iciHaïti - Boat People : 86 haïtiens intercepté au large de Providenciales

iciHaïti - ALERTE : Tentatives d'escroqueries liées à des bourses d’études en France

iciHaïti - Cap-Haïtien : Une maison s’effondre au moins 2 victimes

iciHaïti - Social : Amélioration sanitaire dans les prisons haïtiennes

iciHaïti - Tennis : Naomi Osaka abandonne sa nationalité américaine


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - FLASH : 34 policiers tués en 9 mois, une hausse de plus de 200%

Haïti - Politique : Helen La Lime nommée à la tête la nouvelle Mission spéciale de l’ONU en Haïti

Haïti - Politique : Pus de 200 organisations de plus de 20 pays soutiennent la lutte en Haïti

Haïti - Social : Timide reprise des activités après 3 jours de mobilisation


+ de nouvelles



Haïti - Social : Manger moins pour envoyer les enfants à l'école
27/12/2011 08:23:06

Haïti - Social : Manger moins pour envoyer les enfants à l'école
Selon une étude de la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA), il a été admis que, en choisissant d'envoyer leurs enfants à l'école, les familles défavorisées doivent réduire la quantité et la qualité de leur consommation alimentaire. L'Enquête Nationale de Sécurité Alimentaire (ENSA), réalisée en mai 2011, a permis de généraliser ce fait à l'ensemble du pays.

Selon les résultats de cette enquête, les ménages en insécurité alimentaire (modérée ou sévère) sont pour la plupart ceux dont les chefs n'ont aucun niveau d'étude (40,61%) ou, du moins, n'ont pas achevé leurs études primaires (30,63%). Ce fait est surtout observé en milieu rural où 41,2% des ménages sont en insécurité alimentaire contre seulement 18,4% en milieu urbain. Au niveau de la région métropolitaine et des autres zones urbaines du pays, plus d'un tiers des ménages en insécurité alimentaire (36,5%) ont leur chef ayant atteint le niveau secondaire mais de façon incomplète. Un constat similaire est aussi fait quant au niveau de richesse, mesuré par la disponibilité en biens durables dans le ménage: près de 4 ménages sur 10, dont les chefs sont analphabètes, appartiennent au groupe des « plus pauvres en biens durables ».

Par ailleurs, du nombre d'enfants de 6-14 ans composant les ménages en situation d'insécurité alimentaire au niveau national, 78% en moyenne peuvent se rendre régulièrement à l'école. Pour les 22% restant, soit ils ne peuvent pas se rendre régulièrement à l'école, ou ils n'y vont pas du tout.

Au niveau des départements, il faut attirer l'attention sur l'Artibonite où, en moyenne, 1 enfant sur 5 ne fréquente pas l'école de manière régulière. Ce rapport s'accroit à mesure que l'on se rapproche du milieu rural.

Parallèlement, l'éducation constitue la 2e source de dépenses, tous groupes de richesse confondus. Sur l'ensemble des dépenses mensuelles du ménage, celles allouées à l'éducation représentent, en moyenne, entre 6 à 10% suivant que le ménage soit très pauvre ou mieux lotis; elles sont en moyenne deux fois supérieures en milieu urbain par rapport au milieu rural.

Le transport, dans la zone métropolitaine notamment, constitue aussi une source de dépense importante pour les ménages pauvres après l'achat des habits, vu qu'une grande partie des frais de transport (argent de poche) est allouée à l'envoi des enfants à l'école.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2019
Haitilibre.com -n