iciHaïti - Sécurité : Nouveaux renforts dominicains à la frontière

iciHaïti - Diaspora : Décès du Consul honoraire d’Haïti à Bordeaux

iciHaïti - Social : 23 «boat-people» haïtiens interceptés dans les îles Caïcos

iciHaïti - SOS-Journalistes : Espoir après l’arrestation d’un des présumés assassins de Vladjimir Legagneur

iciHaïti - MSF : Réouverture de l'hôpital de soins des grands brûlés à Port-au-Prince


+ de nouvelles


Haïti - Diaspora : Nouvel Ambassadeur d’Haïti au Canada et nouveau Consul à Montréal

Haïti - G9 : Démenti formel de la Commission Nationale de Désarmement

Haïti - Diplomatie : Nomination de 7 ambassadeurs et d’une Consule Générale

Haïti - Social : 262e anniversaire de naissance de l’Empereur Jean-Jacques Dessalines

Haïti - Actualité : Zapping...


+ de nouvelles



Haïti - Humanitaire : Incroyable mais vrai!
13/05/2010 16:37:45

Poursuivant ses visites dans les camps provisoires, mercredi 12 mai à « Caradeux », un camp dans la commune de Tabarre, la MINUSTHA venait écouter les doléances des sinistrés. La plupart des déplacés du camp de Caradeux sont des personnes qui avaient trouvé refuge dans la cour de l’Institution St Louis de Gonzague.

« Nous ne pouvons pas vivre dans ces conditions a affirmé Ernst Jean-Baptiste un porte-parole des déplacés « Notre camp est près d’une ravine qui peut être en crue à la moindre averse et nos tentes sont souvent inondées », a-t-il expliqué. « il n’existe que deux projecteurs pour ce camp qui abrite près de 11 000 personnes, c’est insuffisant, dans l’obscurité, tout peut arriver».

D’autres intervenants ont souligné la précarité des abris « Il nous faut de vraies maisonnettes qui ne laissent pas passer l’eau de pluie, comme c’est le cas pour la plupart des tentes ».

« Pas moins de 176 bébés et 1.114 enfants vivent ici. Ils n'y a aucune assistance médicale quand ils sont malades», a précisé Elvire, une des femmes en charge du camp.

Edmond Mulet de la MINUSTHA a expliqué comprendre les doléances. « Nous réalisons qu’il y a un manque de coordination et beaucoup d’improvisation dans la gestion de ce camp ». Donnez nous deux ou trois jours et vous allez voir.

(NdHL) Combler une ravine, éclairer un camps de 11,000 personnes, construire des maisonnettes, fournir l’assistance médicale qu’est-ce qui va changer dans 2 ou 3 jours ?

B/ HaitiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2020
Haitilibre.com -n