Derniers Articles

Haïti - Actualité : Quelques nouvelles ici et là...

Haïti - Environnement : Formation des cadres en évaluation environnementale

Haïti - Agriculture : «Foire de la paysannerie» un succès sur l’Île de La Gonâve

Haïti - Santé : Enquête sur la consommation de produits illicites en milieu scolaire

Haïti - Politique : État actuel et avenir de la coopération dans le monde


+ de nouvelles



Haïti - Élections : Plan de Michel Martelly, candidat à la Présidence
19/10/2010 16:33:44

Haïti - Élections : Plan de Michel Martelly, candidat à la Présidence
Chaque candidat agrée aux élections présidentielles peut nous faire parvenir des informations sur son programme et ses engagements. HaïtiLibre en fera la publication, gratuitement, sans distinction, ni privilège, dans le seul but d’informer et de diffuser le plus largement possible l’information auprès des électeurs et de la population. Nous tenons à rappeler qu’HaïtiLibre est un organe de presse indépendant et que la publication de ces informations ne doit en aucun cas être considérée comme la position d’HaïtiLibre.







Femmes et Hommes de mon pays,

Depuis sa fondation, notre pays, n'aura connu à quelques exceptions près, qu'infortunes et échecs malgré des plans de développement savants, des ressources humaines valables et des moyens, ne serait-ce qu'à minima.

De ce constat malheureux, imputé à l'appareil d'État, a pris naissance une mentalité faite de défiance absolue à l'encontre de toutes les Institutions.

L'éducation a fui écoles, lycées et universités publiques ;
La santé s'en est allée quérir ses soins, tant bien que mal, chez le privé ;
Le territoire s'est anarchiquement organisé en dehors des mairies ;
La justice a choisi de s'exercer hors des tribunaux ;
L'agriculture n'a plus répondu qu'à la subsistance du paysan ;
Le commerce est devenu informel ;
L'industrie a migré vers d'autres horizons ;
La sécurité privée a supplanté la police ;
Les forces armées ont cédé leur place au vide ;
L'économie a choisi de devenir souterraine et l'aide internationale : non
gouvernementale;

Pis encore, neuf mois après la catastrophe du 12 janvier, les victimes évaluées à plus d'un million d'enfants, de femmes et d'hommes, continuent dans les rues, sous les tentes et places publiques à étaler leur infortune : notre échec.

Comment rester complice de cet état révoltant de choses ? Comment ne point « rechercher le juste jugement, rendre heureux l'opprimé, faire droit à l'orphelin et plaider la cause de la veuve » ?

Puisqu'hier encore, avec moi, autour d'une même culture populaire, nous ne formions qu'un, mettez-vous, dès aujourd'hui, ensemble autour de moi pour former à nouveau ce peuple indomptable et imbattable autour d'un même drapeau !

C'est à cette tache historique de renouveau et de renaissance de notre pays, qu'avec mon équipe et chacun d'entre vous, nous nous attèlerons pour, aux différents secteurs, insuffler cette confiance implacable, vecteur de développement et de décollage économique, dans un effort collectif national, seul et unique générateur de succès et de prospérité. En la patrie commune,

Michel Martelly
Candidat à la Présidence


Pour ce faire donc, des objectifs prioritaires seront arrêtes sur deux axes :

L'amélioration des besoins primaires (fondamentaux) du citoyen Haïtien consistant en (emploi, santé, éducation, logement)

L'initiation d'un programme de développement économique base sur les points suivants:

  • Rétablissement de la situation générale du pays au niveau des grands paramètres macro économiques et financiers ;
  • Élaboration d'une politique monétaire et fiscale responsable susceptible de stimuler la croissance ;
  • Création d'un cadre économique sur et stable garantissant l'investissement du secteur prive ;
  • Promotion et élaboration de projets capables de stimuler les différents secteurs porteurs de l'économie tels l'agriculture, l'agro industrie, l'élevage, la pêche, l'artisanat, l'assemblage, la construction ;
  • Mise en place de grands chantiers routiers devant faciliter l'approvisionnement des centres urbains en denrées ainsi que la réfection des grandes artères dans les différentes villes ;
  • Protection et gestion du dossier environnemental (bassins versants, reboisement, renforcement de la garde forestière, gestion des déchets au niveau urbain et rural ;
  • Création d'un climat sécuritaire permettant aux citoyens de vaquer librement a leurs occupations.

