iciHaïti - Culture : Honneur et mérite à l’artiste haïtiano-canadien Wesley Louissaint

iciHaïti - Chili : Le cinéaste Arnold Antonin reçois le «Prix Détroit de Magellan»

iciHaïti - Diaspora : Le Consulat Général d’Haïti à Paris, se rapproche des associations haïtiennes

iciHaïti - RD : Importante saisie de cigarettes de contrebande en provenance d’Haïti

iciHaïti - Justice : Déclarations tardives de naissance, aucun frais à verser


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #252

Haïti - Politique : Intervention de Moïse aux assises sur la bonne gouvernance

Haïti - FNE : 103 millions de subventions aux écoles communales, presbytérales, protestantes et épiscopales

Haïti - USA : Déclaration de la Congressiste Frederica Wilson concernant les Élections en Haïti


+ de nouvelles



Haïti - Reconstruction : Les entreprises étrangères se positionnent
13/06/2010 12:51:14

Randall Perkins (Perkins Haïti) montre fièrement son camp de base chambres avec air conditionné et des bureaux pour 120 cadres, une salle à manger pouvant servir 1.000 repas par jour, un gymnase et d'une infirmerie aux côtés de ses bulldozers et camions. Arrivé quelques jours après le séisme, Perkins prévoit embaucher 600 à 700 Haïtiens d'ici un an, ainsi que de fournir des capitaux pour des petites entreprises locales de construction qui fonctionneront en partenariat. Perkins est prêt à agir mais pour l’instant il ne fait rien, dans l’attente des lucratifs contrats de reconstruction.

Près de six mois après la Janvier le séisme qui a détruit une grande partie de la capitale, aucun contrat de travaux majeurs de reconstruction n’a été attribué. Très peu de l'aide étrangère promise a été libéré, pour de multiples raisons : problèmes logistiques et juridiques, permission de démolir des bâtiments dont les propriétaires ont péri dans le tremblement de terre, terres défrichées occupées immédiatement par des squatters, délai législatifs, lourdeur des règlements bureaucratiques, insécurité et instabilité de la situation socio-politique en Haïti.

Cela n'a pas empêché ces entreprises de se préparer pour le jour où l'aide promise (10 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années) sera disponible afin d’être en mesure de faire partie des candidats.

Certaines entreprises, telles que Cérès Environmental Services Inc de Brooklyn Park, Minnesota, sont des vétérans (ouragan Katrina). Cérès est actuellement dans la construction de maisons temporaires pour les victimes du séisme tout en se préparant a des offres plus importante dans la reconstruction.

RDC groupe a formé un partenariat avec le V & F Construction Haïti et embauché 300 travailleurs locaux pour démolir des immeubles, enlever les débris et mettre en place des toilettes portables dans la zone du séisme. Selon un communiqué de l'entreprise elle a déjà été engagé pour démolir des bâtiments et des rues à Port-au-Prince et devrait être un concurrent sérieux pour les gros contrats à venir.

AshBritt a formé une co-entreprise avec le Groupe Go, un conglomérat dirigé par l'un des hommes les plus riches d'Haïti et établi des partenariats avec plusieurs petites entreprises de construction haïtiennes.

Bien que ces compagnies ne connaissent pas encore l'ampleur des contrats, les perspectives de travaux pour les années à venir son alléchantes. « Il y a énormément de de travail à faire ici [...] et les parts du gâteau sont nombreuses »] déclare Perkins d'Haïti. Le Premier ministre Jean-Max Bellerive, qui supervisera la reconstruction avec l'ancien président américain Bill Clinton, a déclaré que le financement et les contrats de construction commenceraient à être délivrés dans quelques mois.

Jusqu'à présent, l’aide internationale et des groupes privés ont généré des centaines de millions de dollars dans des opérations de sauvetages, des fournitures d'urgence et de déblayage. La plupart de ces travaux ont été fait sans appel d'offre et ne représentent qu'une infime fraction de ce que sera finalement la reconstruction d'Haïti. Il y a beaucoup de travail à faire: logements, écoles, hôpitaux, administration publique, port, enlèvement des décombres, constructions de routes, de canaux de drainage, rétablissement du réseau électrique etc...

La plupart des entreprises en quête de contrats en Haïti évitent d’en parler, en partie pour éviter d’être pointé du doigt comme des compagnies qui vivent des catastrophes, mais l’autre raison est la féroce compétition qui se prépare pour les contrats et qui s'annonce sans pitié.

L'avenir d'Haïti semble radieux pour ces entreprises, il ne reste qu’à espérer que nos entrepreneurs (petits ou grands) sauront à leur tour se montrer à la hauteur de la tâche et qu’ils seront assez intelligent pour faire des alliances lorsque nécessaire afin de s’assurer d’avoir, eux aussi, une part substantiel du gâteau.

Toutes les entreprises devront faire face aux problèmes de corruption, mais la plupart des groupes étrangers estiment que la situation n’est pas pire dans les Caraïbes que dans n’importe quels autres pays en voie de développement.

S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


joseph
Posté le 14/06/2010 20:46:16
Bonne idée.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n