iciHaïti - Politique : Activité de plaidoyer des 12 mairesses d’Haïti

iciHaïti - Nicaragua : Le premier groupe des Grenadiers est bien arrivé à Managua

iciHaïti - Santé : Les chiffres sur la collecte de sang au pays, plus qu'alarmants

iciHaïti - Social : Johanna Sylvain Joseph lauréate du Prix Jeunesse 2018

iciHaïti - Petit-Goâve : Suivi des travaux de la route reliant Molière à la Ferme


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : zapping...

Haïti - Politique: «Pitit Dessalin» fait un affront au drapeau haïtien

Haïti - RD : L'Ambassade des États-Unis lance une alerte pour les manifestations en Haïti

Haïti - MÉTÉO : Système tropical à suivre sur l’atlantique

Haïti - RD : Un groupe d’haïtiens armés intercepte un groupe de touristes dominicains


+ de nouvelles



Haïti - Climat : Gonaïves, cible de la prochaine catastrophe
20/06/2010 11:00:42

Gonaïves, après les tempêtes tropicales et ouragans (2004 et 2008 - Jeanne et Hanna), est actuellement la ville du pays la plus exposée aux catastrophes climatiques. Situation d’autant plus alarmante qu’à la population régulière, s’est ajouté 40.000 réfugiés qui ont fuit la capitale suite au séisme de janvier dernier.

Presque deux ans après Hanna qui a tué près de 800 personnes, laissé des centaines de milliers de personnes sans-abri et causé pour 1 milliard de dollars de dommages aux routes, aux ponts et aux systèmes d'irrigation, Gonaïves reste un bassin de catastrophe sans protection.

Les améliorations ont été lentes à Gonaïves, selon les chiffres du gouvernement, la plupart des 2,5 millions de mètres cubes de boue qui avaient englouti la ville ont finalement été enlevé.

Près de 8 km de route ont été revêtue de béton, travaux réalisé par Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) aux frais des contribuables américains. L’OIM a aussi construit de nouveaux abris contre les ouragans, réhabilitées et construits 26 écoles vers des terrains plus élevés ou ajouter un deuxième étage avec terrasse pouvant servir de refuge en cas de coulées de boue.

Joanas Gué, Ministre de l'Agriculture qui supervise une grande partie de la réfection des infrastructures, dit que les travaux sont axés actuellement sur le curage des nombreux canaux et drains qui traversent Gonaïves. D'autres travaux comprennent le renforcement des berges de la rivière La Quinte, ainsi que le dragage et l'élargissement de certaines de ses parties « Le défi aujourd'hui n'est pas le contrôle de l'eau une fois qu'elle a atteint Gonaïves, mais de la contrôler avant qu’elle ne l’atteigne » a-t-il précisé.

Environ 60% de l'eau responsable des inondations qui a conduit à la mort de 3.000 personnes (en 2004) suite à l’ouragan Jeanne, venait de la rivière Quinte, qui a cinq rivières et huit bassins versants qui l’alimente. Le Ministre admet que les travaux en cours, y compris la réorientation de l'eau d'un ravin majeur, assurent une certaine protection à la population, mais n’éliminent pas les risques d’inondations meurtrières ou des glissements de terrain.

Les responsables américains de l’US Army Corps of Engineers ont fourni des évaluations techniques et d'impact sur l'environnement, à Gonaïves les besoins financiers pour le contrôle des inondations dépassent de loin les 22 millions de dollars prévues depuis 2008. L'armée américaine a mis en place un camp de base en dehors des Gonaïves dans la ville de Mandrin. L’unités de la Garde nationale a commencé à arriver la semaine dernière (dans le cadre de la mission Nouveaux Horizon Haïti 2010). Au cours des quatre prochains mois, il y aura au moins 500 réservistes américains sur le site, avec accès à des hélicoptères prêt à intervenir en cas de catastrophe. De plus, cette mission construira plusieurs écoles, un centre communautaire, une clinique et prendre en charge la réparation d'un puit.

Le ministre Gué précise que la plupart des travaux ont été financé jusqu’à présent par le gouvernement haïtien à hauteur d'environ 4 millions de dollars ajoutant que les retards sont imputables au manque de financement et au le séisme de janvier qui a forcé la CNE, société de construction du gouvernement, à déplacer la plupart de ses équipements dans les zones touchées par le tremblement de terre.

« Nous discutons actuellement avec un groupe d'experts de l'Université du Massachusetts pour la construction de barrages le long de La Quinte afin de réduire les risques d’inondations. Rappelant qu’Haïti aura besoin de 2 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années pour consolider les collines déboisées.

La population, quant à elle, se prépare au pire avec l'arrivée de la saison des ouragans qui d’après les experts en prévision météo pourrait être une des saisons les plus dangereuses.

S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2018
Haitilibre.com -n