Aussi nous:

  • Exigerons l'articulation d'une gouvernance limpide et transparente, via des choix axes sur une compétence sectorielle et thématique, ou le népotisme sera banni;
  • élaborerons une vision stratégique de développement, partagée au-delà des cercles traditionnels, nécessaire rupture d'avec des pratiques révolues;
  • initierons des systèmes incitatifs alléchants cibles sur des filières productives prioritaires;
  • aménagerons un environnement institutionnel sécurisant ; maillon, jusqu'à date manquant, au décollage économique;
  • veillerons a l'atteinte des objectifs fixes et arrêtes.

Audace, détermination implacable, innovation et discipline rigoureuse détermineront notre action, d'application immédiate:

MODULE DE SORTIE DE CRISE POST-SÉISME

Ces centaines de milliers d'enfants, de femmes et d'hommes empilés, depuis le 12 janvier, sous des tentes de fortune, devront progressivement en sortir car à la roulette russe des épidémies, le jeu à trop duré. La promiscuité, les vols et viols, les atteintes a la pudeur d'enfants innocents et d'adolescents, l'atteinte a la dignité humaine, l'ordonnent.

  • A celles et ceux y résidant, détenteurs ou détentrices d'emplois identifies, il sera négocié avec leurs employeurs un crédit déductible d'impôts leur permettant de se reprendre en main, a charge pour eux de libérer les espaces occupes.
  • Aux sans emplois, il sera propose une alternative a l'occupation des places publiques et des terrains prives, alternative respectueuse de la dignité humaine. Une entité, intitulée . Module de sortie de crise post séisme, fera une large part a la diaspora haïtienne, jusqu'à date reléguée a un rôle de spectateur lointain de la vie nationale. Sa mission :
  • Coordonner et articuler avec les ONG et les grands Groupes financiers locaux et internationaux, les projets a courts termes susceptibles de pallier, dans l'immédiat, a la situation post séisme.
  • Dégager des pistes permettant aux entreprises et groupes socioprofessionnels locaux et de la diaspora de s'investir directement dans ces projets. Elles leur serviront de passerelle incitative a faire valoir leurs produits, services ou savoir-faire en vue de leur promotion auprès des Institutions contractantes.
  • Articuler un vaste projet de solidarité haïtiano-haïtien.
  • D'entreprendre un vaste programme de prise de conscience nationale des contraintes naturelles géographiques, des risques sismiques et cycloniques, de l'évidente surpopulation, des faibles ressources naturelles, du budget limite de la République, de la précarité de l'économie mondiale ;
  • De réduire l'urbanisation anarchique ; d'initier, de concert avec les mairies, dans un premier temps, l'aménagement des bidonvilles pour les rendre, en cas d'intempéries, catastrophes ou séismes, moins meurtriers;
  • D'établir un système de gestion et de valorisation des déchets solides et liquides;
  • D'adresser le problème du déboisement suicidaire des collines, des constructions anarchiques dans les ravines et lits secs des rivières, des matériaux obsolètes, des carrières de sable indument exploitées;
  • D'implanter, dans les zones marécageuses et inondables des villes exposées, des aires d'évacuation d'urgence sur pilotis ;
  • D'accorder finalement à la diaspora le rôle phare qui est sien dans la vie économique et politique haïtienne;

SÉCURITÉ DES PERSONNES ET DES BIENS

Aucun progrès n'est possible sans un système de sécurité fiable garantissant le strict respect des vies, des murs et de la propriété privée. Y veiller, est un devoir régalien: c'est la condition sine qua non des investissements locaux et étrangers.

