Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Politique : Haïti réaffirme son adhésion à la charte démocratique interaméricaine de l’OEA

iciHaïti - Théâtre : La pièce «Opéra Poussière» de Jean D’Amérique remporte le Prix Théâtre RFI 2021

iciHaïti - Cap-Haïtien : Funérailles émouvantes du Directeur Général a.i de la Mairie

iciHaïti - Post-séisme : Bilan partiel des travaux d’évaluation du bâti dans le Grand Sud

iciHaïti - Nécrologie : Décès du chanteur-compositeur, Rodrigue Milien


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #556

Haïti - Mexique : Haïti va ouvrir des consulats dans les États du Chiapas et de Tabasco

Haïti - Séisme : FAO - Belgique, assistance agricole de 500,000 dollars

Haïti - Politique : Le Président du Mexique exhorte l’ONU à faire face à la crise haïtienne


+ de nouvelles



Haïti - Social : «La femme, le ciment du vivre-ensemble» Par Evans Paul
09/03/2021 10:43:06

Haïti - Social : «La femme, le ciment du vivre-ensemble» Par Evans Paul
Dans le cadre de la 36ème Édition de la Journée Internationale des Droits de la Femme l’ancien Premier Ministre Evans Paul sous le Président Martelly (16 janv. 2015 -26 fév. 2016) nous a fait parvenir un billet intitulé « La femme, le ciment du vivre-ensemble » que nous vous invitons à lire.

« La femme, le ciment du vivre-ensemble » par Évans Paul
« À la suite de l'année internationale des femmes de 1975, la journée internationale des droits de la femme est adoptée par les Nations Unies, le 8 mars 1977.

Cette journée est la consécration de longues années de luttes des femmes, pour la reconnaissance et le respect de leur droit politique et social.

Il y a déjà 164 ans, le 8 mars 1857, des ouvrières de l’habillement manifestèrent à New-York aux États-Unis, pour exiger le même salaire que les hommes, pour un travail égal.

53 ans plus tard, le 28 février 1909, à l’appel du Parti Socialiste d’Amérique, est célébrée aux États-Unis « La Journée nationale de la femme.»

L’année suivante, en août 1910, sur une proposition de la citoyenne allemande Clara Zetkin, lors de la deuxième conférence internationale des femmes socialistes, l'idée d'une « Journée internationale des femmes » a été adoptée, par une centaine de femmes venant de 17 pays, réunies à Copenhague, la capitale du Danemark.

La Russie en 1921, est le premier pays à officialiser cet événement qui devient un jour férié, mais non chômé jusqu'en 1965.

Cette célébration restera cantonnée longtemps aux pays du bloc socialiste soviétique, jusqu'à la fin des années soixante.

C'est finalement en 1977 que les Nations-Unies ont rendu universelle, cette importante journée, dédiée aux droits de la femme.

En Haïti, de Cécile Fatiman en 1791 à Bois-Caïman, en passant par Marie Jeanne à la Crête-à-Pierrot en 1802, jusqu’à nos braves « Madam sara et militantes » d’aujourd’hui, sur tous les plans, les femmes haïtiennes, forment le pilier de notre société. Cela, même en politique où elle est relativement discrète au-devant de la scène, la femme haïtienne représente un atout non négligeable.

En ce moment crucial de la vie nationale, l’implication des femmes au plus haut niveau des débats est indispensable.

Grâce à sa sensibilité particulière, la femme est douée d'une remarquable capacité de conciliation lui permettant d'oeuvrer pour cette entente durable dont la nation haïtienne trop longtemps déchirée a tellement besoin de nos jours.

Que le quarante-quatrième anniversaire de la célébration de la journée internationale des droits de la femme, ce lundi 8 mars 2021, soit pour les femmes haïtiennes d’avant-garde, l’occasion d’une percée décisive, capable d’aider à concilier les antagonismes qui font le malheur d’Haïti et du peuple haïtien.

Loin de nourrir des rivalités conflictuelles néfastes entre hommes et femmes, la Journée Mondiale de la Femme plaide pour l'harmonisation des genres par le respect de la femme d'une part et l'encouragement de son intégration socio-politique d'autre part.

Le pari d’une société haïtienne plus juste et beaucoup plus tournée vers le progrès, la paix et la prospérité, se révélera durablement plausible, en associant véritablement les femmes, aux grands chantiers du présent et de l’avenir du pays.

Car, il convient d’enrayer toutes les formes de discrimination sexiste, pour bâtir l’une avec l’autre, la société de justice et de tolérance, à laquelle nous aspirons, sachant que la « Femme est le ciment du vivre-ensemble ».

Evans Paul


HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n