iciHaïti - Social : La FOKAL récipiendaire du Prix humanitaire Lucienne Deschamps 2018

iciHaïti - Environnement : Atelier sur l’audit environnemental et social

iciHaïti - Patrimoine : Un consortium franco-haïtien pour la restauration des forts de Saint Louis du Sud

iciHaïti - Politique : Le Gouvernement indifférent à la lutte contre la traite des personnes

iciHaïti - Sports : État déplorable des infrastructures sportives à Ganthier


+ de nouvelles


Haïti - Actualité : zapping...

Haïti - Politique : La Ministre du MHAVE parle de ses projets pour la Diaspora

Haïti - Politique : Le succès de la Minujusth dépend du bon fonctionnement du Gouvernement

Haïti - Religion : Message de fin d’année sur fond de crise, de la Conférence Épiscopale d’Haïti

Haïti - Diaspora : Plus de 12 ans de générosité au service de la santé des enfants haïtiens


+ de nouvelles



Haïti - Social : Amnesty International dénonce l’usage excessif de la force pour maintenir l'ordre public
28/11/2018 10:14:34

Haïti - Social : Amnesty International dénonce l’usage excessif de la force pour maintenir l'ordre public
Réagissant aux violences commises en Haïti dans le sillage des manifestations liées au dossier Petrocaribe, Erika Guevara Rosas, la Directrice du programme Amériques d'Amnesty International, a déclaré :

« Amnesty International est préoccupée par les troubles qui ont eu lieu à Haïti à la suite des mouvements de protestation populaires organisés pour réclamer la transparence au sujet de l'utilisation des fonds PetroCaribe. 

Nous avons reçu des informations très inquiétantes signalant que la police a eu recours à la force contre des civils au cours de ces manifestations et que plusieurs personnes ont été tuées ou blessées lors d'affrontements marqués par l'usage d'armes à feu.

L'État haïtien est juridiquement tenu de veiller à ce que l'usage de la force lors d'une manifestation soit légitime, nécessaire et proportionné, ce qui implique que les armes à feu ne doivent être utilisées qu'en derniers recours et en cas de risque imminent pour la vie de personnes. Nous demandons aux autorités haïtiennes d'ouvrir une enquête indépendante et impartiale pour faire la lumière sur ces faits et pour identifier les responsables et les déférer à la justice dans le cadre d'une procédure équitable.

Nous dénonçons le fait d'invoquer la nécessité de maintenir l'ordre public pour justifier un recours excessif à la force quand les opérations de maintien de l'ordre ne se font pas dans le respect des normes relatives aux droits humains.

À l'avenir, en cas de manifestation, les opérations de maintien de l'ordre devront être menées en veillant à éviter la violence et à respecter les droits de réunion pacifique et à la liberté d'expression et non en privilégiant la répression.

HL/ HaïtiLibre

Twitter Facebook Rss
Envoyer l'article à... Nouvelles du Jour...
Read in English


Réagissez à cet article
Pseudo :
Email :

Votre adresse email ne sera pas divulguée - Commentaire refusé si votre adresse email est fausse


0 caractères saisis. | 1500 caractères restants.
Avant de réagir lisez notre charte de modération


douk
Posté le 30/11/2018 20:28:34
Madame Erika Guevara Rosas, Excusez nous, vous choquez les gens paisibles qui vivent en Haiti et les résidents étrangers qui y vivent. Je suis vraiment désolé. Un pays invivable avec des sans mamans et sans lois qui tuent et qui pillent n'importe où. Vous même vous n'êtes hors du danger. Qu'avez vous écrit sur la Syrie?
bouki
Posté le 28/11/2018 15:52:04
Voila ce qui etonne plus d'un. Amnesty International gardait le silence when plus d'une fois les "sans culottes" [les chimeres} deferlent les rues de Port-au-Prince en detruisant les biens d'autrui, portant atteinte a la vie des citoyens du pays. Il est vrai que les protestations pacifiques afin de corriger les abus infliges par n'importe quel secteur de la vie publique sont encouragees, mais cela doit se faire pacifiquement sans mettre en danger l'ordre publique.
Gc
Posté le 28/11/2018 13:51:59
Il s'emblerait que l'organisation Amnesty International est l'un des fournisseurs de problemes a Haiti? Elle n'a jamais prononcé contre les bandes armées qui sement le deuil dans le pays, ni contre les politichiens de ce pays et pourtant elle voit que le gouvernement utilise la force pour combattre les terroristes. Mpa ka konprann sakap pase nan peyi a
Eagleview
Posté le 28/11/2018 11:51:46
«Amnesty International dénonce l’usage excessif de la force pour maintenir l'ordre public» Ma question pour Madame Erika Guevara Rosas, est-ce que les manifestants respectent leur droits de manifestant sans violence? Pendant plus d'une semaine, des terroristes et chimères ont paralysé un pays en brulant et crasant, pillant tout sur leur passage. Appelez-vous cela des reunions pacifiques? Les citoyens qui se conduisent comme des terroristes dans n'importe quel pays démocratique (Canada, France, US etc) perdent leur droit de reunion et sont traités comme des bandits. Les chimères et les anachopopullus veulent etablir leur propre loi dand le pays. La police doit leur mettre à leur place pour qu'il ait la paix dans le pays. Madame Erika Guevara Rosas, votre commentaire n'aide pas la situation en ce moment. Vous vous en foutez si la Republique est reduit en cendre par les haitiens eux-mêmes. Si vous ne pouvez pas parler aux mains cachées qui financent les chimères et terroristes pour qu'ils arrêtent de bouleverser le pays, alors ne dite rien.
 




Pourquoi HaïtiLibre ? | Contactez-nous | Charte de modération | Privacy policy | English
Copyright © 2010 - 2018
Haitilibre.com -n