Nous devons donc :

  • Lutter contre l'inefficience des tribunaux de la république;
  • Réduire les procédures de comparution aux délais inacceptables et inexplicables;
  • Articuler une judicature itinérante et de proximité, particulièrement en zone rurale, trop souvent oubliée ;
  • Réaménager l'univers carcéral;
  • Améliorer l'environnement légal des affaires totalement inadapté aux exigences technologiques nouvelles;

Véritable gangrène de notre société, le banditisme, ce banditisme aux multiples visages, corrupteur et corrompu, semant le deuil et la désolation dans les familles, poussant à l'immigration des phalanges de cadres à jamais perdus pour la République, démobilisant les entrepreneurs, condamnant les paysans à cacher leur récolte et à interner leur bétail, à ce banditisme-là, notre message sera très clair : « Votre temps est fini !»

Les institutions constitutionnelles chargées de rétablir l'ordre, devront recouvrer leur véritable vocation.

Cette paix publique souhaitée par tous, de la section rurale la plus reculée aux plus grands centres urbains, ne saurait se concevoir sans des forces d'ordre professionnelles, disciplinées et vertueuses, telles qu'articulées par la constitution en vigueur, notre Lex Mater.

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET INVESTISSEMENTS

Renforcé par sa position géopolitique et la qualité extraordinaire de sa main-d'œuvre, le potentiel commercial et industriel d'Haïti est énorme.

Les actions à entreprendre sont les suivantes :

  • Moderniser les lois sur l'investissement aux fins de facilitation et procéder a la réouverture de l'ensemble de nos ports;
  • Encourager, via un système de partenariat public/prive, le développement de zones industrielles et de zones franches attelées a des facilites portuaires pouvant servir de zones de transfert (70% du commerce maritime de l'Amérique passant au large des cotes d'Haïti);
  • Exploitées judicieusement, nos ressources minières seront des sources de revenus et de prospérité.

Dans le même temps, notre gouvernance veillera à :

  • Désenclaver les zones de production, par l'expansion des réseaux routiers ;
  • Valoriser les petits métiers, a travers le renforcement de la formation professionnelle ;
  • Créer un Bureau d'assistance et de financement aux PME;
  • Mettre sur pied, de concert avec le CIRH, un fonds de recapitalisation pour la relance du secteur prive affecte par les troubles sismiques du 12 janvier ;
  • Promouvoir l'entreprenariat endogène, créateur d'emplois et l'économie exogène, favorisant l'implantation locale de l'entreprenariat étranger ;
  • Exploiter les filières émergentes, porteuses d'emploi futurs et de développement d'activités, notamment l'agriculture, les TIC, le textile innovant, le tourisme et l'artisanat.

ÉDUCATION

A une situation déjà anachronique dans ce secteur : (15% à peine des enfants rentrant à l'école, arrivent au baccalauréat et seulement 1%, a accès aux études universitaires) le 12 janvier aura apporté le coup de grâce. (Plus de 1,300 écoles détruites rien que dans la zone métropolitaine).

Aussi nous appartiendra-t-il la prise de mesures utiles pour dégager des ressources humaines valables, par :

  • La réhabilitation de l'enseignement fondamental gratuit qui diminuera, entre autres, l'exode rural;
  • La reconsidération de l'échelle de traitement des maitres;
  • La recherche des voies et moyens budgétaires de pallier aux contraintes vécues par le monde scolaire rural et la déduction d'impôts de toute aide et plan de parrainage apportes a ce secteur;
  • La modernisation et le rééquipement des écoles et lycées nationaux;
  • La supervision et l'inspection des programmes scolaires et universitaires ;
  • Le recyclage récurrent obligatoire des maitres et enseignants;
  • Le renforcement du cycle de formation fondamentale brevetée donnant officiellement accès aux écoles d'arts et métiers;
  • La création, dans chaque grand centre urbain, d'une École des Arts et Métiers reconnue.
  • L'intégration effective des handicapes moteurs et autres dans la vie politico-économique haïtienne ;

L'Université, spécialement l'UEH, ne sera pas laissée pour compte. Elle bénéficiera de tous nos efforts aux fins de son expansion, dans le respect de son autonomie et dans la volonté de la hisser à un classement régional enviable. Seront également encouragés les Universités Privées dont le cursus, agréé, leur donnera droit au titre d'affiliées avec les prérogatives et avantages liés. Au titre de Grandes Écoles, seront promues celles également agréées par leurs pairs internationaux.

