iciHaïti - Football : Varieno Saint Fleur nouveau Président temporaire de la FHF

iciHaïti - Jacmel : 133 prisonniers ont des symptômes similaires au Covid-19

iciHaïti - Saint-Marc : La foudre détruit plusieurs véhicules et chaloupes

iciHaïti - AVIS : 120 bourses de formation en réseaux communautaires internet, inscriptions ouvertes

iciHaïti - Petit-Goâve : La DGI déterminée à reprendre les terrains de l’État spoliés par le Maire Limongy


+ de nouvelles


Haïti - Covid-19 : Bulletin quotidien 28 mai 2020

Haïti - URGENT : Forum internet sur le Covid-19 en Haïti et les dangers des déportations US (sur réservation)

Haïti - FLASH : Nouveau vol de retour vers les USA

Haïti - Canada : Vers la régularisation du statut des demandeurs d'asile haïtiens qui travaillent dans les centres de soins pour aînés

Haïti - FLASH : Plus de 1,000 cas dans le département de l’Ouest


+ de nouvelles



Haïti - Sécurité : Formation de 7 policiers instructeurs
23/12/2011 07:53:53

Haïti - Sécurité : Formation de 7 policiers instructeurs
7 policiers instructeurs de l'Académie Nationale de Police ont participé à un atelier de travail sur les droits de l'homme au Parc Historique de la Canne à Sucre, dont l'objectif était « notamment d'identifier les divers défis rencontrés par les formateurs de l'Ecole de police en vue de proposer des pistes d'action pour l'année 2012 ».

Cet atelier, une initiative de la Section des Droits de l'Homme (SDH) de la Minustah, a permis d'aborder un nombre de thèmes, dont les différents types de violations que peuvent commettre les policiers haïtiens dans l'exercice de leur fonction, le dispositif de formation en droits de l'homme, le statut du formateur en droits de l'homme ou encore les droits des policiers haïtiens, dans une perspective des droits de l'homme...

« Ce sont des échanges utiles et nécessaires qui doivent permettre aux agents de la Police Nationale d'Haïti (PNH) de surmonter les nombreux défis et combler les attentes relatives au renforcement de l'Etat de droit », a déclaré Me Jean Miguelite Maximé, Directeur de l'Académie de police ajoutant que le renforcement « doit passer par des institutions républicaines fortes, garantes des droits de la personne ». M. Maximé croit également que les droits de l'homme sont un instrument universel qui doit « être appris et transmis pour mieux garantir le respect des droits humains et promouvoir chaque jour en Haïti la défense des droits de la personne... »

Problèmes au niveau théorique
Michael Belliot Jacquet, Inspecteur principal de la Police Nationale d'Haïti (PNH) fait remarquer que cette transmission ne se fait pas sans difficultés, citant le manque de matériels, d'annexes et de copies à distribuer aux apprenants...

Problèmes matériels
Mais le problème n'est pas seulement au niveau de la théorie, M. Belliot indique que pour bien remplir sa mission et éviter les violations des droits de l'homme dans l'exercice de leurs fonctions les officiers de police doivent disposer entre autres, d'un bâton, de gaz lacrymogène ou encore de menottes, pour qu'en cas de légitime défense par exemple, ils n'aient pas comme seul recours leur arme à feu, mais il signale que ces types d'équipement font souvent défaut.

HL/ HaïtiLibre


Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


francis45a
Posté le 23/12/2011 16:35:40
Il faut de l’ordre et la Paix publique. les policiers doivent agir et être formé pour mieux lutter contre la criminalité en tout genre qui gangrène Haiti. chaque individu doit respecter la loi et sa propre Patrie.
zopovin
Posté le 23/12/2011 09:49:31
Pour les problemes d'implementation des droits de l'homme, on doit voir premierement l'aspect mental des officiers de police vis-a-vis le peuple qu'il desserve. Tout accusé est presumé innocent avant d'être prononcer coupable par un tribunal. Les coups de pieds, des giffles et même la bastonade seraient l'abus de la personne qui vient d'être accuser.L'endroit de l'incarceration doit aussi être de bonne hygiène. L'identité de l'accusé doit aussi être protégé avant qu'il soit trouver coupable devant la loi.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n