iciHaïti - Politique : Un local pour les pilotes et personnels de lignes aériennes

iciHaïti - Éducation : Mois du livre pour tous

iciHaïti - Sports : Coupe de la présidence, 3 matches disputés, 1 reporté

iciHaïti - Petit-Goâve : Me Alcide Laguerre reconduit à la tête du barreau

iciHaïti - Social : Journée Internationale de la Paix


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : Zapping...

Haïti - Économie : Stratégie pour dynamiser la croissance et augmenter la compétitivité

Haïti - PNH : Graduation de la 3ème promotion en mécanique

Haïti - Sécurité : Le Ministère de l’Éducation présente ses sympathies...

Haïti - AVIS : Offre d’emploi, 30 opérateurs à l’ONI


+ de nouvelles



Haïti - FLASH : Guy Philippe avoue et risque 20 ans de prison !
25/04/2017 06:29:41

Haïti - FLASH : Guy Philippe avoue et risque 20 ans de prison !
Benjamin G. Greenberg, Procureur par Interim des États-Unis pour le District Sud de la Floride; le Procureur général par Interim Kenneth A. Blanco, de la Division criminelle du ministère de la Justice; Adolphus P. Wright, l'agent spécial chargé, de la « United States Drug Enforcement Administration » (DEA), « Miami Field Division » ; Matthew G. Donahue, l'agent spécial en charge, DEA, Division des Caraïbes; at Kelly R. Jackson, agent spécial en charge, « Internal Revenue Service », « Criminal Investigation » (IRS-CI), du Miami Field Office, ont annoncé que Guy Philippe, 49 ans, d'Haïti a comparu lundi 24 avril devant la juge Cecilia M. Altonaga du district Sud de la Floride, où il a plaidé coupable à une accusation de conspiration pour commettre un blanchiment d'argent découlant de la réception de paiements en espèces provenant du produit des ventes de stupéfiants, faits qui a eu lieu à Miami, en Floride et ailleurs aux États-Unis dans les années 1990 et début des années 2000. Guy Philippe fait face à une peine maximale de 20 ans d'emprisonnement. Il doit recevoir sa sentence par le juge Altonaga à Miami le 5 juillet 2017 à 9h30.

« Après avoir échappé à l'application de la loi depuis plus d'une décennie, le plaidoyer de culpabilité de Guy Philippe démontre l'engagement implacable du gouvernement des États-Unis et de nos homologues étrangers à perturber et à démanteler les organisations transnationales de narco-trafiquant et de blanchiment d'argent, » a déclaré le Procureur intérimaire des États-Unis Greenberg « Philippe a mis de côté son devoir de protéger et de servir le peuple d'Haïti. Au lieu de cela, il a abusé de son poste d'autorité en tant qu'agent de police national haïtien de haut rang, pour protéger les expéditions de drogue et blanchir le trafic illicite. La poursuite de ceux qui abusent de la confiance du public pour faciliter la conduite criminelle demeure une priorité absolue pour les États-Unis et nos alliés d'application de la loi en Haïti. »

« En plus de ses autres effets pernicieux, le trafic de drogue corrompt les fonctionnaires et les institutions gouvernementales importantes qui forment le fondement de toute démocratie. Philippe, a été payé par les trafiquants de drogue pendant des années, recevant plus de 1,5 million de dollars de paiements de corruption pour la protection des expéditions de drogue », a déclaré le Procureur général intérimaire, Blanco « L'enquête et la poursuite de cette affaire par le Département d’État depuis plus d'une décennie témoignent de son engagement à poursuivre tous ceux qui facilitent le commerce international de la drogue, y compris les responsables corrompus et qu'il n'y a pas de place pour se cacher du système de justice des États-Unis. »

« Il est important que Philippe ait accepté la responsabilité de ses infractions pénales contre les États-Unis et le peuple d'Haïti pour son implication dans des activités criminelles associées au trafic de drogue » a déclaré Adolphus P. Wright, Agent spécial chargé de la DEA Miami Field Division, a joutant « Avec la force accrue de nos partenaires de l'application de la loi, aux États-Unis et à l'étranger, la DEA n'abandonnera ou ne renoncera à la recherche et à mener devant la justice des responsables du trafic de drogue et du blanchiment de l'argent de la drogue, peu importe pendant combien d'années ils tentent d'échapper à leur capture ».