Priorité aux efforts visant à implémenter des programmes éducatifs, via séminaires et ateliers, en impliquant les jeunes des classes terminales des lycées et collèges avec des incitatifs intelligents à la clef (pré requis à l'inscription aux universités : une implication sociale minima).

SANTE

L'objectif de l'assurance santé minimale pour tous, ambitionné par mon équipe, devra intégrer également les catégories sociales les plus vulnérables, jusqu'à date laissées pour compte. La capitation du monde paysan, la refonte des systèmes de protection déjà existants en une grande entité de Sécurité Sociale devrait permettre, à coût égal si ce n'est à moindre, d'offrir ou de s'offrir une couverture plus significative.

Restructuration et rééquipement des hôpitaux, centres de santé et dispensaires déjà existants, confiés à la responsabilité d'équipes médicales et paramédicales compétentes, constitueront notre première approche de la décentralisation de la santé en attendant l'érection de dispensaires, dans chaque section rurale non encore pourvue. Des services ambulanciers adaptés devront également voir le jour, sans omettre l'indispensable contrôle des naissances.

Les hôpitaux universitaires finalement rendus opérationnels, retrouveront leur véritable vocation de centre de pointes, d'enseignements et de recherches.

Pareil défi s'avère certainement possible par un effort national d'abord, mais aussi grâce à cette extraordinaire solidarité internationale déclenchée dans ce domaine par le séisme meurtrier récent. Aussi s'avérera-t-il impératif de mieux coordonner cette aide généreuse, en articulant une planification intelligente, transparente, répondant à nos véritables besoins.

Nécessaires à l'entretien de ces infrastructures, la formation d'équipes compétentes fera partie de notre calendrier.

AGRICULTURE / PRODUCTION NATIONALE

Exportateur de nombreuses denrées dans le passé, Haïti, aujourd'hui, exporte la misère et ses capacités productives sont délaissées. Les ressources naturelles du pays sont bien trop importantes pour ne pas les valoriser : « Haïti est trop riche pour être pauvre ! »

Notre gouvernance s'évertuera à adresser différemment les problèmes de ce secteur :

  • Le morcellement excessif des terres nécessitera l'indispensable consolidation, sans léser pour autant le droit de propriété;
  • La réduction de la productivité du sol, sa surexploitation, l'utilisation inadéquate des fertilisants, des semences, sans compter la piètre gestion de l'eau, devront s'infléchir devant les programmes agricoles envisages;
  • Les incapacités matérielles et humaines seront palliées;
  • L'accessibilité au crédit par le plus grand nombre fera l'objet de démarches auprès des institutions financières adaptées et dédiées;
  • L'inadéquation des lois foncières et du système cadastral, source de conflits incessants, nous interpellera ;
  • L'autoconsommation résultant d'une pression démographique handicapante justifiera, peut-être pour la première fois dans ce secteur, l'implantation de programmes d'éducation sexuelle et de paternité responsable ;
  • La nécessaire transition vers l'agro-business, s'avèrera une démarche essentielle sans laquelle vaines seront toutes tentatives de promotion du monde rural, jusqu'à date malheureusement perçu comme socialement dévalorisant ;
  • La filière bio, la recherche de marches niche, les avantages du fair Trade, seront privilégiés ;
  • Plus attractifs encore, seront les avantages offerts dans le secteur de l'élevage qui se verra encadré, encouragé, dynamisé, protègé;

C'est à ce prix, uniquement, que l'autosuffisance alimentaire, véritable affranchissement de notre asservissement économique honteux, sera atteinte.

DÉCENTRALISATION

Réussir la décentralisation passera par une gestion administrative implémentée et renforcée des régions effectivement remises aux autorités locales élues qui auront pour mission l'élaboration, l'exécution et l'administration des projets de développement locaux, conçus et adaptés en fonction des spécificités régionales.

