Téléchargez le Calendrier scolaire remanié janvier à août 2023 (officiel)





iciHaïti - AVIS Diaspora : Calendrier des Consulats mobiles (Floride)

iciHaïti - U-17 : Nos Grenadiers U-17 victorieux [2-1] lors de leur 2e test-match

iciHaïti - Vrai et Faux : Précisions sur la journée de troubles aux Gonaïves

iciHaïti - Insécurité : Un chauffeur de la Brigade médicale cubaine enlevé

iciHaïti - Pérou : Un autobus tombe dans un ravin, 8 haïtiens tués


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diplomatie : L’Ambassadeur d’Haïti réitère à l’OEA sa demande d’intervention d’une force étrangères

Haïti - FLASH : La Jamaïque prête à déployer des militaires et policiers en Haïti

Haïti - Économie : Perte de plus de 3,500 emplois annoncée dans le secteur textile

Haïti - FLASH : L’inflation proche de 50% (décembre 2022)


+ de nouvelles



Haïti - Sports : Fanatique jusqu’à la mort
02/07/2010 15:16:59

Un jeune haïtien de 18 ans, fanatique supporteur du Brésil s'est donné la mort vendredi après le score de 2 à 1 en défaveur de son équipe Brésilienne, éliminée en quart de finale par les Pays Bas qui se sont qualifié.

Selon des témoignages, le jeune homme s’est jeté volontairement sous une voiture après le coup de sifflet de fin de match et l’élimination sans appel des Brésiliens de la Coupe du Monde 2010.

De nombreux supporteurs du Brésil s'étaient préparés pour faire la fête en décorant leur quartier aux couleurs de leur équipe, et la déception était grande après l’élimination de leur équipe fétiche. Rappelons qu’en Haïti les Brésiliens (en football pas dans la Minustah) sont considérés comme des symboles voir comme des Dieux.

L’élimination du Brésil est vécu en Haïti, par de nombreux haïtiens comme un véritable drame, dans un pays qui se raccroche à n’importe quel espoir pour oublier le drame du quotidien.

Aimer le foot jusqu’à la mort est une véritable absurdité.

Un drame qui se répète 60 ans plus tard -
C'était le 16 juillet 1950 -

Avant la rencontre, le maire de Rio de Janeiro chauffe les 200 000 spectateurs qui ont pris place dans le Maracana : "Vous, les joueurs, qui dans moins de 2 heures serez acclamés par des millions de compatriotes qui fêteront votre titre de champion du monde... Pour moi, vous êtes déjà vainqueurs !"

En 1950, le Brésil organisait son premier Mondial et tout était réuni pour que la Seleçao l’emporte et s’offre ainsi sa couronne planétaire. Pourtant, l'optimisme aveugle de l'édile carioca ne sera pas de bon augure : alors qu'un match nul leur suffit, les Brésiliens sombrent 2-1 contre toute attente, après avoir mené au score...

Maracanã. Rio de Janeiro. 16 juillet 1950, entre 16 heures et 17 heures, lorsque que tout un peuple fut le témoin du tir de l'Uruguayen Alcides Ghiggia qui alla échouer dans les filets du portier brésilien Moacyr Barbosa. Ce but, c'est le deuxième but de la tragique défaite brésilienne devant l'Uruguay 2-1 de ce qui allait devenir la finale non officielle de cette Coupe du monde 1950, le but qui sacré l'Uruguay et dépossédait le Brésil d'un titre qu'il s'était déjà attribué ou comment un seul but put faire chavirer dans la tristesse un pays tout entier. A propos de ce but, le malheureux Moacyr Barbosa, premier gardien noir de la Seleção, raconta que "ce fut un tir déguisé en centre, je croyais que Ghiggia allait centrer comme avant. Je dus alors me retourner et je réussis à toucher la balle, persuadé de l'avoir déviée en corner. Au bruit du silence du Maracanã, je dus m'armer de courage et regarder derrière pour voir le cuir au fond des filets." Le pauvre allait porter toute sa vie le poids de ce but, le parfait bouc émissaire en somme. Au Mexique, un responsable de la fédération brésilienne l’empêcha de rencontrer les joueurs durant les phases éliminatoires de la Coupe du monde 1994 de crainte qu’il ne leur porte malheur !

Les Brésiliens, à domicile, perdirent ce match (2-1) contre l’Uruguay et par la même la Coupe du Monde, leur Taça do Mundo, et pourtant qui avant la rencontre aurait misé le moindre sou sur les Uruguayens ? Peu de monde à vrai dire...

La défaite en finale face à l'Uruguay a provoqué une vague de suicides au Brésil [dont plusieurs dans le stade ou des gens se sont jeté dans le vide). Le naufrage brésilien ce jour-là restera dans l'histoire sous le nom de Maracanazo (ou Maracanaço), soit « le désastre du Maracana ».

L’histoire du fanatisme sportif ne fait que se répéter 60 ans plus tard

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


lia
Posté le 02/07/2010 17:16:34
Pure stupidité... Je suis pour ma part une fan du Brésil mais c'est pas pour autant que je vais m'ôter la vie... C'est grave!
Sory
Posté le 02/07/2010 16:14:07
Je ne crois qu'aucun Bresilien ni meme Argentin ce suiciderait pour un Haitien, une absurdité vous dites, pour moi la Tolerance s'applique, il a fait son choix, il est née libre, son ame ira au Bresil, comme cela il aura tout son temps pour regretter et rendre compte a Dieu
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2023
Haitilibre.com -n