Cliquez pour télécharger le projet officiel de la nouvelle Constitution (septembre 2021)





iciHaïti - Politique : Journée internationale des personnes handicapées (déclaration)

iciHaïti - Politique : Les jeunes handicapés sportifs

iciHaïti - Musique : Prix Découvertes RFI 2021, un haïtien finaliste

iciHaïti - Culture : Festival International de Littérature Créole

iciHaïti - Diaspora : Plan d’actions du MHAVE pour le prochain trimestre


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Diaspora Covid-19 : Bulletin quotidien #624

Haïti - USA : Une loi déposée au Congrès pour le renouvellement des programmes HOPE/HELP

Haïti - Rép. Dominicaine : Malgré les protestations, les expulsions de femmes enceintes se poursuivent

Haïti - BID : Don de 60 millions US pour améliorer la productivité agricole des ménages ruraux


+ de nouvelles



Haïti - Social : Drame familial au camp Acra
31/07/2010 11:09:44

Haïti - Social : Drame familial au camp Acra
Le camp Acra, dans le quartier Delmas, qui abrite des dizaines de milliers de sinistrés vient de vivre une tragédie, autre rappel, s’il est besoin des conditions dangereuses dans lesquelles vivent toujours, six mois après le séisme près d'1,6 millions de personnes

Cette semaine, Enrique Joseph, un jeune policier de 30 ans, qui travaillait au centre-ville, a été alerté sur son téléphone cellulaire qu’un terrible drame venait de se produire au camp ou logeait sa famille. Un mur de soutènement de plus de 3 mètres de haut, près d’un cours de tennis, miné par les pluies de cette semaine venait de s’effondrer écrasant la tente ou vivait sa famille, tuant son fils Kesnel âgé de 8 mois ainsi qu’un neveu Kika âgé de 2 ans qui était dans l’abri. Arrivé sur les lieu du drame il était trop tard, les corps des garçons sans vie étaient déjà été enveloppés dans des draps.

Après avoir perdu sa maison dans le séisme, il vient de perdre son abri de fortune et une partie de sa famille « Si nous avions su que le mur pouvait tomber, nous nous serions installé ailleurs » à dit sous le choc le jeune policier, les yeux rougis par les larmes. « Les choses matérielles ne comptent pas [...] j'ai perdu mon fils... cela signifie que j'ai perdu ma vie » a déclaré en larme, dans une tente voisine la jeune mère de 25 ans de Kika Ketlanda Leus ».

Après avoir fait transporter le corps des garçons à la morgue de l'Hôpital Général d'Haïti, Joseph s’est mis à la recherche recherche d'un nouvel espace pour construire un autre abri de fortune pour lui et les cinq membres de sa famille « Tout peut arriver, n'importe quand, à l'intérieur de ces camps » a-t-il déclaré.

S/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2021
Haitilibre.com -n