C'est à eux qu'incombera périodiquement une reddition de compte, à leurs mandants, de la confiance placée en eux ; à charge pour l'administration centrale de leur laisser également, dans le réel, l'autonomie budgétaire harmonisée.

Seule pareille approche permettra une décentralisation effective et efficiente. Chaque ministère, désormais doté d'une antenne départementale coordonnée, pourra travailler en étroite collaboration avec ces élus locaux.

Ces grands « gouverneurs », en quelque sorte, harmoniseront, avec l'administration centrale, leur politique et ce jeu de la concurrence régionale ne pourra qu'être bénéfique à la République.

La diaspora trouvera également, ici, les possibilités d'implantation et d'implémentation d'un certain nombre de projets nourris par eux pour leurs régions originaires et l'occasion d'y apporter leur savoir-faire.

ENVIRONNEMENT

Seulement 20 à 30% des 12 millions de m3 de précipitations sont absorbés chaque année. Le reste dévalant les mornes pour se constituer en torrents impétueux, porteurs de malheurs. L'érosion est un problème majeur pour notre pays.

Haïti est un désastre environnemental ! Pays jadis jalonné de forêts, nous en sommes réduit à moins de 3% de couverture forestière naturelle et autour de 17% d'agroforesterie dans le système agraire national. Il est pourtant toujours possible de faire de cette catastrophe, un succès, par l'implémentation d'un programme agressif de promotion, de réhabilitation et de protection forestière, par l'adoption immédiate de normes plus strictes et d'actions concrètes combinant le développement économique des couches les plus vulnérables et les services sociaux de base.

Il faudra, dans l'immédiat :

  • Initier un programme de civisme scolaire aux fins de réduction drastique des coupes massives d'arbres avec, a la clef, l'embauche des paysans non propriétaires de terres cultivables et le vote de lois coercitives, protectrices des réserves et ressources naturelles et favorisant la mise sur pied d'une garde forestière.

Avec les changements climatiques et la demande énergétique croissante à travers le monde, les énergies alternatives représentent un secteur de pointe du futur. Nous devons :

  • Les (énergie solaire, éolienne et hydroélectrique) encourager par une politique de subvention du propane et les subventionner elles-mêmes a hauteur de 30 % de leur prix de vente, en vue d'une réduction drastique du commerce et de l'utilisation du charbon et une reconversion dans la vente et la consommation de sources énergétiques différentes.
  • Lutter contre la pollution de l'air, des sources d'eau ; gérer les déchets solides, legiferer sur les gaz toxiques, encourager les énergies fossiles et renouvelables autant de défis a relever pour laisser a nos enfants une Haïti plus vivable.

TOURISME CULTURE

Grâce à la beauté de ses paysages, sa diversité culturelle, ses arts plastiques et culinaires et l'hospitalité naturelle de ses autochtones, Haïti a été, dans les années 50, l'une des toutes premières destinations touristiques de la Caraïbe. Nous le redeviendrons!

Pour ce faire, il nous faudra:

  • Créer un climat sécuritaire capable d'attirer le tourisme, un vecteur de la croissance économique;
  • Valoriser le patrimoine historique du pays. Créer le chemin des forts, visant l'exploitation des 34 fortifications et autres monuments historiques du pays ; reprendre le projet de « la route de l'esclave » dans les anciennes habitations sucrières, en collaboration avec les pays concernés de la région; instituer un bureau de récupération de notre patrimoine national ; construire notre « route du Rhum » et autres alcools insulaire, revisiter notre « mange créole »
  • Remodeler globalement l'image d'Haïti dans le monde;
  • Favoriser les investissements dans les secteurs connexes, notamment ceux de la production nationale, des infrastructures routières et aéroportuaires, de l'énergie et de la sécurité;

Originale, de par son métissage culturel qui se décline dans notre parler, notre cuisine, notre architecture, notre carnaval, nos goûts, nos croyances, notre artisanat, nos danses et nos peintures, si, dans nos traits et dans nos murs, l'Afrique reste bien vivante, les États-Unis,

l'Europe et spécifiquement la France se retrouvent, ici, dans un mariage créole heureux. Seront encouragées et protégées toutes activités, créations, initiatives visant au renforcement de ce rayonnement culturel.

