Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Bahamas : 88 boat-people haïtiens interceptés près de «Great Inagua»

iciHaïti - JUSTICE : Nouveau cambriolage au Tribunal de Première Instance de PAP

iciHaïti - AVIS : Levée des interdictions de rassemblement au sein des centres sportifs et socio-éducatifs du pays

iciHaïti - Basketball : Don de James Harden, Star des «Nets de Brooklyn» aux enfants d’Haïti

iciHaïti - Nippes - 50 jeunes passent les épreuves écrites d’admission dans la PNH


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #677

Haïti - Politique : «Il n'y aura pas un nouveau Président le 7 février 2022» dixit le P.M. Henry

Haïti - FLASH : Plus de 54 victimes, 834 familles sinistrées et d’importants dommages matériels (dernier bilan Provisoire)

Haïti - FLASH : L’Ex-sénateur J-C Moïse expulsé des États-Unis


+ de nouvelles



Haïti - Élections : INITE, démenti et rumeurs de candidats
28/07/2010 10:08:12

Haïti - Élections : INITE, démenti et rumeurs de candidats
L'ancienne porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Michèle Montas, dont le nom continuait d'être cité ces derniers jours dans les milieux de Inite et dans la presse locale, a démenti les rumeurs selon lesquelles elle aurait des intentions présidentielles. Ce qui calme certains secteurs de cette plateforme qui se montraient hostiles à cette éventuelle candidature qu’ils considéraient comme un parachutage.

Les débats se poursuivent au sein de la plateforme présidentielle  Inite (Unité) pour le choix de son candidat à la présidence.

Nombreux sont ceux qui pensent que l'ancien premier ministre Jacques Edouard Alexis serait le mieux placé, Mais les noms de Yves Cristallin, ministre des affaires sociales, Joseph Lambert, (sénateur du Sud-est) ou Kelly Bastien alimentent aussi des débats parfois très vif.

Selon une source proche, en raison des conflits au sein de Inite, si le président Préval n'arrivait pas à imposer son choix, il  pourrait être amené à désigner une personnalité qui n'aurait aucune chance de gagner, pour ensuite apporter le soutien de l'appareil de l'Etat à un indépendant.

Au stade des débats, de la confusion et des divisions au sein d'INITE, les spéculations sur les stratégies du président Préval sont nombreuses.

BF/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


popi
Posté le 31/07/2010 20:06:20
idats. Le calcul politique qui misait sur l'addition des forces comme instrument de conquête du pouvoir n'a pas tenu compte d'une donnée somme toute incontournable de la réalité politique locale, à savoir l'émergence d'un populiste ou d'un leader charismatique dans l'arêne peut changer du tout au tout le mpmentum et qu'il faut trouver désormais d'autres arguments pour se positionner valablement sur l'échiquier. En un mot, voilà pourquoi l'Unité tarde tant à faire connaître son candidat. Avec ce front, la victoire contre les adversaires de l'intérieur étaient plus ou moins une simple question de formalité. Par contre, ce n'est guère la même chose avec un protagoniste de la trempe de Wyclef, l'ambassadeur onusien de bonne volonté, le pigeon voyageur qui ne rate jamais une bonne occasion pour faire entendre la voix d'haiti à l'extérieur. Si Wyclef se présente, il faudra s'attendre à un raz-de-marée trois heures après l'ouverture des bureaux de vote. C'est pour éviter un tel désastre que l'Unité temporise. Finalement, l'Unité ne risque -t-elle pas de prendre place dans la diligence qui devra conduire l'enfant chéri des fugees aux portiques du palais présidentiel aujourd'hui en ruines.
popi
Posté le 31/07/2010 17:56:25
L'idée de base qui a présidé à la formation de l'Unité est la constitution d'un front politique formé de membres des partis les plus représentatifs et disposant d'une capacité de mobilisation hors d'atteinte susceptible de faire de lui la principale locomotive politique du pays. Cette façon de poser le problème semble n'avoir pas eu beaucoup de mal à se concrétiser. En un tournemain, en effet, comme stratégie elle s'est avérée fort payante dans la mesure où, sur un simple coup de sifflet, se dégageait déjà l'impression que le concours de recrutement se déroulait à guichet fermé. Très affûté et décidé à se décerner un satisfecit pour avoir mené et réussi de main de maître la plus vaste campagne d'émasculation politique de toute l'histoire, l'Unité ne jure que par l'organisation d'élections seule capable d'assurer la stabilité du pays au départ du gouvernement sortant. Tout compte fait, il faut mettre à son crédit les efforts consentis en vue d'épargner le présent CEP d'une déroute annoncée et il est tout à fait normal qu'elle espère en tirer des dividendes. Paradoxalement, l'unité paraît, depuis quelque temps, avoir beaucoup de mal à accorder son violon. Le front semble faire montre, du moins en apparence, d'un déficit d'unité, qui l'oblige à renvoyer à chaque fois le candidat qui devra le représenter aux présidentielles de novembre prochain. En son sein pourtant,le parti regorge de personnalités qui ont toutes les qualifications requises pour être de bons cand
popi
Posté le 30/07/2010 16:24:25
Ils ne sont pas légions ceux qui pensent qu'en matière électorale, on ne peut rien imposer à un peuple qui fait montre depuis près de deux décades d'une culture politique participante. A propos des compétitions de novembre prochain, ce qui est à peu près certain, c'est qu'il n'y aura pas de brelan de rois attendu d'ici à la proclamation des résultats. Le vainqueur de ce scrutin sera à mon sens issu de la mouvance politico sociale qui se serait montré la plus apte à orienter le verdict du souverain dans le sens de la rupture avec l'histoire socio-politique des vingt-cinq dernières années. Le pays a besoin d'une présidence-stratège, c'est-à-dire de services et de proximité, mais sans les petits projets de la présidence. Le pays a besoin d'une présidence qui reconnaît et valorise le rôle des femmes au regard de la survie au quotidien de la nation. Sans des tranferts mensuels, réguliers et substantiels aux ménages pauvres, qui sont les seuls à avoir l'expertise nécessaire en matière de réduction de la pauvreté, on voit mal comment la prochaine présidence pourrait s'avérer utile. Le savoir-faire des femmes est un prérequis pour le sauvetage national. On ne peut penser Haiti sans mettre à contribution leur immense expérience en matière d'organisation, de gestion et de maintien de la cohésion sociale. Elles sont donc le carrefour par lequel il faut passer pour accéder à la présidence.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2022
Haitilibre.com -n