Cette enquête internationale démontre les possibilités de succès dans l'identification et la production de preuves importantes de poursuite contre des membres d'organisations de trafic de drogue, des organisations de blanchiment d'argent et des personnalités publiques corrompues » a déclaré Matthew G. Donahue, Agent spécial en charge, DEA, Division des Caraïbes « Guy Philippe a violé la confiance du public et la confiance des haïtiens et d'autres personnes dans toute la région des Caraïbes et aux États-Unis, en soutenant et en faisant bénéficier des organisations de trafic de drogue. L'arrestation de Guy Philippe témoigne de la mission collective de nos agences fédérales et des unités exceptionnelles de police étrangère. La police haïtienne, la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS), est félicitée pour le travail acharné, le dévouement et l'assistance apportée à la communauté internationale dans l'application de la loi. Cette enquête envoie un message fort aux organisations criminelles à l'échelle mondiale, que les partenaires de l'application de la loi dans toute la région des Caraïbes orientales se reposeront que lorsque ces contrevenants seront traduits en justice ».

Kelly R. Jackson, Agent spécial chargé de l'enquête criminelle de l'IRS (IRS-CI), a déclaré « Aujourd'hui, M. Philippe a admit avoir accepté des pots-de-vin lorsqu'il était employé en tant qu'agent de police national de haut rang et à aider une opération de drogue qui a amené de la cocaïne à Miami. IRS-CI est ravi que ce fugitif de longue date ait reconnu son rôle dans le complot de blanchiment d'argent et qu'il soit maintenant confronté aux conséquences de ses actes. L'IRS-CI continuera de travailler avec nos partenaires de l'application de la loi à l'échelle mondiale et à fournir son expertise d'enquête financière, démanteler ces organisations internationales de lutte contre le trafic de drogue et de blanchiment. »

Le Département de la justice américain explique « Selon les admissions faites dans le cadre du plaidoyer, à partir de la fin des années 1990, Philippe a sciemment utilisé son poste d'agent de police national haïtien de haut rang afin de protéger les livraisons de drogue et les produits de la drogue arrivant en Haïti en échange de paiements en espèces. Philippe a admis qu’approximativement de juin 1999 à avril 2003, il a reçu entre 1,5 et 3,5 millions de dollars en pots-de-vin de trafiquants de drogue, sachant que les paiements qu'il a reçus constituaient des produits de ventes de cocaïne qui se sont produits à Miami, en Floride et ailleurs aux États-Unis. Philippe a également admis qu'il a partagé une partie de ces paiements avec des fonctionnaires de la Police nationale haïtienne et d'autres membres du personnel de sécurité, afin d'assurer leur soutien continu aux futurs transferts de drogue arrivant en Haïti. Philippe a utilisé ces paiements pour acheter une résidence dans le comté de Broward, en Floride et pour se soutenir et soutenir sa famille aux États-Unis.

En outre, Philippe a transféré le produit de la vente de cocaïne, d'un montant de 376,000 $, de banques en Haïti et en Équateur à un compte bancaire commun à Miami. Pour éviter la détection, Philippe a utilisé les noms d'autres personnes pour transmettre les fonds à son compte. Philippe a en outre admis qu'il avait prévu que plus de 70,000 dollars en produits de drogue soient déposés dans son compte qui ont été effectués dans une série de dépôts de moins de 10,000 dollars pour éviter les exigences de déclaration fédérale des États-Unis. »

La DEA et l'IRS-CI ont enquêté sur l'affaire. Le Bureau des affaires internationales de la Division criminelle, le Bureau de la sécurité diplomatique, le bureau de pays DEA à Port-au-Prince, la « Caribbean Field Division », le Groupe de travail sur les fugitifs des services des maréchaux des États-Unis, le Bureau fédéral d'enquête, la « Immigration and Customs Enforcement », la « Homeland Security Investigations and Enforcement and Removal Operations », et le Bureau de Miami des opérations sur le terrain de la « U.S. Customs and Border Protection » ont fourni une assistance dans ce domaine. Les procureurs adjoints des États-Unis, Lynn M. Kirkpatrick et Andy R. Camacho, du district sud de la Floride, et l'avocat de première instance, Mark A. Irish, de la Section du blanchiment de capitaux et de la récupération des biens de la Division criminelle poursuivent l'affaire.