DIPLOMATIE

Notre diplomatie articulera des stratégies politiques visant à favoriser notre décollage économique et un développement durable en réaffirmant :

  • Les principes de notre indépendance et de notre souveraineté nationale;
  • La solidarité Haïtienne avec les nations combattant pour ces mêmes idéaux, pour la paix dans le monde, le respect des droits humains ;
  • Le respect strict des accords, traités et autres conventions souscrits au regard du droit international ;
  • La volonté de resserrer, en accord avec nos intérêts nationaux, les liens avec tous les pays du monde ;
  • Le désir affirmé d'intégration régionale et de bon voisinage.

Tel est le plan succinct de ma Gouvernance.

Plus d'un objectera, qu'au regard de l'état lamentable des finances publiques, tout faire simultanément est impossible. En effet, comment augmenter le budget alloué à l'éducation et à l'administration de la Justice, améliorer le salaire des fonctionnaires publics, édifier des ports et construire des aéroports en réduisant les taux nominaux de taxation ?

S'il est vrai que les mécanismes internationaux de financement des prêts étatiques sont assujettis à des formats pré-établis, je souhaiterais, à titre d'exemple, apporter juste deux réponses à ces légitimes questionnements : premièrement, source de rétablissement de confiance chez les bailleurs, la transparence dans la gestion de la res publica gommera tout scrupule dans le support, à court terme, de nos budgets par l'allocation de crédits ; deuxièmement, mesures incitatives en soi, la réduction du taux de taxation, la simplification du code fiscal et l'application univoque des tarifs douaniers, pousseront les contribuables à l'acquittement de leurs redevances, élargissant ainsi singulièrement l'assiette fiscale et augmentant proportionnellement les rentrées de l'État collecteur.

Ayez confiance ! Avec moi, les bergers ne seront pas des loups !

Je vous attends tous, le 7 février, pour reconstruire ensemble le pays de nos rêves.

Michel Martelly

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-1197-haiti-elections-qui-est-michel-martelly.html
http://www.haitilibre.com/article-1426-haiti-elections-le-candidat-michel-martelly-defend-wyclef-jean.html

Pour i-Voter :
http://www.haitilibre.com/i-vote.php

HL/ HaïtiLibre


Twitter Facebook Rss Bookmarkez l'article
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :
Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


chetel
Posté le 07/05/2011 02:52:57
Mon cher Président c'est la première fois en Haïti qu'un Président propose un programme. Mon cher Président, tous les haitiens sont avec vous, moi je suis le premier. Je demande a mon cher Président de prononcer ses paroles à chaque fin de discours: Vive Haiti! Vive la République! Pour retrouver la fierté d'être haitien un pays humilié par un clown comme Préval [modération] c'est le Président le plus médiocre qu'Haïti a jamais connus pendant toute son histoire. Ill est temps que les Haitiens retrouvent leures fierté.
Junior
Posté le 13/04/2011 17:10:36
J´ai une joie immense après avoir lu votre plan. Président Michel martelly, en ce moment je tiens à vous dire sencèrement que j'apprécie votre plan, par ce que je vois que vous tournez vos yeux sur plusieurs points qui peuvent amener le pays d'Haiti à un chagemant total. Particulièrement moi j'aime quand vous parlez de l'agriculture, parce que le moteur d'un pays c'est l'agriculture. En fait, je ne suis pas en Haiti mais je porte Haiti au fond de mon cœur. En outre je suis un étudiant en agronomie en République Dominicaine. Finalement Président je vous félicite.
Valensky
Posté le 10/04/2011 14:42:09
Très bien cher Président Je suis avec toi.
bel atis
Posté le 28/03/2011 21:01:29
le plus interressant pour moi dans votre progamme de gourvernement c'est le point de l'environnement (deforestation) qui me tient vraiment a coeur par conséquent moi j'ai commencé deja a travailler pour apporter ma contribution pour reboiser le pays. je compte beaucoup sur toi Michel. que Dieu vous garde et vous guide dans vos décisions pour pouvoir redresser le pays.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2014
Haitilibre.com