en assurances agricoles, en financement, en développement de systèmes, en géomatique et dans la réalisation d'études sur les coûts de production, ce savoir-faire est offert aux gouvernements étrangers, aux institutions internationales et aux entreprises publiques ou privées.

En savoir plus sur l'IICA :L'Institut interaméricain de Coopération pour l'Agriculture (IICA) est une agence spécialisée faisant partie du système interaméricain dont la mission consiste à appuyer les efforts de ses États Membres dans le développement de leur secteur agricole et du bien-être de leur population rurale. Dans la réalisation de sa mission, l'IICA travaille dans six champs d'action prioritaires : contribuer au repositionnement de l'agriculture et du monde rural et à l'adoption d'un nouveau cadre institutionnel ; promouvoir le commerce et la compétitivité de l'industrie agricole et agroalimentaire ; promouvoir la protection sanitaire et l'innocuité des aliments ; promouvoir la gestion durable des ressources naturelles et de l'environnement ; promouvoir la dissémination de nouvelles technologies et encourager l'innovation afin de favoriser la modernisation de l'agriculture et le développement rural. L'IICA possède une expertise et une expérience considérable de la situation qui prévaut en Haïti, puisqu’elle travaille sur le terrain depuis 1972 avec les intervenants du secteur agricole et agroalimentaire et avec les représentants du MARNDR.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Paguerrier
Posté le 29/06/2011 16:09:03
Tout cela est juste et parfait. Ce qui manque à mon avis: 1.- Arriver à proposer ou à développer des alternatives aux petits fermiers haïtiens exerçant des pratiques érosives et/ou à faible rente (cultures sarclées de maïs, de sorgho, d'haricot, élevage libre de caprins,etc.) sur les versants dégradés de nos montagnes; 2.-Fournir un appui et un accompagnement pour la promotion de l'exportation de produits agricolers vers des marchés de niche, marchés équitables et autres. Pierre André GUERRIER, agronome Responsable Développement des Affaires - Oxfam-Québec, Haïti
tito
Posté le 28/06/2011 14:44:18
je ne fais pas confiance a ces organismes internationaux qui se decident a aider haiti sur des bases philantropiques on se demande avec inquiétude qui est derrière cette mascarade serait-ce la Monsanto ? Le monde est pourri, les nantis deviennent de plus en plus avares WHO GIVES A DAMN ABOUT HAITI Je ne crois pas à la charité des super puissants de ce monde. By
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n