iciHaïti - CONATEL : Journée Mondiale des Télécommunications et de la Société de l'Information

iciHaïti - Football : Deux rencontres amicales en haute altitude, pour nos Grenadières

iciHaïti - CNDS D1 Playoffs : Le tempête FC s’incline [2-0] devant le Real Hop

iciHaïti - Diaspora : Un doctorat honorifique de l'Université Concordia pour Fabienne Colas

iciHaïti - Cap-Haïtien : Note au personnel du bureau de la douane fermé par des bandits


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping…

Haïti - Politique : Commémoration du 221e de la création de notre drapeau national

Haïti - FLASH : Pus de 80 candidats au poste de P.M.

Haïti - FLASH : Calendrier de reprise des vols de Sunrise Airways selon les destinations

Haïti - Actualité : Zapping…


+ de nouvelles



Haïti - Cap-Haïtien :182e anniversaires du séisme et du tsunami de 1842
08/05/2022 10:54:18

Haïti - Cap-Haïtien :182e anniversaires du séisme et du tsunami de 1842
Le 7 mai 2022, ramène en mémoire le 182e anniversaire du terrible séisme de 8,1 sur l’échelle de Richter qui a touché la Côte Nord Haïti le samedi 7 mai 1842 à 5h00 p.m. suivi d’un tsunami (estimé à 5m), qui détruisirent en moins de 6 minutes Cap-Haïtien et toutes les villes de la côte atlantique haïtienne causant la mort de plus de 5,000 personnes dans la ville du Cap qui comptait à l’époque une population estimée à 10,000 habitants.

Le séisme a également été ressenti en République Dominicaine ainsi que dans le Sud de Cuba, la Jamaïque, Porto Rico et aussi à travers les Antilles.

Cap-Haïtien était alors une cité florissante qui prospérait par son négoce maritime, une ville pleine de vie dominée par une classe de grands planteurs opulents et par une fastueuse bourgeoisie d’affaires. Juste avant la catastrophe, le Cap était encore considéré, avec Québec et La Nouvelle-Orléans, comme l’un des trois principaux centres commerciaux et culturels de l'Amérique francophone.

Il est rapporté que par crainte d'épidémie, le Cap fut mis en quarantaine. Elle perdit pendant longtemps sa fonction portuaire et « tout son trafic maritime avait été détourné pendant plusieurs années vers la ville des Gonaïves ».

La population, épouvantée par les répliques qui durèrent durant plus d’un mois, ne dormait plus que dans la rue, ou encore dans certains édifices épargnés...

Pendant les jours qui suivirent le désastre, la ville a été parcourue par de sinistres bandes de pillards… Selon l’historien Thomas Madiou (1814-1884), « [...] Ce qu’il y eut encore de plus horrible ce fut la fureur avec laquelle les habitants des campagnes environnantes se précipitèrent vers la ville, pillant, égorgeant et ne songeant pas à soulager les maux des victimes. L’on vit des hommes transformés en bêtes sauvages couper la main des blessés pour emporter les bagues qui la garnissaient, couper les cuisses pour enlever les bottes. Dans les ruines des maisons, tout fut pillé. Il n’y avait plus d’autorité.

[…] le trésor public avait été pillé, le 10 mai. Ce n’était plus l’œuvre de malfaiteurs proprement dits que l’on voit souvent surgir dans ces calamités mais des hommes appartenant au premier rang social, des employés et fonctionnaires publics, tant de l’ordre civil que de l’ordre militaire qui dévastaient à main armée les restes de la ville […] ». (T. Madiou, Histoire d’Haïti, tome VII, p.403)

Toutes les constructions du Cap-Haitien avaient été détruites et la ville n’a reçu aucune aide du Gouvernement, ni de l’étranger, ni même la visite du Président de l’époque, Jean-Pierre Boyer.

C’est seulement 2 ans plus tard, en 1844, que le Président Philippe Guerrier, a accordé au Cap un montant de 50,000 Gourdes qui a servi à la reconstruction du port de la ville et au déblaiement des rues de leurs décombres.

Enfin, « pendant tout le 19e siècle et au-delà, la ville est restée parsemée de ruines… Il a fallu attendre les années 1870 pour constater 28 ans plus tard, la lente reconstruction du Cap et le début d’une nouvelle prospérité ».

SL/ S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Nannoue
Posté le 08/05/2022 18:24:29
Que de malheur pour le peuple, haitien...Je suis d'accord avec Fanfan, rien a été appris. La guerre des gangs, est une autres preuves des abominations, de certains haitiens. J'ai vraiment l'impression, que c'est le génocide de notre peuple. Plus de 200 ans, d'Indépendance, marquée par la destruction et la rage. Mon cœur, saigne pour notre peuple, je ne crois pas, que DIEU, ne peut pas sauver Haïti Chérie, La Perle des Antilles. Je prie de tout mon coeur pour qu'il n'y ait plus JAMAIS, ce genre d'atrocités et que le peuple Haïtien vivent dans la paix, la dignité, la sérénité et la sécurité
Fanfan
Posté le 08/05/2022 13:28:40
Malheureusement on a rien appris de nos erreurs, de nos malheurs. A l’époque la ville ne comptait que 10000 habitants environs et plus de la moitié aurait perdu la vie. A combien on estime la population capoise aujourd’hui? Quelles sont les risques encourues en cas on aura une catastrophe pareille? Quelles sont les mesures qui ont été prises pour limiter les dégâts en vie humaine dans le cas on aurait une catastrophe pareille? La puissance de Dieu n’est pas appelée à faire ce qui est au pouvoir de l’homme.De toute façon notre destin est entre nos mains.
doubletranchant
Posté le 08/05/2022 11:25:48
Wow! je ne savais pas tout ça. On nous a pas enseigné ça dans l'histoire d'Haiti.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2024
Haitilibre.com -n