iciHaïti - Politique : Mission diplomatique du Canada en Haïti

iciHaïti - Insécurité : Chute de 50% des exportations de ciment vers Haïti

iciHaïti - AVIS : Restriction des dépenses de Noël dans l’administration publique

iciHaïti - FLASH : Le Gouvernement indien offre 15 bourses d’études, inscriptions ouvertes

iciHaïti - AVIS : Aucun haut fonctionnaire ne peut quitter le pays sans l’autorisation du P.M.


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Choléra : Bulletin quotidien #59

Haïti - Environnement : Clôture et bilan de la saison des ouragans 2022

Haïti - FLASH : 28,647 haïtiens expulsés de la République Dominicaine (novembre 2022)

Haïti - FLASH : Diffusion pirate de la coupe du Monde en Haïti, la FIFA met en garde


+ de nouvelles



Haïti - Éducation : Vers un baccalauréat technique (ONAPE)
23/06/2022 10:51:00

Haïti - Éducation : Vers un baccalauréat technique (ONAPE)
Mardi 21 juin 2022, le Conseil d’administration de l'Office National de Partenariat en Éducation (ONAPE) après un long temps d’hibernation, s’est réuni. C’est Nesmy Manigat, Ministre de l’éducation Nationale faisait également office de Président du Conseil assisté du Dr Hervé Boursiquot, Directeur Général de l’ONAPE et du professeur Auguste D’Meza, membre de son cabinet qui a présidé ce Conseil.

Au cours de cette réunion ayant inauguré les travaux de ce Conseil, le Ministre Manigat a jugé utile de détailler certaines décisions, prises récemment, en vue d’activer la réforme éducative en cours. En l’occurrence, il s’est arrêté sur la phase pilote du baccalauréat technique qui sera initié à la prochaine rentrée scolaire (septembre 2022), sur la transition linguistique que vit le pays et qui nécessité des réaménagements dans les contenus enseignés et dans la manière d’enseigner, et sur le livre unique qui sera disponible, également à la rentrée scolaire 2022-2023, pour les élèves de 1ere et de 2e années de l’école fondamentale.

Au sujet du baccalauréat technique, Laurent Saint-Cyr, de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti (CCIH), a émis des avis favorables. Il estime que cela pourrait ancrer davantage l’école dans la réalité du pays tout en corrélant enseignement-apprentissage et besoins du marché du travail national, au surplus du marché régional. Des avis partagés notamment par le syndicaliste Yvel Admettre de la Ligue Nationale des Enseignants Haïtiens (LINEH), Caroline Hudicourt du Consortium des Organisations du Secteur Privé de l’Éducation (COSPE) et Sherly Jean-Charles, représentante du ministère de l’Économie et des Finances.

Sur ce point, le Directeur général de l’ONAPE, le Dr Hervé Boursiquot, et le coordonnateur de la Commission Nationale de Développement des Acquis de l’Expérience Professionnelle (CNDVAEP), Charles Levelt Joseph, ont fait ressortir la nécessité d’œuvrer à la valorisation des métiers étant donné que le pays en a grand besoin pour faire fonctionner les entreprises, créatrices de biens et de services pour lesquels elles doivent mobiliser un savoir-faire qu’elles sont obligées d’importer, le plus souvent.

Concernant le « livre unique », comme Christon St-Fort de la Fédération des écoles protestantes d’Haïti (FEPH) ou Célita Févry du Centre Haïtien d’Action Sociale pour l’Avancement de la Famille (CHASAF), d’autres membres du Conseil ont fait part de leur appréciation. Selon-eux, le « livre unique » aura l’utilité de mettre à la disposition des apprenants des contenus conformes aux curricula, plus compréhensibles dans leur langue maternelle (le créole). Évitant aux parents de faire des dépenses inutiles dans l’acquisition de plusieurs manuels qui ne sont d’aucun intérêt pour l’apprentissage au niveau du premier cycle de l’école fondamentale.

Lire aussi :
https://www.haitilibre.com/article-36954-haiti-education-vers-la-mise-en-oeuvre-du-secondaire-technique-et-professionnel.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Ed
Posté le 25/06/2022 08:36:08
Wow! Il fallait y penser depuis un certain temps. Au lieu de créer des universités qui ne faisaient que grossir le paysage politique pourquoi ne pas développer l’école professionnelle dans tout le pays en tenant compte de la réalité de chaque zone en fonction des ressources disponibles afin de faciliter l’échange interdépartemental et régional. On n’ est pour l’université le développement de la connaissance. Dans les circonstances actuelles le pays n’ en a pas besoin, ce qui sont déjà disponible sont suffisants. Après la formation professionnelle, celui qui se sent mieux armé ou outillé pourrait entamer ses études universitaires puisqu’il a déjà une base professionnelle. Après tout cela, il faut aussi à mettre sur pied des associations socio-professionnelles pour permettre à ces jeunes de mieux intégrer le marché du travail et faire face aux exigence et complexités du monde de la finance, d’où la création d’une élite économique que le pays à tant besoin….. En agissant de bonne foi et dans la transparence, je crois que les dirigeants du pays pourraient à ce moment jeter la base ou le socle pour futur du pays. Nous devons apprendre à créer la richesse, nous devons apprendre à vivre ensemble. Nous devons avoir un nouvel paradigme pour affronter les défis auxquels nous devons faire face. Nous devons comprendre que nous sommes beaux, belles et fiers (ères) comme haïtien et haïtienne le reste n’est des détails qui pourraient nuire à nos engagements, au développement.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n