Le Procureur des États-Unis et nos partenaires fédéraux félicitent le gouvernement d'Haïti, y compris le Ministère de la Justice, la police nationale haïtienne et la Brigade de Lutte contre le Trafic de Stupéfiants (BLTS) pour défendre la règle de droit et aider les homologues des États-Unis.

Cette affaire est le résultat des efforts en cours menés par le Groupe de travail sur l'application des drogues de la criminalité organisée (OCDETF), qui regroupe l'expertise combinée et les compétences uniques des organismes d'application de la loi fédéraux, étatiques et locaux. La mission principale du programme OCDETF est d'identifier, perturber, démanteler et poursuivre les membres de haut niveau des organisations et entreprises et trafic de drogue, de trafic d'armes. »

Lire aussi :
http://www.haitilibre.com/article-20736-haiti-flash-rebondissement-dans-l-affaire-guy-philippe.html
http://www.haitilibre.com/article-20457-haiti-flash-proces-de-guy-philippe-repousse.html
http://www.haitilibre.com/article-20400-haiti-flash-le-ministre-edouard-s-exprime-sur-l-affaire-guy-philippe.html
http://www.haitilibre.com/article-20155-haiti-flash-l-extradition-de-guy-philippe-est-illegale-selon-mirlande-manigat.html
http://www.haitilibre.com/article-20036-haiti-flash-proces-de-guy-philippe-aux-etats-unis.html
http://www.haitilibre.com/article-19799-haiti-politique-manifestation-de-soutien-a-guy-philippe-devant-ambassade-americaine.html
http://www.haitilibre.com/article-19796-haiti-flash-guy-philippe-plaide-non-coupable.html
http://www.haitilibre.com/article-19774-haiti-flash-guy-philippe-a-ete-extrade-sur-quelle-base-legale.html
http://www.haitilibre.com/article-19757-haiti-flash-represailles-violentes-des-partisans-de-guy-philippe.html
http://www.haitilibre.com/article-19731-haiti-flash-guy-philippe-les-charges-sont-connues-comparution-le-13-janvier-2017.html
http://www.haitilibre.com/article-19730-haiti-justice-guy-philippe-a-comparu-le-ministre-de-la-justice-convoque.html
http://www.haitilibre.com/article-19721-haiti-flash-le-senateur-guy-philippe-extrade-aux-usa.html
http://www.haitilibre.com/article-19720-haiti-flash-arrestation-du-senateur-guy-philippe.html

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss Bookmarkez l'article
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


Bernard Savain
Posté le 25/04/2017 21:06:08
Aristide a fait pire, ou est Aristide dans cette histoire ?
Elie
Posté le 25/04/2017 17:31:05
En Haiti la justice n'a pas de porte ou plutôt elle est toujours ouverte pour entrer et sortir quand bon nous semble. Je me pose la question ou a t il trouvé tous les documents pour se porter candidat a un poste si prestigieux ? La encore il n y a pas de porte.
Nono
Posté le 25/04/2017 16:39:14
C'est vraiment triste pour mon pays, ma chère Haiti
Sandyser
Posté le 25/04/2017 12:31:39
Guy Philippe rendrait un grand service à la DEA et à Haïti en dénonçant les autres coquins et complices qui sont encore sur place et qui rient de sa capture. Oui ils sont toujours là au pays. Les grands Bâchas les politiciens et autres... C'est le moment ou jamais de détruire ces réseaux. Vive la morale. Vive Haïti.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2017
Haitilibre.com -n