iciHaïti - Sécurité : Vers la mise en place de 4 Comités de la Protection Civile en milieu rural

iciHaïti - Congrès de la Diaspora : La Ministre du Tourisme présente les avantages d’investir au pays

iciHaïti - Handicapés : Résultats de l'étude sur les opportunités de formation et d’emploi

iciHaïti - Social : L’Ambassadeur de Taïwan distribue en personne des kits alimentaires

iciHaïti - AVIS : Arrêté sur la circulation des poids lourds, garage et «car wash» à Cap-Haïtien


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #303

Haïti - PAP Jazz 2021 : Soirée d’ouverture du Festival International de Jazz de Port-au-Prince

Haïti - EDH : Pluie de MW sur Haïti

Haïti - Politique : L’Ambassadeur d’Haïti respecte la décision dominicaine de ne pas vacciner les sans-papiers


+ de nouvelles



Haïti - Social : Le GARR dit craindre une situation explosive
06/07/2010 13:56:01

Haïti - Social : Le GARR dit craindre une situation explosive

Colette Lespinasse directrice de l'appui aux ONG Groupe pour les réfugiés et des rapatriés en Haïti (GARR) a dit craindre une situation explosive en Haïti en raison de divers facteurs internes et externes, qui sont résumées par l'absence de leadership du gouvernement, la présence influente de la communauté internationale et l'absence de consensus entre les acteurs politiques et organisations de la société civile sur des questions clés sur l'ordre du jour national.

Participant à une analyse conjointe parrainée par le Centre de Bono avec un panel composé de plusieurs personnes, dont M. Edwin Paraison, ministre des Haïtiens vivant à l'étranger (MHAVE), la DIrectrice du GAAR a critiqué le fait que six mois plus tard, environ 1,3 millions de victimes du séisme du 12 janvier dernier qui a ravagé Haïti, vivent toujours dans des camps improvisés. Critiquant les effets d’annonces de la communauté internationale, qui déplace des milliers de personnes « d’une tente vers une autre tente »

Politiquement, elle note que l'absence de consensus qui est exprimé dans diverses manifestations peuvent influer sur la gouvernance du pays et provoquer des dérives sociales aux conséquences graves. Des secteurs et des groupes appellent ainsi à la démission du président, du CEP, à la mise en place d’un gouvernement de transition ou réclame le retour du président Jean Bertrand Aristide, aujourd'hui exilé en Afrique du Sud ou de celui de l’ex dictateur Duvalier qui vit en France. Elle a précisé que seul le soutien et la confiance de la communauté internationale au gouvernement actuel, ont fait que la situation n’a pas encore échappé à tout contrôle.

Pour sa part, M. Edwin Paraison dans son discours a dit « qu'Haïti n’a pas les capacités pour financer seul la reconstruction du pays » et a appelé les gouvernements et les pays qui ont promis plus de 10 milliards de dollars pour la reconstruction d’Haïti, le 31 Mars à New York, d’honorer leur parole. Il a reconnu que le gouvernement avait eu des faiblesses dans la communication de ses initiatives mais que les actions allaient maintenant dans la bonne direction.

S/HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n